Alice

Pour votre gouverne

Phobia
127 rue Jeanne d’Arc
75013 Paris

Ligne 5 : Station Campo-Formino
Ligne 6 : Station Nationale

https://escape-phobia.com

Vous n’êtes pas sans savoir que nos humbles personnes raffolent de ce qui a trait à la culture et, plus particulièrement, à la littérature et au cinéma. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que nous n’étions que gaieté à l’idée de découvrir Alice, la dernière-née de chez Phobia qui, nous vous le donnons en mille, a pour thème Alice au pays des merveilles

Pour avoir la chance de rencontrer le Lapin blanc, chacun des deux à quatre cuniculteurs avec qui vous ferez corps devra débourser entre 20€ et 40€ selon que vos retrouvailles auront lieu ou non à l’heure du thé.
Avant de continuer et dans le cas où un esprit mal tourné viendrait à lire ces lignes, prenons quelques minutes pour rappeler que la cuniculture n’est ni plus ni moins que l’élevage de chauds lapins !

Le scénario ?

Ne tournons pas autour du pot… Le pays des merveilles est tombé entre les mains du Roi noir et ça, c’est sacrément fâcheux. En effet, ce dernier y fait régner la terreur plus que ne le faisait la Reine de cœur. Autrement dit, tout part à vau-l’eau !

Étant une grosse flemmarde et n’ayant que faire de cette situation quelque peu catastrophique, Alice fait appel à vous afin de sortir du pétrin ledit patelin. Elle aurait pu se bouger quand même !

Dépêchez-vous ! Il est l’heure de passer de l’autre côté du miroir… Et ce serait mal vu d’être en retard…

ALICE Photo n°2-min

Et tout le toutim…

Quoi de mieux qu’une petite trinquerie, néologisme assumé, avant de se mettre à l’ouvrage ? Malgré le fait que l’un d’entre nous ait décidé de faire cavalier seul, les trois quarts de l’équipe ne se laissent pas abattre, préférant voir le verre à moitié plein, c’est-à-dire… Boire un coup !
Le temps passe et passe et passe et beaucoup de choses ont changé et l’heure de rejoindre les locaux de Phobia pointe rapidement le bout de son nez. C’est également le moment de retrouver le loup solitaire de la bande qui, si vous avez bien suivi, ne s’est pas joint à la majorité pour boire du jus d’orange ou trop de Bloody-Mary en terrasse. Nous voilà donc au complet, fin prêts à œuvrer.

Lorsque nous pénétrons chez Phobia, nous sommes accueillis au sein d’un tout nouvel espace encore inexistant lors de notre dernière venue. Celui-ci est doté de traditionnels casiers, de confortables canapés et d’un faux gazon d’un goût certain, ou plutôt d’un certain goût, collant parfaitement au thème d’Alice au pays des merveilles… Cerise sur le gâteau, des jeux et des casse-têtes sont disposés sur les tables afin de nous faire patienter mais, manque de bol, nous sommes pile à l’heure et n’avons absolument pas le temps de batifoler. Nous sommes néanmoins ravis de savoir que, dans le cas où nous ne saurions pas quoi faire d’une après-midi pluvieuse, Phobia aurait de quoi nous occuper.

Histoire que nous soyons au parfum, notre game master, qui se trouve être le cousin du Chapelier fou, nous briefe quant à la situation désastreuse dans laquelle se trouve le pays des merveilles. Aussi courageux qu’Alice, il préfère nous envoyer au charbon plutôt que de se frotter au Roi noir. Sympa le type ! Pour être honnêtes, le rôle tenu par notre hôte aurait pu être bien plus poussé mais nous nous devons d’accorder une mention spéciale à son couvre-chef, celui-ci faisant aussi office de lampe torche.

C’est bien beau tout ça mais peut-être serait-il temps d’aller sauver ce petit monde ! L’entrée au pays des merveilles se fait d’une façon très originale et absolument magnifique. Sans trop en dévoiler, sachez que tous les membres de l’équipe ne vivent pas la même expérience…

Nous découvrons alors deux pièces dont la première, magnifiquement décorée, nous plonge au cœur d’un arbre creux où l’immersion est totale. Nous rencontrons alors la Chenille, un habitant connu de tous qui, au cas où vous vous poseriez la question, est toujours aussi dédaigneux et accro à son narguilé. Malgré cela, le lépidoptère nous permet de résoudre la première énigme et de poursuivre notre épopée.
La seconde pièce, quant à elle, possède des décors un brin décevants… Moins dans le thème et plus modernes, ils ne sont malheureusement pas à la hauteur de ce qu’est capable de faire Phobia.

Qu’à cela ne tienne ! Nous fouillons les lieux et mettons un point final aux énigmes qui nous entourent. Ces dernières, en plus de solliciter notre concentration et notre acuité visuelle, font appel à notre sens du toucher. Et oui camarade… Pas de bras, pas de chocolat !

