Le tremblement de terre

Pour votre gouverne

The game
6 rue de la Harpe
75005 Paris

Ligne 4 : Station Saint-Michel
Ligne 10 : Station Cluny – La Sorbonne
RER B et C : Station Saint-Michel – Notre-Dame

https://www.thegame-france.com

Notre équipe de baroudeurs des escape games continue tranquillement son périple en s’aventurant au sein d’une enseigne qu’il est désormais inutile de nommer… Cependant, notre article lui étant consacré, il nous semble indispensable de préciser qu’il s’agit de The game. Une petite originalité vient toutefois chambouler nos habitudes puisque, cette fois-ci, la découverte d’un local flambant neuf situé dans le très beau et très prisé quartier de Saint-Michel s’offre à nous. Dans le cas où vous n’auriez pas tout suivi, sachez que ce dernier a pointé le bout de son nez pour permettre à la nouvelle salle de l’enseigne, Le tremblement de terre, de voir le jour.

Pour sauver les parisiens des suites d’une secousse sismique, il vous faudra réunir une équipe composée de trois à cinq sismologues. Néanmoins, si vous êtes dix, vous aurez également la possibilité de scinder votre groupe en deux pour couvrir plus de terrain. Comme toute bonne chose se mérite, il sera également nécessaire de dépenser entre 25€ et 32€ par personne. Le monde vaut bien cela… Non ?

Le scénario ?

Un matin tout à fait ordinaire, alors que les parisiens boivent leur café sur les terrasses ensoleillées, un événement catastrophique secoue la ville… En effet, un tremblement de terre extrêmement puissant surprend la Ville Lumière et les dégâts sont considérables. Le centre de Paris est sens dessus dessous et la rue de la Harpe a particulièrement pris cher…

Comment va votre hamster ? Vous n’avez pas le temps de vous poser la question… Ni une, ni deux, vous êtes réquisitionné afin de sécuriser le périmètre car de nouvelles secousses ne sauraient tarder… Une catastrophe encore plus grave serait alors inévitable !

Votre mission ? Retrouver le local électrique et couper le courant du quartier avant que les choses ne dégénèrent… Prêts ? Feu ! Partez !

Tremblement

Et tout le toutim…

À défaut d’avoir eu le temps de découvrir la dernière-née de chez The game dans le monde d’avant, nous avons profité de la désertification estivale de la capitale pour ajouter cette pierre à notre édifice… Nous n’étions donc que hâte !

C’est après avoir reçu, comme à l’accoutumé, un petit message de rappel, que nous arrivons, par une après-midi ensoleillée, aux abords du nouveau local dans lequel nous ne tardons pas à entrer. Et là… Surprise ! C’est la maison ! La décoration, l’accueil, les zones de brief… Tout est identique au premier bâtiment de l’enseigne. Chapeau l’équipe ! Cerise sur le gâteau, nous nous trouvons à l’endroit même où un petit hôtel a accueilli Paul Verlaine il y a quelques années… Si seulement les murs pouvaient parler !

Nous rencontrons notre game master qui nous laisse le temps de passer aux cabinets avant de nous expliquer la situation… Équipé de son humour et de sa tablette, il nous présente des images du journal télévisé qui, en toute honnêteté, montrent Paris d’une manière saisissante et apocalyptique.
L’heure est grave ! Notre hôte a réellement besoin de notre équipe technique pour une intervention urgente. Mais soudain… Que se passe-t-il ? Qu’est-ce que… Oh punaise ! Ne vous en disons pas plus… Contentez-vous de savoir que l’immersion démarre avant même d’entrer dans la salle.

Juste avant de partir à la rechercher du compteur électrique pour y couper le courant, un téléphone et une bouteille de gel hydro-alcoolique nous sont remis. L’aventure peut maintenant démarrer !

C’est donc complètement survoltés que nous nous engageons dans la mission… Survoltés ! L’électricité ! Vous l’avez ou il faut vous faire un dessin ? La porte s’ouvre pour se refermer aussitôt ; nous découvrons un hall d’immeuble plus vrai que nature, le pipi du chien de la voisine en moins. Interphone, porte cochère, boîtes aux lettres… Tout y est ! Manque de bol, les choses se corsent un peu trop vite à notre goût. Il n’y a pas grand-chose et pourtant, nous ne savons pas bien comment passer la porte jusqu’au moment où un déclic se fait dans nos cerveaux… Alohomora ! Nous voilà de l’autre côté.

Compte tenu du fait que nous nous trouvions face à des interphones, nous pensions accéder à un immeuble… Allez donc savoir pourquoi et comment, nous sommes catapultés, comme par magie, en plein cœur d’une jolie rue. Autour de nous se trouvent tout un tas de commerces, un distributeur de billets et une boîte aux lettres récupérée chez les postes, télégraphes et téléphones… Croisons les doigts pour que les plus jeunes d’entre vous aient compris ce que nous venons d’écrire… Quoi qu’il en soit, de la poussière et des débris apportent une touche finale digne de ce nom car oui, la terre a bel et bien tremblé.

