Coca-cola

Pour votre gouverne

Palais de Tokyo
4 rue de la manutention
75116 Paris

Ligne 9 : Station Iéna

https://hinthunt.fr

Le mois de juin est déjà bien entamé lorsque nous nous rendons à quelques minutes de marche des jardins du Trocadéro et des Champs-Elysées, endroits ô combien familiers de notre équipe qui s’avère être plus blindée que Bernard Arnault et Picsou réunis. Ou pas.
Ceci dit, histoire que vous sachiez tout, les grands cultivés que nous sommes doivent avouer se rendre régulièrement en ces lieux pour des questions d’ordre muséal.

Est-ce que, vous aussi, vous vous dites que nous sommes particulièrement doués en matière de transitions ?

Maintenant que les musées parisiens ont été mis sur le tapis en toute subtilité, nous pouvons évoquer le Palais de Tokyo. Ce qui s’avère être le plus grand centre d’art contemporain d’Europe héberge présentement, et jusqu’à la fin du mois de septembre, un escape game éphémère consacré à l’histoire de Coca-Cola et ce, à l’occasion des cent ans de la marque en France.
Ce dernier, proposé par HintHunt, a été fabriqué et conçu par Eludice et Coqs en pâte. Ça en fait du monde… Et ce, que vous les connaissiez ou non !

Si vous voulez savourer l’instant et prendre la vie côté Coca-Cola, composez une équipe de trois à cinq copains de breuvage et prévoyez 22€ à 32€ chacun pour payer l’addition. Avant de râler, rappelez-vous que ces prix sont ceux du XVIème arrondissement…

Le scénario ?

Un coffre vient d’être retrouvé dans les sous-sols du Palais de Tokyo… Un coffre qui intrigue le commun des mortels pour la simple et bonne raison qu’il s’avère être fermé. Suite à cela, des recherches ont été effectuées afin d’en apprendre un peu plus et, truc de dingue, ont permis d’en découvrir l’aspect exceptionnel. En effet, ce dernier, datant de 1919, n’est autre que le coffre de Georges Delcroix, homme à l’origine de la première importation de Coca-Cola en France.
Voilà donc cent ans qu’une grosse boîte noire, ayant appartenu à un ancien Poilu et regorgeant probablement de surprises, croupit dans les bas-fonds de l’un des plus importants musées parisiens sans que personne ne se bouge les miches ?
À défaut d’avoir trouvé un professionnel digne de ce nom, c’est-à-dire une personne capable de forcer le dit coffre-fort, notre équipe a été appelée à la rescousse. Voilà qui ne risque pas de faire dégonfler notre melon…

Afin de mener à bien cette opération capitale, nous devons voyager dans le temps, mettre la main sur trois capsules de la marque ayant été égarées à différentes époques et ouvrir le précieux sésame. Si avec ça Coca-Cola n’appose pas notre logo sur sa future bouteille…

Coca-Cola

Et tout le toutim…

Cher lecteur… Prenez cinq minutes pour imaginer les trois membres de notre équipe, tout guillerets et pleins d’entrain, persuadés d’être à la bonne adresse, attendant dix bonnes minutes devant une porte d’immeuble… Vous avez maintenant une idée du début de notre aventure. En effet, il s’avère que, depuis un bon bout de temps, nous nous trouvons à cinquante mètres de l’entrée de l’escape game, qu’aucun de nous n’a vu l’énorme panneau indiquant le lieu et que, sans l’aide téléphonique d’HintHunt, cet article n’aurait probablement jamais vu le jour.
Il est peut-être pertinent de se demander comment une équipe incapable de trouver une entrée d’escape game peut espérer en trouver la sortie…

Après cette péripétie, nous parvenons finalement à pénétrer dans les sous-sols du Palais de Tokyo où une gentille game master nous accueille. Afin de nous rendre devant la porte de la salle, notre hôte nous invite à emprunter un monte-charge digne des usines les plus authentiques ! Voilà une expérience qui restera dans nos mémoires…
Une fois descendus de l’engin et remis de nos émotions, nous avons droit à un briefing dans les règles de l’art. Notre game master nous explique le scénario et nous équipe d’un nombre incalculable de gadgets. Nos six mains suffisent à peine à porter lampes torches, tablette, caméra et téléphone, accessoire muy importante puisqu’il est l’unique moyen de rester en contact avec 2019. Rien que ça ! Nous devons d’ailleurs reconnaître, qu’à cet instant, nous sommes quelque peu dubitatifs devant tant de technologie.

Faisant fi de nos inquiétudes, nous entamons notre voyage dans le temps et, avouons-le, sommes tout de suite bluffés par la qualité des décors qui nous entourent.
En une fraction de seconde, nous sommes projetés au sein d’un café parisien des années 30 où se trouvent quelques vieilles bouteilles de Coca-Cola. Aucun détail n’est laissé au hasard : un joli piano, un gramophone, une caisse enregistreuse et, cerise sur le gâteau, une vue sur une ruelle pavée. Nous ne pouvons que saluer les efforts faits en terme décors, d’autant plus que, rappelons-le, cet escape game est éphémère.