Une manipulation originale, digne d’un tour de magie, nous permet de remplir nos estomacs de glucides et, par la même occasion, d’accéder à une nouvelle salle…

C’est alors que, soudainement, nous fermons nos boîtes à camembert tant les décors qui s’offrent à nous sont magnifiques. Si nous avions été déçus par la salle précédente, nous devons reconnaître que l’enseigne a clairement tout donné pour celle-ci. Nous sommes littéralement dans une forêt ! Enfin… Pas vraiment littéralement puisque nous sommes toujours dans le treizième arrondissement mais disons que c’est tout comme.

Nous voilà maintenant entourés d’arbres, d’oiseaux et de gazon… Tous les éléments sont réunis pour que l’immersion soit à son apogée. Après quelques minutes de bonheur oculaire écoulées, nous passons à la fouille qui se révèle plutôt simple et rapide. En revanche, nous prenons rapidement conscience de l’ampleur du travail à accomplir… En effet, les énigmes à résoudre et les manipulations à effectuer sont tout de suite visibles et, soyons honnêtes, il y en a pléthore.

Invités à nous dépêcher par Alice qui cause en voix off, nous sommes également incités à nous répartir les tâches. Nous décidons donc de nous séparer et commençons à réfléchir chacun de notre côté.
Les énigmes, pas nécessairement liées au scénario, ne sont pas coopératives et peuvent, à chaque fois, être résolues par une seule et même personne. Les manipulations, quant à elles, sont très nombreuses et plutôt originales. Nos sens sont en éveil… Nous utilisons notre ouïe et, chose extrêmement rare en escape game, notre odorat.
Une étape plus difficile que les autres nous oblige à nous réunir et à mettre en commun nos capacités de logique et de réflexion. Bazinga ! Il est maintenant temps de passer de l’autre côté du miroir afin que nos pieds fleurent l’antre du Roi noir.

C’est sombre, petit et loin d’être accueillant mais c’est beau ! Trêve d’admiration, le temps nous est compté ! La pression est à son comble alors que les dernières énigmes nécessitent de garder la tête froide… C’est ballot !
Sans savoir comment, nous parvenons néanmoins à retrouver notre calme et venons à bout de l’ultime étape après 59 minutes et 07 secondes. Le pays des merveilles est sauvé ! Le Lapin blanc pourra continuer de courir, la Reine de cœur de couper des têtes et le Chapelier fou d’être fou. De rien !

Phobia Alice

Après délibération du conseil

Par quoi pourrions-nous commencer cette délibération du conseil si ce n’est par les décors ? Soyons francs, un gros travail de l’enseigne a été fait pour que chaque joueur en prenne plein les mirettes. De plus, les jeux de lumière, très intelligemment pensés, et la musique, contemporaine au possible, mettent en avant l’aspect burtonien de la salle. Pour couronner le tout et pour notre plus grand bonheur, les interventions du game master sont intégrés au scénario. Il ne manque plus qu’une pointe de fumée chez la Chenille pour que l’immersion visuelle et auditive batte son plein.

Comme toujours chez Phobia, le maître-mot est celui de la manipulation. Avec Alice, l’enseigne ne déroge pas à la règle puisqu’elle propose de nombreux jeux, certes ludiques, mais semblant parfois tomber comme un cheveu sur la soupe.

Bien qu’assez accessible en matière de réflexion, cette salle n’en reste pas moins difficile de par la quantité d’étapes à franchir. Ajoutons à cela le fait que ces dernières, s’enchaînant de manière non-linéaire, soient la plupart du temps effectuées en solitaire. À défaut de ravir les adeptes de la coopération, Alice enchantera les amoureux du défi personnel !

L’univers créé par Lewis Carroll nous étant très familier, nous sommes contraints de reconnaître que nous en attendions énormément. En effet, le monde d’Alice au pays des merveilles se prête pleinement à l’aventure que peut représenter l’escape game… L’occasion semble donc idéale pour tomber dans la rêverie, dans l’absurdité et dans l’extravagance la plus totale… Seulement et aussi bien soit-elle, Alice manque malheureusement d’un petit grain de folie pour atteindre la perfection et ainsi être digne des décors que nous vous conseillons d’aller voir.

Bulletin scolaire

Décors :4
Fouille :2
Réflexion :3
Difficulté générale :4

Le Pays des Merveilles

Pour votre gouverne

LeavinRoom
28 bis boulevard Pereire
75017 Paris

Ligne 3 : Station Wagram
RER C : Station Pereire-Levallois

www.leavinroom.fr

14 juillet… Cocorico ! En ce jour de célébration et de festivités, les accros que nous sommes ont besoin de leur dose d’adrénaline. Voilà l’occasion idéale pour participer à notre septième escape game.
Après quelques hésitations, nous faisons le choix de découvrir LeavinRoom. Suivant leur conseil, nous optons pour un trip dans le monde alambiqué d’Alice au Pays des Merveilles.

LeavinRoom ne propose qu’une salle pour cette énigme. Nous ne pouvons donc challenger nos neurones qu’à trois, quatre ou cinq personnes maximum. Vous l’aurez compris, il est impossible de fumer d’autres équipes au cours d’un battle. Dommage !

Si vous voulez avoir la chance d’halluciner au Pays des Merveilles, il vous faudra dépenser entre 20€ et 34€ par personne. Il s’agit donc du même principe ; plus on est nombreux, moins on paie. Mais croyez-nous, c’est de la bonne !

Le scénario ?

La très célèbre Alice, celle du Pays des Merveilles, a été capturée par la cruelle Reine de Cœur. Sniff ! Vous seul pouvez la sauver. Attention ! Des surprises et des rencontres hallucinantes pourraient retarder votre traversée… D’autant plus que vous n’aurez que 60 minutes pour retrouver Alice.
Le temps presse… N’oubliez pas que là-bas, la vérité n’est pas toujours celle que l’on croit alors méfiez-vous des badtrips !

Prenez une dose de courage, avalez une pilule de motivation et plongez dans ce monde où illusion et réalité ne font qu’un !

11716073_1474616242832393_748588617_n

Et tout le toutim…

Pour notre première mission chez LeavinRoom, nous sommes à la fois rassurés et euphoriques de découvrir un univers dont nous sommes addicts. Qu’il s’agisse de Lewis Carroll, de Disney ou de Tim Burton, Alice, nous la connaissons ! Nous partons donc, assez confiants mais légèrement anxieux, en direction de cette nouvelle enseigne.

14H00 (notre heure porte-bonheur) : nous pénétrons dans les locaux de LeavinRoom. L’accueil est sympathique mais timide. Nous regrettons de ne pas avoir nos bières fraîches promises lors de nos échanges de tweets. Mais qu’à cela ne tienne, nous sommes quand même ivres de motivation !

Notre maître du jeu nous briefe dans une petite pièce sombre. Pour sortir, pas de recette miracle puisque nous devons « simplement » retrouver Alice. Ça, c’est notre came !

Impatients, sous l’effet de l’excitation, nous entrons enfin dans Le Pays des Merveilles. Notre première réaction est unanime : Waouh ! On ne nous a pas menti sur la marchandise ! L’ambiance, les couleurs, les détails et les références à Alice au Pays des Merveilles sont là. La pièce est parfaitement décorée.

Nous nous trouvons dans un jardin stupéfiant aux décors fabuleux. De l’herbe, des horloges, des fioles, des gâteaux et une grande pendule ornent la pièce. Nous entendons alors la voix d’Alice qui nous accueille ; c’est elle qui nous guidera et nous donnera des indices tout au long du jeu.

La partie démarre ! La dose de stress augmente, nous fouillons, fouillons et fouillons encore ! La bande sonore du film de Tim Burton nous accompagne et nous fait planer.

Les étapes s’enchaînent. Alice, notre dealer d’indices, est là pour nous aider mais notre connaissance de son univers nous fait gagner de préciseuses minutes. Plus nous avançons, plus nous découvrons d’éléments rappelant l’univers imaginé par Lewis Carroll. Des cartes à jouer, de la vaisselle, du matériel de croquet… Tout y est !

Et là, c’est le hic ! Un cadenas nous résiste… Nous restons bloqués un bon moment mais finissons par en venir à bout. Nous avons évité la crise d’angoisse ! La suite du jeu s’enchaîne très rapidement jusqu’à ce que nous délivrions Alice et que notre game master nous ouvre la porte.
Victoire ! Nous sortons, un peu stone, au bout de 55 minutes !

Sans titre-1

Après délibération du conseil

Pour un premier test chez LeavinRoom, nous devons reconnaître qu’il est réussi. Néanmoins, avouons que Le Pays des Merveilles est une pièce relativement simple à résoudre.
Les énigmes demandent plus de dextérité que de réflexion. Pour les résoudre, une bonne connaissance de l’univers d’Alice peut être un réel avantage et vous faire gagner du temps.

Une bonne dose de fouille saura accueillir les plus fouineurs d’entre vous. Si vous êtes dans ce cas, cette pièce est faite pour vous ! En ce qui nous concerne, nous avons été quelque peu freinés par la peur d’abîmer ce fragile décor.

Au final, nous avons eu notre quota d’adrénaline. Nous devons tout de même reconnaître que nous aurions apprécié sortir du Pays des Merveilles de façon plus spectaculaire. Une porte qui s’ouvre, un dernier cadenas à déverrouiller ou entendre Alice nous remercier de l’avoir sauvée aurait terminé à la perfection cette énigme.

Ces détails mis à part, nous vous conseillons vivement de tester cette pièce, particulièrement si vous êtes néophyte en la matière. En revanche, si vous êtes déjà dépendant, vous risquerez d’être en manque de prises de tête ou d’adrénaline. En effet, Le Pays des Merveilles est la pièce la plus simple de LeavinRoom.
Nous pouvons tout de même affirmer que les décors et l’atmosphère qui s’en dégage ne peuvent que faire rêver l’ensemble des participants.

PS : « We’re all mad here ! »

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :4
˜Réflexion :2
Difficulté générale :2