Après ce rapide état des lieux des décors, nous revenons vite à nos moutons. Nous démarrons par l’étape de fouille qui, vous le savez si vous nous lisez régulièrement, n’est pas notre fort. Au cours de cette dernière, nous retrouvons un portefeuille, quelques pièces de monnaie ainsi que des objets tombés ou abandonnés par les riverains ayant dû prendre la fuite… Tous ces éléments viennent accentuer le réalisme de l’expérience. C’est validé !

Nous ne l’avions pas réalisé au début de l’aventure mais, assez rapidement, nous nous rendons compte que les décors ne sont pas bien larges. Nous progressons donc, tantôt debout, tantôt à quatre pattes, à coup de pardon, oups et autres pousse-toi… Même si une partie de l’équipe ne parvient pas à voir ce qui se passe, nous avançons et effectuons des manipulations encore jamais vues. C’est chouette ! Nous tentons de nous séparer pour gagner un peu de temps mais le manque de communication nous en fait plutôt perdre. Il est grand temps de nous reprendre et de crier, masques oblige, pour que les informations circulent.

Nous parvenons enfin à trouver notre rythme de croisière. Les énigmes s’enchainent et, même si ces dernières ne sont pas toujours réalistes compte tenu du contexte, nous permettent de découvrir de nouveaux espaces de jeu. Seulement, aucun de nous ne met la main sur le compteur électrique… Nous sommes à deux doigts de péter les plombs ! Ah ah ah !

Sans que nous comprenions pourquoi, la bande originale de Requiem for a dream vient occuper nos oreilles. Même s’il est toujours agréable d’entendre du Clint Mansell dans la rue, nous doutons un chouya du fait que cela puisse réellement arriver après un tremblement de terre mais bon… Ce titre a au moins le mérite de faire monter la pression juste avant que nous entrions dans le fameux local électrique.

Nous y sommes ! Il est donc temps de couper le courant mais… Comment faire ? S’il est de notoriété publique qu’il faille appuyer sur le bouton rouge, nous devons avouer être dans le caca parce que, justement, il y a beaucoup trop de boutons rouges. Cette pièce est un casse-tête à elle seule. Nous tâtonnons, essayons et testons des combinaisons jusqu’à ce que ça fasse tilt dans nos cerveaux. Fort heureusement, notre travail d’équipe et notre synchronisation à toute épreuve portent leurs fruits. Le courant est maintenant coupé ! Top ! Bravo tout le monde !

Le périmètre est sécurisé mais nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge. C’est fâcheux ! En effet, l’aventure n’est pas tout à fait terminée puisque nous devons trouver le moyen de sortir de la rue ! Oui oui… Sortir de la rue ! C’est logique… Ou pas ! Un dernier petit effort pour maintenir nos cerveaux en marche et nous voilà sauvés des conséquences du séisme après 51 minutes et 29 secondes d’investissement.

Le tremblement

Après délibération du conseil

Retourner chez The game, c’est un peu comme retourner dans la maison de vacances de son enfance… Vous savez d’avance que l’accueil sera aux petits oignons et que tout se passera bien. C’est donc sans surprise et avec beaucoup de bonheur que nous avons retrouvé tous les petits détails faisant la réputation de l’enseigne. En effet, qu’il s’agisse du texto matinal ou du sympathique game master à fond dans son personnage, tout est pensé pour que chaque joueur passe un bon moment. Même si le traditionnel coup à boire a disparu pour raisons sanitaire, les célébrités que nous sommes ont été reçus avec la plus grande attention possible et ce, malgré le fait que nous soyons venus comme de simples mortels.

Si l’enseigne est toujours à la hauteur de sa réputation, Le tremblement de terre a, pour la première fois, fait débat au sein de notre équipe. Certes, les décors sont magnifiques et indiscutablement parmi les plus beaux de l’enseigne. Néanmoins, les énigmes ont laissé certains d’entre nous sur leur faim… La première moitié a trouvé l’aventure vraiment agréable grâce à des petits moments de rigolade et des retours aux sources tandis que l’autre moitié l’a trouvée bien… Juste bien.

Pour être tout à fait honnêtes avec vous, nous avons passé un bon moment chez The game qui a, une nouvelle fois, créé un univers original, incroyablement décoré, bien organisé et carré. Le tremblement de terre s’inscrit dans la lignée des belles salles de l’enseigne, parfaites sous tous rapports, mais manque néanmoins d’un petit quelque chose permettant au scénario d’être mis en avant. Certaines énigmes, aussi agréables soient-elles, n’ont que très peu de lien avec l’histoire au point qu’il a été difficile, à certains moments, de comprendre pourquoi nous étions là. Puis… Soyons honnêtes, avec un tel titre de mission, nous en attendions beaucoup plus en termes de pression et de surprises.

Ces petits couacs mis à part, Le tremblement de terre reste un escape game au thème jamais vu et à l’immersion travaillée. De plus, cette salle nous semble parfaitement adaptée à tous les joueurs, débutants comme confirmés, adultes comme enfants.

Au final, nous pouvons conclure en disant que The game a conçu une nouvelle énigme, digne de son enseigne, à laquelle il manque malheureusement ce je ne sais quoi que d’autres n’ont pas

Bulletin scolaire

Décors :5
Fouille :3
Réflexion :2
Difficulté générale :2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :