Mission Yakuza

Pour votre gouverne

One hour
23 rue Servan
75011 Paris

Ligne 9 : Station Voltaire
Lignes 2 et 3 : Station Père Lachaise

https://www.one-hour.fr

Devinez quoi… Nous voilà de retour chez One hour, enseigne au sein de laquelle nous avons vécu une gueule de bois carabinée lors d’une Very bad night, avons fait pipi dans nos camisoles pendant Lost asylum et avons carrément, pardonnez l’expression, chié dans nos bens en découvrant L’abattoir. Malgré tout cela et après un report de huit mois pour cause de vous-même vous savez quoi, l’heure est enfin venue de découvrir la Mission Yakuza !

Bien que le terme Yakuza puisse résonner dans certains esprits comme synonyme de mafia japonaise dangereuse, avide de pouvoir et prête à tuer tout le monde sur son passage, nous ne sommes absolument pas inquiets à l’idée de nous y frotter.
Effectivement, si nous avons réussi à surmonter le stress post-traumatique apparu suite à notre rencontre avec le boucher, nous sommes certains de pouvoir survivre à quelques japonais tatoués. Espérons tout de même qu’aucun d’eux ne lise jamais cette phrase…

Si vous désirez, vous aussi, déjouer les plans et arrêter le parrain de cette organisation, quelques crimes mis à part, ô combien sympathique, il vous faudra monter une équipe de 2 à 5 collègues et régler le pot-de-vin de 26€ à 48€ selon la taille de votre brigade. Plus on est de fous, moins on paie !

Le scénario ?

Dans le monde merveilleux des bōryokudan se trouve Kinechi Shonida, célèbre parrain que vous ne connaissez certainement pas. Sachez toutefois que cette très charmante personne, à la tête d’un réseau mêlant trafic d’armes et trafic de drogues, est introuvable. Pouf. Disparue.
Pourquoi nous direz-vous ? Probablement parce que, quelques jours plus tôt, l’inspecteur chargé de son arrestation a été retrouvé tout bleu et tout froid dans une planque crasseuse. Canné le condé ! Tout ça pour dire qu’il est fort probable que ce drug lord cherche à s’enfuir au Japon…

Le ministre de l’Intérieur, que nous refusons de nommer ici pour des raisons éthiques de soutien à la cause des femmes, a donc besoin des meilleures recrues pour retrouver Shonida… Et c’est là que vous intervenez ! Vous et vos collègues de la police scientifique allez poursuivre le travail de feu l’inspecteur en vue de trouver des indices permettant de coincer Kinechi Shonida.

Alors… Prêt à résoudre l’enquête la plus importante de votre vie ?

OHpresse22

Et tout le toutim…

C’est en ce dix-neuvième jour du mois de juin, à 14H00 précises, alors que Jean Dujardin fête son anniversaire, que les plus ponctuelles d’entre nous se rendent chez One hour. Cinq minutes plus tard, le retardataire du groupe nous fait l’honneur de sa présence. L’équipe est au complet !
Nous sommes à la fin d’une semaine de grosses chaleurs à Paris qui, nous ne le savions pas encore, s’avèrera être la seule de l’été. Le soleil cogne et la climatisation du local de l’enseigne est la bienvenue pour remettre nos cerveaux au frais avant d’affronter la mission du jour.

Nous sommes accueillis par notre gentille game master qui nous propose un petit rafraîchissement afin de faire redescendre notre température corporelle. Nous voilà tout ouïe pour le pitch au cours duquel notre hôte change radicalement de ton… L’heure est grave !
Après un rappel du pourquoi du comment nous sommes là, elle nous explique être la commissaire chargée de nous guider dans nos recherches depuis le quartier général. Pas le temps de niaiser, nous sommes déjà dans le vif du sujet !

Nous entrons rapidement dans la première pièce de cet escape game qui s’avère être un très moderne laboratoire de la police scientifique. Nous y découvrons quelques pièces à convictions que nous tripotons, sans scrupule, avec nos mains et nos empreintes. Des gants ? Pour quoi faire ? Nous sommes au-dessus de ça !
Nos cerveaux fusent et c’est assez vite que nous accédons à la planque où l’inspecteur a calanché et visiblement mangé beaucoup de conserves. Pas forcément dans cet ordre d’ailleurs… Autrement dit, la première chose que nous constatons, c’est que ce brave homme n’était ni porté sur le rangement, ni sur l’hygiène.

Hormis le fait qu’il ne s’agisse pas vraiment du lieu rêvé pour rendre son dernier souffle, cette pièce regorge tout de même d’une incroyable quantité d’informations. Sur les murs, chaque centimètre carré est occupé par des coupures de journaux, des affiches et des photos en tout genre. Nous sommes à deux doigts de nous croire dans le bureau d’Alexander Mahone lorsqu’il était à la recherche des huit de Fox River… Les vrais savent !

Nous retournons littéralement l’intégralité des objets présents dans la pièce sans avoir besoin de nous excuser auprès de l’occupant des lieux… Il est mort !
Bref… Cette énigme nous demande autant de réflexion que de manipulations en vue de récolter les premiers indices nous permettant, d’une manière franchement cool, de retracer les circonstances du décès de l’inspecteur.

Pendant tout ce temps, nous devons rendre des comptes à notre boss qui en attend visiblement beaucoup de nous. Facile de faire trimer ses collègues en restant, derrière son bureau, les fesses sur une chaise… Mais bon, l’implication de notre game master est tellement chouette que nous lui pardonnons le fait de ne pas s’être mouillée.

Tout ce début d’aventure se passe comme sur des roulettes… Nous franchissons les étapes une à une, toujours sur les traces de Shonida. Arrive alors le moment où une façon inédite de résoudre une énigme se présente à nous. Sans être de grands adeptes, nous devons reconnaître que cette expérience n’est pas des plus désagréables.
C’est ainsi que nous nous retrouvons dans un tout nouvel univers, bien plus japonisant cette fois. Nous sommes ravis de découvrir ce décor original et hyper travaillé mais le temps presse… Shonida a clairement une longueur d’avance sur nous et commence à nous faire tourner en bourriques. Nous avons beau cogiter et recogiter, les secrets de la pègre nippone nous résistent. Vous l’avez compris, nous galérons plus que de raison mais, fort heureusement, notre collègue planquée nous vient en aide au moment propice.

Encore quelques étapes, quelques beaux décors et quelques retours au laboratoire de nos débuts sont nécessaires à la résolution de l’enquête. Nous sommes officiellement en possession de toutes les informations quand un dilemme crucial se présente à nous. En toute connaissance de cause, nous optons pour un choix rigolo mais pas forcément judicieux… Sans spoiler quoi et qui que ce soit, disons simplement que One hour et ses game masters ont fait en sorte de nous retourner le cerveau.

Retour au bercail où un dernier moment d’adrénaline met notre palpitant à rude épreuve. Bizarrement et contrairement à notre habitude, nous restons lucides et finissons en beauté la Mission Yakuza au bout de 59 minutes et 54 secondes. Fiouf ! C’était moins une… Ou moins quatre plutôt !

IMG_1675

Après délibération du conseil

One hour a très facilement réussi à s’imposer comme l’une des meilleures enseignes de la capitale. Leur secret ? Nous ne le connaissons pas… Mais ce dont nous sommes sûrs, c’est que l’équipe de game masters est plus qu’au taquet. Comme lors de nos aventures passées, l’investissement de notre hôte a parfaitement servi le scénario proposé par l’enseigne.
La Mission Yakuza n’est qu’un exemple supplémentaire de ce savoir-faire qui plonge les joueurs dans une histoire claire, trépidante et immersive.

Si cette salle possède un univers un peu moins original que les précédentes, elle n’en reste pas moins réalisée à la perfection. Les décors sont tous travaillés dans leurs moindres détails. Ils regorgent d’ailleurs de secrets que seuls les plus observateurs remarqueront… Seule une incroyable surprise capable d’en mettre plein les mirettes manque, selon nous, à l’appel.
De plus, il est important d’évoquer l’agencement de cette énigme qui s’avère être plutôt atypique. En effet, le laboratoire de la police scientifique sert de point de départ aux autres salles. Il vous faudra donc y repasser systématiquement avant de découvrir un nouvel univers.

Dans Mission Yakuza, en plus d’utiliser vos yeux, vos mains et vos cerveaux, votre équipe devra prendre des décisions susceptibles de changer le cours de votre aventure. De plus, les énigmes pourront être adaptées à votre avancée dans le jeu. Ainsi, sept fins différentes sont écrites et proposées par One hour. Vous ne vivrez donc pas forcément le même dénouement que l’équipe de votre tante Roberte passée trois heures plus tôt.

Tout est bien intégré, bien huilé et bien pensé… À aucun moment nous n’avons perdu de vue notre objectif. Nous ne sommes pas là pour nous échapper mais bien pour résoudre une enquête. Même si des petits rebondissements viennent se faufiler dans la quête initiale, le scénario ne dévie pas de sa ligne de mire. Il faut retrouver ce satané Shonida !

Certes, les enquêtes policières sont monnaie courante dans le monde des escape games. Cependant, Mission Yakuza réussit brillamment l’exercice en proposant une énigme au sein de laquelle le joueur semble maître de son destin. Grosso modo, c’est franchement bien fait et ça plaira probablement à tous, copains comme cochons, débutants comme aguerris.

Bulletin scolaire

Décors :4
Fouille :3
Réflexion :4
Difficulté générale :3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :