Le secret du pirate

Pour votre gouverne

HintHunt
58 rue Beaubourg
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

Afin de commencer cet article du mieux possible, nous sommes partis à la recherche des meilleures répliques prononcés par le capitaine Crochet dans Hook. Malheureusement, notre cher moteur de recherche n’a rien trouvé de mieux à nous proposer que des citations de Cœur de pirate… Autant vous dire que nous sommes bien loin de l’excellent film inspiré du roman de James Matthew Barrie. Tant pis ! Nous ferons donc l’impasse sur la culture cinématographique…

Entrons dans le vif du sujet… L’enseigne pionnière de l’escape game français, HintHunt pour les intimes, a récemment ouvert Le secret du pirate qui, soyons honnêtes, nous a fait de l’œil avant même de voir le jour.

Pour le moment, un seul et unique bateau, que nous nommerons Santa María afin de préserver son identité, est actuellement prêt à vous recevoir… Deux autres embarcations, appelées Pinta et Niña, toujours pour une histoire d’anonymat, sont d’ores et déjà en travaux. De ce fait, il sera bientôt possible d’être quinze à découvrir simultanément Le secret du pirate.

Comme d’habitude chez HintHunt, le prix de votre voyage oscillera entre 22€ et 32€ selon votre quantité d’amis et votre horaire de départ… Une broutille pour qui espère suivre la trace d’un maudit pirate !

Le scénario ?

Un bateau vient d’être retrouvé… Figurez-vous qu’il tient bon la vague et tient bon le vent ! Ça vous fait une belle jambe hein ?
Tâchez tout de même d’y prêter un peu d’attention puisqu’il ne s’agit pas d’un rafiot ordinaire. Cette embarcation, loin d’être anodine, fut celle du capitaine Henry Every, pirate anglais ô combien redoutable !
Si l’on en croit la légende, ce célèbre flibustier aurait possédé un somptueux saphir il y a trois-cents ans de cela… Nous vous avions bien dit de vous y intéresser !

Histoire de pimenter un peu le tout, le dit capitaine est victime d’une malédiction : son âme est coincée sur le bateau. Charmant ! Figurez-vous que l’unique moyen de lever la scoumoune est justement de retrouver la pierre précieuse.

Étant donné que vous aimeriez bien récupérer le caillou bleu et que monsieur Every aspire à reposer en paix, ce dernier s’engage à vous aider pendant une heure. Si vous retrouvez le saphir, tout le monde y trouvera son compte. Dans le cas contraire, votre âme restera sur le bateau afin de tenir compagnie au pirate…

DSC_0598

Et tout le toutim…

Back to basics ! Nous sommes de retour pour vous jouer un mauvais tour chez HintHunt, enseigne témoin de nos premiers pas dans le monde de l’escape game. Leur nouvelle salle est installée dans un bel immeuble parisien, là où se trouve déjà la Zen room. Cette journée a donc un air de pélerinage pour notre équipe…

Lorsque nous franchissons le seuil de la porte, nous sommes de suite accueillis par notre game master, somme toute peu causant. Le jeune homme est très gentil mais semble trop timide pour engager la conversation. Il nous informe néanmoins que nous pouvons nous rendre dans les lieux d’aisance puis nous annonce que de l’eau et du sirop sont à notre disposition. Nous acceptons ce rafraîchissement avec plaisir, d’autant plus que la température extérieure avoisine les mille degrés. Oui… Au moins ! En ce qui concerne les cabinets, nous considérons qu’il n’est pas nécessaire de développer ici.

Après un silence un peu gênant, notre game master se déride et commence à nous briefer sur l’aventure qui nous attend. Il explique le scénario de la salle puis nous informe que l’enseigne a tout misé sur l’immersion et les décors. Voilà qui nous met l’eau de mer à la bouche !

Notre hôte ajoute que les indices n’apparaîtront pas sur un écran de télévision et qu’aucun signal sonore ne viendra troubler notre réflexion. En effet, Henry Every nous apportera de l’aide à travers un grimoire magique et ce, en continu. À nous de jauger si nous souhaitons le consulter… Voilà qui semble être un gros point positif pour l’immersion !

Passons aux choses sérieuses… C’est-à-dire à notre entrée dans la salle. Notre game master ne s’est clairement pas fichu de nous lorsqu’il a vanté les décors. La salle est ma-gni-fique* ! Nous sommes sur un bateau. Un vrai bateau !
*Merci de prononcer ce mot correctement parce que nous ne sommes pas franchement fans de Cristina Cordula…

Il fait sombre mais la visibilité, tout à fait convenable, nous permet de découvrir l’environnement. De haut en bas, de droite à gauche, tout est en bois et complètement réaliste. Un bureau, une bibliothèque et du matériel de navigation sont présents dans la pièce. Nous trouvons également quelques pistolets et des bouteilles de rhum… N’oublions pas que nous nous trouvons sur un bateau pirate, que diable !
À travers les hublots, nous pouvons apercevoir Paris… Il est d’ailleurs temps de lever l’ancre afin que notre aventure commence ! Bougeons-nous !

Comme à notre habitude, nous commençons par explorer les lieux. La fouille est minutieuse, très présente et bien pensée. Tous les éléments sont parfaitement bien cachés mais rien n’est capillotracté.

Nous résolvons les premières énigmes assez rapidement sans avoir besoin de nous référer au grimoire magique. Sur notre chemin, nous rencontrons quelques codes et clefs, totalement intégrés aux décors et au scénario.
De plus, HintHunt a trouvé de nombreux subterfuges innovants afin de limiter le nombre de serrures. En effet, cette salle est un savant mélange de puzzles classiques, de manipulations inédites et de mécanismes assez incroyables.

Au fur et à mesure du jeu, nous en apprenons plus sur le capitaine Henry Every. Chaque énigme se retrouve liée à l’histoire afin que nous comprenions le pourquoi du comment de ses aventures en mer.

Plus nous avançons dans la partie, plus notre épopée prend des airs de chasse au trésor. Nous trouvons des cartes, des choses à lire et des parchemins parsemés de routes en pointillés… Rien à dire, nous sommes dans une salle où chacune des étapes est liée à l’univers de la piraterie.

Nous parvenons à lever l’ancre assez rapidement… Arrive alors le moment où nous débarquons dans un endroit que nous préférons tenir secret. Contentez-vous de savoir que nous suivons les traces du capitaine Henry Every…

Une manipulation, assez classique mais très drôle, nous permet d’accèder à un deuxième espace de jeu. Nous tombons alors sur l’un des décors les plus incroyables que nous ayons vu en escape game. La folie internationale ! Là encore, la manipulation et l’observation ont la part belle dans les tâches à accomplir.
En parlant de manipulation, nous vivons un moment assez incroyable, immersif au possible, qui, pour couronner le tout, nous vaut un bon fou rire. Le secret du pirate n’est vraiment pas là pour rigoler… Enfin si ! Justement !

La fin de la partie nous permet de découvir un nouvel espace de jeu toujours aussi incroyable en terme de décor. Dans cette nouvelle salle, chaque énigme est accompagnée d’une manipulation à effectuer. Ce sont réellement nos actions qui nous permettent d’avancer.
La coopération est indispensable et les mécanismes qui nous entourent sont dignes des plus belles heures de Fort Boyard.
LaBoulepaixàtonâme you know ?

Nous avançons très rapidement car tout est fluide et nous savons exactement ce que nous devons faire. En revanche, ce que nous ne savons toujours pas, c’est l’endroit où est caché le saphir. Il semblerait qu’Henry Every soit encore plus vicieux que Rackham le Rouge…

Finalement, une dernière manipulation nous permet de mettre la main sur le butin tant recherché et de lever la malédiction au passage. Nous pouvons maintenant mettre le cap sur Paris… Notre expédition aura duré 53 minutes et 24 secondes.

Le secret du pirate

Après délibération du conseil

Allons droit au but… Le secret du pirate nous a mis une sacrée claque ! Fin de l’histoire. Tout est dit.
Bon… Trêve de plaisanterie ! Étant donné que nous sommes les blogueurs les plus sympathiques de la toile, nous allons tout de même développer un chouïa…

Les décors sont magnifiques, sublimes, remarquables et splendides. Comme dirait l’autre, c’est de toute beauté ! L’immersion, quant à elle, est plus qu’aboutie. HintHunt nous a permis de monter à bord d’un bateau de pirates, cela ne fait aucun doute !

Les énigmes, quant à elles, nous ont semblé toutes plus cohérentes les unes que les autres. En effet, ces dernières ont toujours été en lien avec le scénario qui, pour notre plus grand bonheur, est inspiré d’un personnage historique. De plus, nous avons grandement apprécié la fluidité avec laquelle les différentes étapes du jeu se sont enchainées.

En ce qui concerne les manipulations, nous devons avouer qu’elles nous ont vendu du rêve. Nous en retiendrons particulièrement deux : l’une nous a fait pisser de rire tandis que l’autre, très coopérative, nous a permis de vivre une expérience digne de Fort Boyard. Nous voilà comblés !
Ajoutez à cela des mécanismes dernier cri admirablement fondus dans le décor, vous obtiendrez l’un des meilleurs escape games de Paris. Autant vous dire que vous aurez probablement envie de jouer cette salle plusieurs fois…

Le secret du pirate étant une aventure assez linéaire, nous ne pouvons que vous conseiller de la jouer à trois ou quatre. Être plus nombreux risquerait peut-être de frustrer l’un des membres de l’équipage, ce qui serait un véritable gâchis.

Hormis le fait que l’accueil du game master puisse encore être amélioré, restons objectifs, nous n’avons que des critiques positives à écrire… Profitez-en cher lecteur, c’est assez rare pour être souligné !

Le secret du pirate fut un réel coup de cœur pour notre trio… Point final. Pour de vrai cette fois.

Bulletin scolaire

Décor :5
Fouille :5
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Titanic

Pour votre gouverne

Majestic Escape Game
2 rue Française
75001 Paris

Lignes 1 & 4 & 7 & 11 & 14 : Station Châtelet – Les Halles
RER A & B & D : Station Châtelet – Les Halles

https://majestic-escapegame.paris

Histoire de varier les plaisirs, notre équipe décide de se rendre, non pas à une session d’escape game, mais à une petite séance de cinéma. Nous voilà donc en route vers le Majestic, concurrent direct du Grand Rex, qui a ouvert ses portes en novembre dernier. Les films à l’affiche ne sont pas des plus récents mais après tout, qui résisterait à une énième projection de Titanic ?

Selon l’heure de la séance et le nombre de spectateurs, la place de cinéma vous coûtera entre 26€ et 32€ par personne. Il est vrai que celà n’est pas donné mais que voulez-vous, il paraît que ce cinéma est un peu particulier…

PS : La carte UGC illimitée n’est pas acceptée…

Le scénario ?

Le Majestic n’est effectivement pas un cinéma ordinaire. Il est le seul à vous entraîner derrière l’écran, vous permettant ainsi d’être acteur de votre propre aventure.

14 avril 1912 : Voyage inaugural du RMS Titanic… Vous êtes mécanicien à bord et vous remarquez que le paquebot est à l’arrêt. Vous l’ignorez encore mais, il y a quelques heures, à 23H40 précises, le Titanic a heurté un iceberg.

15 avril 1912 : 01H20 du matin. Vous recevez un message vous informant que le bateau va sombrer dans les profondeurs abyssales d’ici soixante minutes. Malheureusement, vous êtes loin d’être prioritaire pour accèder à l’un des rares canots de sauvetage présents à bord. Pire encore, les grilles permettant d’atteindre les ponts supérieurs ont été fermées à clef. Vous avez une heure pour ouvrir cette f*cking grille et avoir une chance de prendre place dans une chaloupe.

C’est la loose. La mouise. La misère. La fin des fins c’est Planta fin. Autant vous dire que vous avez encore plus de risque de calancher qu’un personnage de Game of thrones.

SONY DSC

Et tout le toutim…

En ce jour férié fort ensoleillé, nous décidons, contre toute logique, d’aller nous enfermer dons une salle obscure. À notre arrivée chez Majestic, nous sommes gentiment accueillis par Benjamin, notre game master. La décoration du hall d’entrée est impressionnante… Nous apercevons quelques fauteuils rouges, symboles des salles de cinéma ainsi que de magnifiques canapés qui nous attendent. Pour couronner le tout, le nom de l’enseigne est écrit sur un panneau reprenant l’écriture des « american theatres ».

Après quelques minutes de discussion autour d’un verre et d’un seau de pop-corn, cinéma oblige, nous entrons dans le vif du sujet. Benjamin nous accompagne devant la porte de la salle, nous explique le scénario et nous précise que Peter, notre supérieur, a réussi à s’enfuir avant la fermeture des grilles. Voilà qui nous faisait une belle jambe jusqu’à ce que nous apprenions que ce dernier souhaitait nous aider à sortir. Quelle âme charitable ce Peter ! Notons que le fait que notre game master fasse partie intégrante du scénario est un détail fort sympathique.

Manque de bol, ce dernier nous annonce deux mauvaises nouvelles : notre équipe sera séparée et notre aventure commencera dans le noir. Joie !

Il est l’heure de fermer les yeux et de nous laisser guider… Notre game master nous mène, par groupe de deux, dans la salle des machines qui, rappelons-le, est plongée dans l’obscurité.

La lumière s’allume finalement et nous découvrons un décor criant de réalisme. Pas de carton pâte ou de plastique de mauvaise qualité. En effet, du métal, de l’acier et des tuyaux courent le long des murs… Nous nous croyons vraiment à bord d’un bateau, plus précisément au cœur de la salle des machines. Malheureusement pour nous, ce n’est pas dans cette partie du navire que nous trouverons le Cœur de l’océan… Voilà qui est plutôt fâcheux !

Une lourde porte blindée sépare nos deux groupes. Nous comprenons alors que notre première mission consiste à l’ouvrir afin d’être réunis. Nous commençons donc à fouiller afin de trouver des éléments susceptibles de nous aider dans cette tâche.

Plus que minutieuse, la fouille est quelque peu vicieuse mais juste ce qu’il faut pour apprécier la difficulté. Contrairement à notre habitude, nous n’avons ni tiroirs à renverser, ni tapis à soulever, ni même bureau à fouiller. Soyons honnêtes, nous sommes assez déstabilisés par le peu d’éléments qui nous entoure.

L’ambiance sonore, extrêmement immersive, nous oblige à hurler pour réussir à échanger à travers la porte blindée. Parlons-en de la communication d’ailleurs… Nous avons parfaitement compris comment activer le mécanisme nous permettant d’être réunis ; cependant, deux d’entre nous ont décidé de se noyer dans des explications loin d’être claires. Se noyer… Dans le Titanic… Questcequonestdrôles.

Notre game master ne sait même pas comment nous aider puisque nous avons tous les éléments entre nos mains. Seule notre bêtise personnelle nous fait perdre du temps… Précisons d’ailleurs que le moyen de communication avec Benjamin Peter est très original et parfaitement intégré au décor. Nous finissons tout de même par ouvrir cette fichue porte. Voilà enfin notre équipe au complet !

Au fur et à mesure du jeu, nous en apprenons plus sur les jours précédents le drame. De petits détails glissés dans le décor nous permettent de sentir que nous nous trouvons bien sur l’insubmersible Titanic et non sur un vulgaire bateau de croisière. Insubmersible our ass oui…

Nous perdons à nouveau du temps sur la résolution de la deuxième grosse énigme. Nous tentons, tâtonnons et essayons jusqu’à ce que l’éclair de l’un des membres de l’équipage jaillisse. Et oui les amis, l’éclair a jailli ! Une fois de plus, les vrais savent…

Il s’avère que la pression ne nous réussit pas. La pression… Dans un bateau qui va finir sous l’eau… Nos cerveaux semblent être franchement ramollis par l’humidité ambiante. Qu’à cela ne tienne ! Nous parvenons à ouvrir l’un des rares cadenas de la salle permettant de découvrir un mécanisme ô combien impressionnant ! Probablement l’un des plus impressionnants que nous ayons vus en escape game.

Nous n’avons malheureusement que peu de temps pour nous extasier, d’autant plus que, par souci d’authenticité, Majestic n’a pas inclus d’écran indiquant notre durée de jeu. L’immersion est parfaite ! Il ne manque plus que l’orchestre jouant jusqu’à la dernière minute…

En avançant dans le jeu, nous découvrons une partie du décor, invisible jusqu’à présent, qui se trouve être vraiment très belle. Au risque de vous gâcher la surprise, nous préférons de suite annoncer la couleur : pas de Leo, menottes aux poignets, attendant d’être délivré. En revanche, nous apercevons la sortie… Inaccessible pour le moment.

Afin d’avoir une chance d’atteindre le pont supérieur, nous devons résoudre une dernière énigme qui, soyons honnêtes, nous laisse perplexe. Encore une fois, nous comprenons ce que nous devons faire mais sommes incapables de trouver la solution.

L’immersion est telle que la panique nous empêche de garder notre sang froid. Nous tentons des manipulations hasardeuses… Sans succès !

Notre game master, prêt à tout pour que nous ne sombrions pas au fond de l’Atlantique, nous envoie des indices à la pelle. Ce serait vraiment dommage de finir dans une eau glaciale avec une porte pour quatre en guise de radeau. Déjà que Jack n’a jamais réussi à grimper dessus…

Grâce aux bons conseils de notre game master, nous parvenons à mettre la main sur la clef nous permettant d’ouvrir la grille menant aux étages supérieurs. Nous réussissons cet exploit au bout de 52 minutes et 04 secondes. Once more, we open the door !

NB : L’histoire ne dit pas si nous avons réussi à trouver une place sur un canot. Nous avons peut-être fait tout ça pour rien…

Titanic

Après délibération du conseil

Ne nous mentons pas, les décors et l’immersion sont les gros points forts de cette salle. Nous avons été immédiatement plongés, c’est le cas de le dire, dans l’univers du naufrage du Titanic. Les surprises que nous avons découvertes au fur et à mesure de la partie nous ont sincèrement ébahis.

Pour résumer, le réalisme des décors, l’ambiance sonore et les soucis du détail font de cette salle l’une des plus immersives que nous ayons testées jusqu’à présent.

Les énigmes sont parfaitement bien ficelées et toujours intégrées au scénario. Nous pouvons néanmoins regretter que ces dernières soient assez peu nombreuses. Soyons clairs, nous avons été franchement lents mais des cerveaux plus éveillés pourraient peut-être rester sur leur faim en sortant trop vite de la salle.

Nous avons également beaucoup apprécié la relation avec notre game master. Ce dernier nous a suivis tout au long de la partie afin de nous donner de précieux conseils et ce, sans nous abandonner une seconde. De plus, nous avons été accueillis chaleureusement dans des locaux magnifiques.

Étant donné que nous sommes très chiants pointilleux, nous tenons à faire passer un message à l’équipe de Majestic : nous sommes extrêmement déçus que notre victoire n’ait pas été célébrée par la venue de Céline Dion en personne. Rien que ça…

Bulletin scolaire

Décor :5
Fouille :3
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Le mystère de Barbe-Noire

Pour votre gouverne

Enigmatic
4 avenue James De Rothschild
77164 Ferrières-en-Brie

https://www.enigmaticparis.fr

Vous vous en doutez, nous ne sommes pas du genre à traverser l’Île-de-France pour nous contenter d’un Braquage à Amsterdam. C’est donc après une petite pause que nous sommes de nouveau dans les starting blocks, prêtes à en découdre avec Le mystère de Barbe-Noire.

Cette plongée sous-marine dans les eaux bleues des Caraïbes vous coûtera entre 18€ et 33€ par personne. Nous ne voudrions pas avoir l’air de nous répéter au fil des articles mais le prix dépend du nombres de participants ainsi que du jour et de l’heure du voyage. Notons cependant qu’Enigmatic propose des tarifs réduits aux moins de vingt-cinq ans. Malheureusement pour nous, ce temps est révolu… Nous avons cependant la chance d’être invitées ; nous n’allons donc pas nous plaindre…

Le scénario ?

Dans les années 1700 et des poussières, le capitaine Barbe-Noire pille îles et navires sur son passage. Histoire que la légende perdure, sachez que ce célèbre pirate anglais, Edward de son prénom, avait pour habitude d’enflammer quelques mèches à canon à l’intérieur de sa barbe tressée. Si ça ce n’est pas du bad boy… Bref !

Le roi d’Angleterre, bien décidé à ne pas laisser Barbe-Noire sévir davantage, envoie un jeune officier dans les Caraïbes afin de défaire ce vandale sans pitié. Le petit jeune a aussi pour mission de ramener le butin du pirate…  Tant qu’à faire, autant se remplir un peu les poches.
Pour vous la faire courte, le jeune homme parvient à vaincre Barbe-Noire mais pas à débusquer le trésor. Il laisse donc le navire à l’abandon…

Quelques années plus tard, vous tentez le tout pour le tout et pénétrez dans la cabine du capitaine à la recherche du fameux trésor perdu. Cependant, une tempête fait rage… Vous n’avez donc qu’une heure pour mettre la main dessus au risque de périr au fond des mers… Tâchez de ne pas vous rater !

Barbe noire

Et tout le toutim…

Histoire que vous soyez mis au parfum, apprenez immédiatement que notre défi du jour consiste à écrire un maximum de fois le mot cadenas dans cet article.

Nous voilà donc devant la porte de la cabine du capitaine. Cette dernière, joliment décorée d’épées, nous met directement le rhum l’eau à la bouche.
Halte-là moussaillons ! Avant de pouvoir monter à bord du bateau, une petite vidéo résumant le scénario nous est diffusée. Nous ne parlerons pas du fait que celle-ci s’adresse aux joueurs lyonnais… Oups ! Ah bah si en fait !

Une fois l’histoire bien comprise, nous pénétrons dans la cabine et découvrons un décor tout en bois qui, soyons objectives, est sincèrement réussi. Nous avons réellement le sentiment d’être à bord d’un bateau pirate : boussole, coffres, hublots, cage de perroquet et bibliothèque pleine de vieux livres nous entourent. La salle est remplie d’éléments à trouver et à analyser.

Nous ne perdons pas de temps et nous mettons tout de suite au travail. Dès les premières minutes de fouille, c’est le drame. La grosse décéption. Le cataclysme. Oui… Au moins tout ça ! Sur le bureau, nous découvrons… Un écran mesdames et messieurs ! Un écran avec un compte à rebours et un bouton HELP pour réclamer des indices. Nous ne voudrions pas être vulgaires mais qu’est-ce que ça fout là ? En pleine mer des Caraïbes ? Dans un bateau du XVIIIème siècle ? Déjà que nous ne sommes pas fans des boutons d’indice, si en plus ils se pointent en mode anchronismes, c’est non de chez non !

Cette première déception digérée, nous nous remettons à fouiller. Autour de nous, des cadenas à code, des cadenas à clé, des cadenas à droite, des cadenas à gauche…Phobiques de cadenas, passez votre chemin… Dans cette salle, il y en a beaucoup !

Nous trouvons assez facilement les réponses aux premières énigmes. Grace à ces dernières, nous parvenons à ouvrir… Des cadenas voyons ! Suivez un peu !

L’une des boîtes fermée par un cadenas nous permet d’obtenir un indice concernant l’emplacement d’un objet que nous avons déjà trouvé. Que voulez-vous, nous sommes trop fortes ! Ne prenons tout de même pas la grosse tête ; notre sens de l’observation nous fait rapidement défaut et nous perdons quelques minutes à chercher des éléments qui se trouvaient juste sous nos yeux.
Fort heureusement, le magnifique écran anachronique, pas du tout à sa place sur le bateau, permet à notre game master de nous aider. Nous parvenons ainsi à reprendre nos investigations…

C’est alors que nous découvrons une deuxième salle aux décors tout aussi réussis que la première. Nous avançons rapidement avant d’être à nouveau bloquées. Comme dirait l’autre, nous sommes un peu sous l’eau…
Cette fois, c’est la fouille qui nous pose problème. Devinez quoi ? Il nous manque une clef. Pour ouvrir un coffre. Un coffre fermé par un cadenas.
Trève de plaisanterie, les éléments se déchaînent à l’extérieur. La tempête n’est pas loin. Il est grand temps de s’activer ! Profitons-en pour souligner les magnifiques jeux de lumières qui donnent vraiment l’impression que des éclairs frappent le ciel.

Revenons à nos moutons… Nous finissons par trouver la clef manquante grâce aux bons conseils de notre game master. Une énigme assez classique mais longue nous permet d’accèder à une nouvelle salle. Cette dernière étant vraiment exigüe, nous en faisons vite le tour… Juste le temps d’y trouver deux coffres, deux cadenas et les deux clefs qui vont avec.
Nous découvrons alors le trésor de Barbe-Noire… Ça sent la fin ! Il nous faut néanmoins trouver le moyen de regagner la terre ferme.

Voilà maintenant le moment de résoudre la dernière énigme, encore une fois très classique. Jusqu’à présent et malgré l’overdose de cadenas, ces dernières ont toujours été en lien avec le scénario. Il s’avère malheureusement que celle qui nous fait maintenant face tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Comprenez donc que nous nous interrogeons fortement sur la pertinence de cette ultime énigme.
Nous parvenons cependant à la résoudre et sortons de la cabine du capitaine après 55 minutes et 50 secondes à bord.

IMG_2567

Après délibération du conseil

Vous l’aurez compris, les décors sont le gros point fort de cette salle. Réalistes et assez jolis, ils nous plongent immédiatement dans l’univers attendu. L’immersion serait parfaitement réussie si l’écran ainsi que le bouton d’indice ne venaient pas gâcher ce bel environnement.

Le mystère de Barbe-Noire est annoncée comme étant la salle la plus difficile de l’enseigne mais n’ayez crainte, les énigmes sont assez classiques et d’un niveau tout à fait abordable. Il semblerait que la difficulté générale vienne principalement du (trop) grand nombre de cadenas à ouvrir.
Si vous êtes de grands amateurs de cadenas, cette salle vous comblera sans aucun doute. Vous n’aurez néanmoins pas le temps de lambiner…

Ajoutons à cela qu’il est possible de venir jouer jusqu’à six moussaillons mais étant donné le peu d’espace disponible dans la salle, nous vous conseillons d’opter pour un plus petit équipage.

Nous regrettons le peu d’échanges avec le game master qui, comme lors du Braquage à Amsterdam, s’est contenté de nous prendre en photo sans chercher à savoir ce que nous avions compris ou non. Un peu léger comme débriefing…
Au cas où vous auriez besoin de quelque chose de plus explicite, comprenez que nous avons quitté les lieux légèrement déçues.

Si vous êtes à la recherche de salles innovantes et modernes, Le mystère de Barbe-Noire n’est pas fait pour vous. En revanche, si vous aimez les énigmes à l’ancienne et, par dessus tout, ouvrir des cadenas, foncez !

NB : Le mot « cadenas » a été mentionné quinze fois dans cet article. Record battu !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :3
Réflexion :3
Difficulté générale :3

Le sous-marin

Pour votre gouverne

HintHunt
68 rue des archives
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

Tel monsieur Preskovic dans Le père Noël est une ordure, nous vous présentons toutes nos confuses pour notre retard… Il est vrai que nous n’avons pas été des plus rapides à écrire cet article. Nous avons une vie que diable ! Sachez que ce délai n’entâchera en rien la qualité de notre production.
Trêve de justification ! Nous sommes là pour vous parler de notre visite chez HintHunt au cours de laquelle nous avons découvert leur sous-marin.

Nos toutes premières aventures avaient commencées chez HintHunt ; c’est donc avec plaisir que nous retrouvons cette enseigne. Un brin de nostalgie flotterait-il dans l’air ?

Bénéficiant de son statut de pionnier de l’escape game français, HintHunt possède deux sous-marins. Tout est normal ! Dire que Jack et Rose ont dû se contenter d’une planche pour deux ! Tout ça pour dire que dix moussaillons, répartis en deux groupes, peuvent participer à ce voyage dans les profondeurs de l’océan. Pour cela, entre 22€ et 32€ par personne devront être déboursés. Comme d’habitude, le prix dépend de l’heure et du nombre de personnes capables de résister à la pression… Les oreilles qui se bouchent toussa toussa !

Le scénario ?

Nous allons faire simple : il n’y a pas de scénario ! Notre game master nous a indiqué que nous allions pénétrer dans un sous-marin. C’est tout ! L’avantage de cette information, c’est que nous ne nous y attendions pas du tout…
Tout ça pour dire que le gros du pitch sera découvert au fur et à mesure de l’aventure !

Allez… Soyons chouettes avec vous ! Histoire de vous donner envie, nous allons tout de même vous révéler une chose : vous aurez une heure pour mener à bien votre mission. Une heure ? Soixante minutes ? Trois-mille-six-cents secondes ? Dans un escape game ? Sans blague !

SubMarine Coordonnées

Et tout le toutim…

Comme nous vous l’avons déjà dit plus haut, notre première expérience dans le monde des escape games avait eu lieu chez HintHunt. Nous n’avions alors pas du tout aimé… C’est d’ailleurs pour cela que nous en sommes aujourd’hui à notre 40ème article ! Au cas où certains auraient quelques difficultés de compréhension, ces dernières lignes relèvent de l’ironie. C’est donc tout sourire que nous arrivons dans les nouveaux locaux de l’enseigne.

Une fois accueillies au sein d’un bel appartement parisien au très joli parquet, notre game master nous explique que deux énigmes différentes sont proposées aux joueurs. Compte tenu de nos capacités mondialement reconnues et de nos facilités indéniables, nous choisissons Deep down, l’énigme la plus difficile. Pour ceux qui n’auraient toujours pas percuté, il s’agit ici aussi d’ironie.

Une fois n’est pas coutume, nous ne possédons aucune information quant à la tâche à effectuer. Nous comprendrons probablement au fil de l’eau… Ha ha ha !

Nous pénétrons dans la salle et découvrons un décor très épuré mais extrêmement réaliste. Nous sommes entourées de murs gris, de tuyaux, de missiles ou encore d’un périscope. Ce décor est parfaitement cohérent avec le thème de la salle… Ou du moins avec l’idée que nous nous faisons d’un sous-marin.

Nous commençons notre travail de fouille mais ce dernier se révèle plus que succint étant donné le peu d’éléments présents dans la salle. Après trois minutes, nous nous mettons à tourner en rond comme des poissons dans un bocal. Voilà qui commence bien ! Notre haute estime de nous même nous contraint d’écrire que ce flottement n’est pas lié à notre état de fatigue mais bel et bien aux faux indices glissés sur notre chemin. Quoi qu’il en soit, l’une de nous passe cinq bonnes minutes à se prendre la tête sur un élément totalement inutile tandis que les autres membres de l’équipe, imperturbables, continuent à réfléchir.

Au bout d’une dizaine de minutes, l’élément perturbateur tant attendu arrive enfin. Nous devons empêcher le sous-marin de couler. Nous découvrons rapidement une deuxième salle qui s’avère être bien plus riche que la première. Il y a des boutons, des boutons et encore des boutons… Dans tous les coins ! Autant vous dire que l’envie d’appuyer partout est colossale. Et si nous touchions à tout en même temps… Qui sait ? Il se passera peut-être quelque chose. Nous résistons (presque) à l’envie de faire mumuse et réussissons à nous reconcentrer sur l’essentiel : sauver notre vie. C’est important quand même !

Plus nous avançons dans le jeu, plus nous réalisons à quel point la cohésion de groupe est indispensable. Nous voilà en train de courir dans tous les sens en nous hurlant des informations à tout va ! Une autre manipulation nous oblige même à coordonner nos mouvements… N’ayons pas peur des rapprochements physiques ! Trève de blabla, les manipulations sont vraiment sympas et nombreuses !
Juste un petit conseil de vous à nous : n’essayez pas de faire le cow-boy, il est impossible de s’en sortir seul dans cette salle.

Nous avançons assez rapidement car la progression est très fluide. Nous sommes à deux doigts de réussir la salle sans indice mais malheureusement, alors que nous approchons de la fin de l’aventure, c’est la panne sèche. Nous galérons comme des cacas. Ou comme des selles mais ça sonne moins bien à l’oreille… En parlant d’audition, la musique qui retentit fait sacrément monter la pression.

Notre game master veille au grain et nous remet sur les rails ou plutôt sur les flots. Nous découvrons que nous sommes passées à côté d’un élément essentiel lors de la fouille. Malgré ce petit oubli, nous réussissons notre mission en 57 minutes et 10 secondes. Ouf ! Le jour où nous rejoindrons le Capitaine Némo* n’est pas encore arrivé…

*Dans le cas où vous auriez encore un doute, nous parlons ici du héros de Jules Verne… Pas du poisson à la nageoir atrophiée ! Pardi !

DBkcPEkXsAMvDQY.jpg-large

Après délibération du conseil

Voici venu le temps des rires et des chants d’écrire le début de la fin de cet article. Sur un ton pompeux, nous dirions que nous avons beaucoup apprécié cette salle. Sur un ton moins pompeux, c’était d’la balle baby !

Cependant, il faut bien trouver quelques petits défauts… Nous ne voudrions pas être accusées de lècheboulage.

Notre game master, très efficace soit dit en passant, parlait vite, vraiment trop vite. Quant à l’accueil, il était simple, vraiment trop simple. Disons que le minimum vital a été fait pour nous mettre à l’aise. Chez HintHunt, il faut venir pour la salle, pas pour le breuvage. Cependant, il nous est déjà arrivé d’avoir à boire mais une salle qui ne tenait pas la route. Nous vous laissons deviner notre préférence ! Arrêtons donc ici de nous plaindre…

Le fait que la salle puisse accueillir deux énigmes implique la présence d’éléments inutiles et de faux indices. Cela pourra peut-être déconcerter les débutants mais cela leur forgera aussi le caractère. Entendez-vous notre rire machiavélique ?

L’immersion est bien travaillée. Les décors correspondent parfaitement aux sous-marins de notre imagination. De plus, nous avons beaucoup apprécié la musique et l’écran de contrôle qui indique que nous sombrons à toute vitesse vers les abysses. Plus le sous-marin descend, plus l’adrénaline monte !

Le décor ne faisant pas tout, les énigmes se doivent d’être au rendez-vous… Ce qui est le cas dans Le sous-marin ! En effet, ces dernières contribuent fortement à la qualité de la salle. Pour notre plus grand plaisir, HintHunt nous contraint à coopérer dans un univers où les cadenas sont loin d’être rois.

Le sous-marin est une salle sans aucun temps mort dans laquelle nous nous sommes amusées. C’est donc sans hésitation que nous la recommandons !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :2
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Les pirates des Antilles

Pour votre gouverne

Kairos escape game
42 rue Sedaine
75011 Paris

Ligne 5 : Station Bréguet-Sabin
Ligne 9 : Station Voltaire

https://kairos-escapegame.com

Avis à nos lecteurs : vous pouvez sabrer le champagne et tirer un feu d’artifice puisque nous sommes de retour (pour vous jouer un mauvais tour) ! Que voulez-vous, l’heure où vous réussirez à vous débarrasser de nous n’est pas encore arrivée… Direction la place de la Bastille et ses environs pour découvrir Kairos !

Le bateau du Capitaine Pargo étant unique en son genre, il semble évident que votre équipage puisse être le seul à y pénétrer… Ou à y faire ce que vous voulez après tout.

Selon le nombre de personnes composant votre équipage, chacun des corsaires devra débourser 25€ à 32€ pour avoir l’immense privilège de fouler le sable chaud des Antilles… Une broutille pour des vacances au soleil !

Le scénario ?

Nous sommes en 1727 lorsque le navire du maudit pirate Amaro Pargo s’échoue près d’une île des Antilles. C’en est fini de voguer paisiblement sur la mer bleue des Caraïbes en pillant or, diamants et perles…
Le capitaine et son équipage viennent de perdre la plus belle plume de leur chapeau ! Nous avons conscience du fait que ceci ne veut rien dire mais nous nous comprenons et c’est là l’essentiel : Bigupàtoigrandfandelapièceblanche !

Revenons à nos moutons… Vous avez soixante minutes pour investir le bâtiment et retrouver le fabuleux trésor qui y est caché. Veillez toutefois à rester sur vos gardes, quelques embuches pourraient pointer le bout de leur nez…

Alors… Prêt à larguer les amarres ?

OK KAIROS_ESCAPE_LES_PIRATES_DES_ANTILLES_INTERIOR_01

Et tout le toutim…

Dans la mythologie de Nikos Aliagas et Nana Mouskouri, Kairos est l’un des trois dieux du temps… Mais pas n’importe lequel ! Kairos distingue un moment d’un autre de façon à valoriser celui qui mérite un avant et un après. Grosso modo, ce mec est le big boss de l’instant t de chacun.
Reste donc à savoir si cette nouvelle enseigne est capable ou non de révolutionner l’escape game parisien…

Voilà pour le point culture du jour !

La moitié de notre équipe ayant quelques minutes de retard, le grand manitou des lieux aurait pu nous flageller, nous briser les genoux ou nous écarteler. Au cas où vous vous poseriez la question, la réponse est oui ! Nous avons fait des recherches sur la torture médiévale. Il faut ce qu’il faut pour se cultiver voyons !

Malgré ce petit contretemps, rien de tout cela n’arrive ; nous sommes très gentiment accueillies sur de confortables canapés.

Une fois au complet et après avoir déposé nos affaires dans des casiers fermés, notre hôte nous invite à franchir une porte qui nous plonge dans un tout autre univers. Nous voilà au sein d’un hôtel caché des années 50 où le papier peint est roi. Des clefs, des portes numérotées et un lobby de toute beauté nous accueillent. Tout le monde a beau sourire, nul ne serait étonné de voir Hitchcock sortir de derrière les fagots…

Notre Jerry national nous apprend que cet hôtel n’est en fait qu’une couverture : nous sommes des agents secrets réquisitionnés pour retrouver un artéfact. Pour ceux qui n’auraient pas la référence, il ne s’agit pas de Jerry la souris mais de Jerry des Totally Spies.

Chacune des chambres de l’hôtel permettant d’accéder à une époque et un lieu, nous sommes invitées à emprunter celle menant en 1727 sur l’épave du Capitaine Pargo. Nous avons maintenant une heure pour retrouver un bracelet en or aux propriétés exceptionnelles.

À peine nos pieds posés sur le sol du bateau, nous sommes de suite plongées dans un monde de pirates. En plus d’être vastes, les décors sont superbes : un hamac, une cellule, des bouteilles, des tonneaux, des coffres et du bois… Beaucoup de bois. Nous sommes bel et bien dans la cale du navire. L’immersion est immédiate !

Nous sommes en pleine fouille lorsque nous découvrons une incroyable surprise. Morbleu ! C’est qu’ils ne se sont pas cassé la nénette pour rien chez Kairos !

Une fois remises de nos émotions, nous revenons à nos moutons et enchaînons très rapidement les premières énigmes. Nous accédons ainsi au pont du bateau qui, au même titre que la salle précédente, est magnifique. Aucun anachronisme ne vient d’ailleurs pointer le bout de son nez !

Au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu, la fouille et les manipulations prennent de l’ampleur. De plus, l’espace de jeu ne cesse de nous surprendre de par son originalité. Nous étions perdues dans le temps, nous voilà maintenant perdues dans l’espace. Il semblerait bien que nous n’ayons pas le compas dans l’œil…

Quoi qu’il en soit, nous finissons par mettre la main sur l’artéfact tant convoité après 53 minutes à bord. Aucune de nous n’a nourri les poissons… Devons-nous rappeler que les femmes étaient censées porter malheur ?

Ok

Après délibération du conseil

Les pirates des Antilles est une salle remplie de surprises. L’immersion est vraiment mais alors vraiment au top ! Nous nous sommes d’ailleurs prises au jeu au point de parfois oublier la raison de notre présence dans la salle. Nous nous sommes laissées porter aux grés du vent, nous nous sommes amusées et nous ne nous sommes pas ennuyées une seconde.

Nous avons beaucoup apprécié les efforts de l’enseigne en matière de décor. Les différentes parties du navire sont magnifiques et aucun anachronisme ne vient troubler notre immersion.

En pénétrant dans cette salle, il ne faut pas s’attendre à résoudre un nombre incalculable d’énigme. Cependant, il est arrivé que celles-ci, assez peu présentes, nous aient semblé difficilement réalisables sans l’aide du game master. Amis matheux bonjour !

En parlant de game master, nous devons souligner la grande qualité de ce dernier. A aucun moment nous ne nous sommes senties abandonnées et cela est très appréciable.

Notre seul riquiqui regret est le petit manque d’adrénaline ressenti sur la fin. Tout comme la mer, notre palpitant est resté relativement calme.

En conclusion, nous recommandons particulièrement cette énigme aux joueurs cherchant une salle s’éloignant des escape games classiques. Les pirates des Antilles est drôle, immersive et originale alors n’hésitez-pas à hisser les voiles !

Bulletin scolaire

Décor :5
˜Fouille :3
˜Réflexion :3
Difficulté générale :4

Le secret de la Perle Noire

Pour votre gouverne

X-Dimension
18 avenue Parmentier
75011 Paris

Ligne 9 : Station Voltaire

http://www.x-dimension.fr

L’enseigne X-Dimension a décidé d’ouvrir un nouvel escape game sur un thème encore inédit à Paris : les pirates ! Il nous tardait de découvrir Le secret de la Perle Noire… Ainsi, qu’elle ne fût pas notre joie lorsque nous avons reçu une invitation pour découvrir cette salle en avant-première. Le 6 novembre sera donc la date de notre entrée officielle dans ce monde sans foi ni loi.

Sachez qu’il n’existe qu’une seule et unique Perle Noire. Vous ne pouvez donc pas défier vos amis dans les décombres du bateau. De plus, cette aventure se révélant extrêmement complexe, seules les équipes de 4 ou 5 moussaillons peuvent la tester. Pour cela, il vous faut alimenter le coffre au trésor de X-Dimension de 22 à 25€ selon le nombre de participants.

Le scénario ?

La Perle Noire, bateau pirate que l’on pensait englouti sous les flots et définitivement disparu, va pouvoir révéler ses secrets. Effectivement, après des années de recherches intensives, vous venez enfin de localiser l’endroit où le vaisseau s’est échoué.

Malheureusement, tous les accès semblent condamnés. Tous sauf un : celui permettant d’accéder à la réserve.
C’est donc ici que commencera votre aventure… Mais attention, une fois entré, vous ne disposerez que d’une heure pour explorer les lieux de fonds en combles…

DSC01674

Et tout le toutim…

Afin de pouvoir pénétrer dans les entrailles de l’épave, il nous fallait constituer une équipe de cinq aventuriers. Nous avons donc fait appel à deux téméraires matelots que nous avions déjà croisés au détour d’un précédent jeu.

Nous arrivons chez X-Dimension, prêts à affronter cette nouvelle salle qui semble prometteuse. A nous cinq, nous formons une équipe déterminée et motivée, d’autant plus qu’au moment où nous testons cette énigme, personne n’a encore réussi à en sortir en moins de 60 minutes.

Pour nous faire patienter, l’équipe nous propose un verre et nous remet un journal de bord retrouvé dans le bateau, celui du capitaine. C’est un magnifique objet, tout en cuir, fait à la main. Voilà qui nous permet d’ores et déjà d’apprécier la qualité des décors de cette énigme. Ce journal nous rappelle le scénario et nous donne les instructions que nous devrons suivre une fois à l’intérieur.

L’heure de notre embarquement arrive enfin… Après nous avoir remis un talkie-walkie qui nous permettra de communiquer avec notre game master en cas de souci, ce dernier nous accompagne dans la salle. C’est parti ! Souquez les artimuses !

Lorsque l’expérience commence, nous sommes enfermés, dans le noir, au milieu de la réserve du bateau. Et soudain, la lumière fut…
Nous découvrons alors un décor digne d’un film de cinéma. Des tonneaux, des bouteilles de rhum, des réserves de nourriture, des filets qui pendent du plafond… Tout est là pour que nous nous sentions immédiatement immergés dans l’univers de la piraterie.
Nous nous attendons presque à voir Jack Sparrow accoster, histoire de nous donner un coup de main !

Plus nous avançons dans l’épreuve, plus nous apprécions la qualité du travail de l’équipe sur cette salle. Le sens du détail est impressionnant !

Certains objets sont recouverts de latex afin de leur donner un côté ancien et humide. N’oublions pas que la Perle Noire a sombré il y a déjà bien longtemps… De plus, le décorateur a effectué un énorme travail de recherche afin de rester le plus fidèle possible à l’univers. Pour exemple, les noms de pirates utilisés sont authentiques.

Connaissant la difficulté de cette salle, nous ne perdons pas de temps et commençons très vite notre travail de fouille. Nous comprenons rapidement que celui-ci, même minutieux, est loin d’être suffisant pour venir à bout de notre aventure.

Très vite, nous devons faire appel à nos sens, à notre esprit logique et à notre coopération afin d’avancer dans les énigmes. Nous devons aussi bien faire preuve d’adresse que d’imagination et de réflexion !

Nous faisons régulièrement appel à notre game master afin de nous aider dans notre progression. Cette salle nous semble difficilement faisable sans indice. De plus, nous ne sommes pas trop de 5 afin de pouvoir échanger et coopérer.

Malgré plusieurs tâtonnements et hésitations, nous nous donnons à fond. Pas de quartier, nous voulons sortir !
Malheureusement, à quelques secondes de la fin, une voix nous informe que nous avons échoué. Nous apprécions l’initiative de l’équipe de nous laisser terminer. Nous sortons donc de ce fameux trois mats fin comme un oiseau au bout de 60 minutes et 50 secondes.
Mille milliards de mille sabords ! Il s’en est fallu de peu…

IMG_1863

Après délibération du conseil

Un peu déçus mais ravis d’avoir découvert une salle d’une telle qualité, nous retrouvons l’équipe de l’enseigne afin de débriefer sur notre croisière.
L’échange avec le décorateur est tout particulièrement intéressant : nous prenons conscience des heures de travail que la création de cette salle a demandées. Nous tenons une nouvelle fois à évoquer les décors qui, pour beaucoup, sont faits à la main. Rien n’est laissé au hasard !

X-Dimension est une enseigne que nous ne connaissions pas avant de tester cette énigme. Nous nous aventurions donc en mer inconnue…
Nous ne regrettons absolument pas d’avoir accepté leur invitation, d’autant plus que l’accueil est vraiment agréable. Quant à leur salle, nous ne tarissons pas d’éloges à son sujet. Le secret de la Perle Noire est l’une des meilleures salles qui existe sur Paris.

Cependant, nous ne pouvons pas la recommander aux marins d’eau douce, sauf s’ils veulent faire naufrage… Dans ce cas là, adressez-vous à James Cameron ! En effet, la difficulté et la quantité d’étapes à franchir pour arriver à bon port en font une salle réservée aux vieux loups de mer…

Bulletin scolaire

Décor :5
˜Fouille :4
˜Réflexion :5
Difficulté générale :5