Nous commençons à fouiller les lieux, étape du jeu qui s’avère assez simple et rapide. Les premières énigmes, classiques et toujours en rapport avec le scénario, pointent le bout de leur nez. Nous avons un peu de mal à faire le lien entre les éléments et sommes assez lents à la comprenette.
Heureusement, un éclair de génie vient frapper l’une d’entre nous ; nous réussissons alors à nous magner la rondelle et venons à bout des énigmes. Au passage, nous rencontrons quelques mécanismes fort sympathiques que nous enclenchons grâce à des manipulations assez originales. Dès la première partie du jeu, les gadgets trouvent leur place et ne gênent en rien notre progression. Il n’y avait finalement pas lieu de douter !
Nous trouvons la première capsule puis accédons à une deuxième salle et à une nouvelle époque par la même occasion.
Là encore, nous découvrons des décors aboutis, travaillés et sans aucun anachronisme.

Si nous avions eu du mal à nous lancer dans la première salle, nous sommes cette fois à fond les ballons et comprenons très rapidement ce que nous avons à faire. Sans laisser de côté quelques manipulations, notre sens de l’observation est mis à rude épreuve. L’un comme l’autre s’avèrent nécessaires à notre avancée. De plus, une intervention très chouette de notre game master vient ajouter une bonne touche d’humour à l’aventure.
Nous nous prenons réellement au jeu et sommes totalement entrés dans le scénario lorsque nous mettons la main sur la deuxième capsule.

Nous pensons alors accéder à la troisième et dernière époque… Que nenni ! Arrêtons tout de suite de faire des plans sur la comète ! Un léger contretemps interrompt notre voyage mais nous tenons à ne pas vous en dire plus hormis le fait que nous prenons beaucoup de plaisir et que cette étape marque un réel revirement de situation. Plongés au cœur même de l’histoire de Coca-Cola, nous souhaitons tout observer et prendre le temps mais le chrono tourne… Fichtre !

À force de technologie, de réflexion et d’observation, nous parvenons à revenir dans le droit chemin et reprenons le cours initial de notre mission.

Nous accédons alors à la troisième époque qui n’est autre que la dernière étape de notre voyage dans le temps. Bien plus actuelle que les deux précédentes, celle-ci nous permet de découvrir, une nouvelle fois, des décors criants de réalisme. Nous plongeons immédiatement dans l’ambiance de cette salle qui nous donne le sourire !
Les énigmes trouvent un équilibre parfait entre logique, déduction et observation. Elles sont relativement simples et classiques, ce qui, contrairement à ce que vous pourriez croire, ne gâche en rien le plaisir du jeu… Au contraire, cela nous permet de prendre le temps de nous amuser !
Alors que la troisième capsule est enfin en notre possession, nous découvrons un étonnant mécanisme, franchement cool, qui nous permet d’accéder au fameux coffre… Encore un petit effort et ce sera au poil !

Fini de rire ! C’est le moment de nous concentrer pour espérer ouvrir l’objet de notre convoitise. Une seule grosse énigme faisant appel à toute la logique et l’attention dont nous sommes capables nous fait face. Nous perdons d’ailleurs complètement l’une d’entre nous, pas franchement à l’aise avec ce genre d’énigme. Heureusement, deux cerveaux et quatre yeux suffisent à venir à bout de cette dernière étape… Nous parvenons enfin à mettre la main sur le contenu du coffre au bout de 49 minutes et découvrons, en prime, une petite surprise délicieuse et rafraichissante.

Coca Hinthunt

Après délibération du conseil

Que dire de cet escape game si ce n’est que nous avons été particulièrement surpris ? Pour être tout à fait honnêtes avec vous, nous ne nous attendions pas à une telle qualité de jeu venant d’une salle éphémère.

Avec Coca-Cola, HintHunt propose un escape game aux décors soignés, aux mécanismes originaux et aux énigmes intéressantes, bien que classiques. De plus, ces dernières restent fidèles et cohérentes au scénario.
Parlons-en du scénario d’ailleurs et profitons-en pour évoquer les voyages dans le temps… Nous devons avouer qu’il aurait été bien agréable qu’un peu de fumée ou de musique accompagne nos changements d’époques.

L’espace de jeu, quant à lui, s’avère être vraiment petit. Nous avons d’ailleurs manqué une ou deux fois de nous casser la margoulette. Ne comptez donc pas vous sentir à l’aise si votre équipe est composée de plus de quatre soiffards…

Pour conclure, nous ne pouvons que vous orienter vers cet escape game estival qui est aussi frais qu’un Coca-Cola en terrasse… Mais sans les guêpes !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :4
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :