Le mystère de Barbe-Noire

Pour votre gouverne

Enigmatic
4 avenue James De Rothschild
77164 Ferrières-en-Brie

https://www.enigmaticparis.fr

Vous vous en doutez, nous ne sommes pas du genre à traverser l’Île-de-France pour nous contenter d’un Braquage à Amsterdam. C’est donc après une petite pause que nous sommes de nouveau dans les starting blocks, prêtes à en découdre avec Le mystère de Barbe-Noire.

Cette plongée sous-marine dans les eaux bleues des Caraïbes vous coûtera entre 18€ et 33€ par personne. Nous ne voudrions pas avoir l’air de nous répéter au fil des articles mais le prix dépend du nombres de participants ainsi que du jour et de l’heure du voyage. Notons cependant qu’Enigmatic propose des tarifs réduits aux moins de vingt-cinq ans. Malheureusement pour nous, ce temps est révolu… Nous avons cependant la chance d’être invitées ; nous n’allons donc pas nous plaindre…

Le scénario ?

Dans les années 1700 et des poussières, le capitaine Barbe-Noire pille îles et navires sur son passage. Histoire que la légende perdure, sachez que ce célèbre pirate anglais, Edward de son prénom, avait pour habitude d’enflammer quelques mèches à canon à l’intérieur de sa barbe tressée. Si ça ce n’est pas du bad boy… Bref !

Le roi d’Angleterre, bien décidé à ne pas laisser Barbe-Noire sévir davantage, envoie un jeune officier dans les Caraïbes afin de défaire ce vandale sans pitié. Le petit jeune a aussi pour mission de ramener le butin du pirate…  Tant qu’à faire, autant se remplir un peu les poches.
Pour vous la faire courte, le jeune homme parvient à vaincre Barbe-Noire mais pas à débusquer le trésor. Il laisse donc le navire à l’abandon…

Quelques années plus tard, vous tentez le tout pour le tout et pénétrez dans la cabine du capitaine à la recherche du fameux trésor perdu. Cependant, une tempête fait rage… Vous n’avez donc qu’une heure pour mettre la main dessus au risque de périr au fond des mers… Tâchez de ne pas vous rater !

Barbe noire

Et tout le toutim…

Histoire que vous soyez mis au parfum, apprenez immédiatement que notre défi du jour consiste à écrire un maximum de fois le mot cadenas dans cet article.

Nous voilà donc devant la porte de la cabine du capitaine. Cette dernière, joliment décorée d’épées, nous met directement le rhum l’eau à la bouche.
Halte-là moussaillons ! Avant de pouvoir monter à bord du bateau, une petite vidéo résumant le scénario nous est diffusée. Nous ne parlerons pas du fait que celle-ci s’adresse aux joueurs lyonnais… Oups ! Ah bah si en fait !

Une fois l’histoire bien comprise, nous pénétrons dans la cabine et découvrons un décor tout en bois qui, soyons objectives, est sincèrement réussi. Nous avons réellement le sentiment d’être à bord d’un bateau pirate : boussole, coffres, hublots, cage de perroquet et bibliothèque pleine de vieux livres nous entourent. La salle est remplie d’éléments à trouver et à analyser.

Nous ne perdons pas de temps et nous mettons tout de suite au travail. Dès les premières minutes de fouille, c’est le drame. La grosse décéption. Le cataclysme. Oui… Au moins tout ça ! Sur le bureau, nous découvrons… Un écran mesdames et messieurs ! Un écran avec un compte à rebours et un bouton HELP pour réclamer des indices. Nous ne voudrions pas être vulgaires mais qu’est-ce que ça fout là ? En pleine mer des Caraïbes ? Dans un bateau du XVIIIème siècle ? Déjà que nous ne sommes pas fans des boutons d’indice, si en plus ils se pointent en mode anchronismes, c’est non de chez non !

Cette première déception digérée, nous nous remettons à fouiller. Autour de nous, des cadenas à code, des cadenas à clé, des cadenas à droite, des cadenas à gauche…Phobiques de cadenas, passez votre chemin… Dans cette salle, il y en a beaucoup !

Nous trouvons assez facilement les réponses aux premières énigmes. Grace à ces dernières, nous parvenons à ouvrir… Des cadenas voyons ! Suivez un peu !

L’une des boîtes fermée par un cadenas nous permet d’obtenir un indice concernant l’emplacement d’un objet que nous avons déjà trouvé. Que voulez-vous, nous sommes trop fortes ! Ne prenons tout de même pas la grosse tête ; notre sens de l’observation nous fait rapidement défaut et nous perdons quelques minutes à chercher des éléments qui se trouvaient juste sous nos yeux.
Fort heureusement, le magnifique écran anachronique, pas du tout à sa place sur le bateau, permet à notre game master de nous aider. Nous parvenons ainsi à reprendre nos investigations…

C’est alors que nous découvrons une deuxième salle aux décors tout aussi réussis que la première. Nous avançons rapidement avant d’être à nouveau bloquées. Comme dirait l’autre, nous sommes un peu sous l’eau…
Cette fois, c’est la fouille qui nous pose problème. Devinez quoi ? Il nous manque une clef. Pour ouvrir un coffre. Un coffre fermé par un cadenas.
Trève de plaisanterie, les éléments se déchaînent à l’extérieur. La tempête n’est pas loin. Il est grand temps de s’activer ! Profitons-en pour souligner les magnifiques jeux de lumières qui donnent vraiment l’impression que des éclairs frappent le ciel.

Revenons à nos moutons… Nous finissons par trouver la clef manquante grâce aux bons conseils de notre game master. Une énigme assez classique mais longue nous permet d’accèder à une nouvelle salle. Cette dernière étant vraiment exigüe, nous en faisons vite le tour… Juste le temps d’y trouver deux coffres, deux cadenas et les deux clefs qui vont avec.
Nous découvrons alors le trésor de Barbe-Noire… Ça sent la fin ! Il nous faut néanmoins trouver le moyen de regagner la terre ferme.

Voilà maintenant le moment de résoudre la dernière énigme, encore une fois très classique. Jusqu’à présent et malgré l’overdose de cadenas, ces dernières ont toujours été en lien avec le scénario. Il s’avère malheureusement que celle qui nous fait maintenant face tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Comprenez donc que nous nous interrogeons fortement sur la pertinence de cette ultime énigme.
Nous parvenons cependant à la résoudre et sortons de la cabine du capitaine après 55 minutes et 50 secondes à bord.

IMG_2567

Après délibération du conseil

Vous l’aurez compris, les décors sont le gros point fort de cette salle. Réalistes et assez jolis, ils nous plongent immédiatement dans l’univers attendu. L’immersion serait parfaitement réussie si l’écran ainsi que le bouton d’indice ne venaient pas gâcher ce bel environnement.

Le mystère de Barbe-Noire est annoncée comme étant la salle la plus difficile de l’enseigne mais n’ayez crainte, les énigmes sont assez classiques et d’un niveau tout à fait abordable. Il semblerait que la difficulté générale vienne principalement du (trop) grand nombre de cadenas à ouvrir.
Si vous êtes de grands amateurs de cadenas, cette salle vous comblera sans aucun doute. Vous n’aurez néanmoins pas le temps de lambiner…

Ajoutons à cela qu’il est possible de venir jouer jusqu’à six moussaillons mais étant donné le peu d’espace disponible dans la salle, nous vous conseillons d’opter pour un plus petit équipage.

Nous regrettons le peu d’échanges avec le game master qui, comme lors du Braquage à Amsterdam, s’est contenté de nous prendre en photo sans chercher à savoir ce que nous avions compris ou non. Un peu léger comme débriefing…
Au cas où vous auriez besoin de quelque chose de plus explicite, comprenez que nous avons quitté les lieux légèrement déçues.

Si vous êtes à la recherche de salles innovantes et modernes, Le mystère de Barbe-Noire n’est pas fait pour vous. En revanche, si vous aimez les énigmes à l’ancienne et, par dessus tout, ouvrir des cadenas, foncez !

NB : Le mot « cadenas » a été mentionné quinze fois dans cet article. Record battu !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :3
Réflexion :3
Difficulté générale :3

Braquage à Amsterdam

Pour votre gouverne

Enigmatic
4 avenue James De Rothschild
77164 Ferrières-en-Brie

https://www.enigmaticparis.fr

Il est 09H30 lorsque, nos valises bouclées et le plein d’essence effectué, nous amorçons notre long voyage vers l’est… Metz ? Strasbourg ? Que nenni pardi ! Nous nous dirigeons tout droit vers Ferrières-en-Brie… Histoire que vous puissiez vous repérer, il s’agit d’une petite bourgade de trois-mille habitants, située non loin de Marne-la-Vallée, au sein de laquelle se trouve un musée ! Et oui jeunes gens, après trois ans d’échappées belles, nous sommes fin prêtes à réaliser notre premier Braquage à Amsterdam. Enfin… à Ferrières-en-Brie quoi.

Avant d’espérer dérober quoi que ce soit, vous devrez payer votre billet d’entrée qui vous coûtera entre 18€ et 33€ selon que vous avez ou non moins de vingt-cinq ans, selon que vous êtes ou non disponible en pleine journée et selon que vous êtes ou non en grand nombre.
Voilà qui fait beaucoup de conditions mais il faut ce qu’il faut pour prendre la relève d’Arsène Lupin.

Le scénario ?

Le très célèbre tableau L’homme au chapeau de paille vient d’être acquis par le Van Gogh museum. De ce fait, le système de sécurité a été amélioré afin d’être à son maximum, c’est à dire inviolable.
Le conservateur des lieux ne se sent plus péter au point de provoquer les plus talentueux cambrioleurs… Sacrément confiant le mec !

L’envie de lui faire fermer son caquet vous pousse à relever le défi. Vous n’aurez qu’une heure pour déjouer le dispositif anti-intrusion, mettre la main sur cette œuvre et quitter le musée comme un pet sur une toile cirée…

Braquage

Et tout le toutim…

Après nous être dégourdi les jambes quelques minutes, nous entrons dans les locaux de l’enseigne où notre game master, tout sourire, nous accueille gentiment. Ce dernier nous invite à rejoindre un joli salon puis nous propose à boire. Nous avons même le choix dans la date… Voilà qui commence plutôt bien !

Une fois le scénario assimilé, nous nous dirigeons vers l’entrée du musée dont la porte, magnifiquement décorée par une reproduction du Portrait de l’artiste*, nous laisse sans voix.

Arrive alors le moment où nous accédons à la première salle du musée. Un obstacle se présente alors à nous : la lumière est éteinte ! Comme si notre casse allait avoir lieu en pleine journée… Nous aurions peut-être du y penser plus tôt ! Tranquillou bilou, nous parvenons tout de même à allumer la lumière.

Nous voilà au cœur d’une véritable salle d’exposition. Celle-ci, bien qu’un peu étroite, parvient tout à fait à nous transporter dans l’univers attendu. Du parquet, une banquette, des tableaux et une statue nous entourent. Tout semble parfait à l’exception de quelques œuvres qui, jusqu’à preuve du contraire, n’ont jamais été exposées au musée Van Gogh d’Amsterdam…

Une fois notre contrariété mise de côté, nous nous lançons dans une rapide exploration des lieux. Grâce à notre leitmotiv consistant à fouiller « avec les mains », c’est à la vitesse de l’éclair que nous en venons à bout.

Les premières énigmes pointent alors le bout de leur nez. Ces dernières, très cérébrales, nous amènent à récupérer des codes et des clefs. Histoire que vous sachiez à quoi vous attendre, préparez-vous à calculer ! Précisons même qu’il s’agit de calcul mental. En effet, aucun élément pour écrire n’est mis à disposition dans la salle. Cela aurait pourtant pu se révéler grandement utile.

L’incroyable génie de nos cerveaux nous permet de vite avancer. Deux sympathiques manipulations nous rappelent nos premiers escape games.
Malgré le fait que ces dernières n’aient strictement rien à faire dans un musée, ce retour aux sources nous donne le sourire. Que voulez-vous, il en faut peu pour être heureux !

Ce n’est qu’en accédant à la dernière salle que nous découvrons l’objet de notre visite. Le tableau tant convoité nous fait face… Afin de pouvoir le dérober, nous devons résoudre une énigme qui nous laisse perplexe. Soyons honnêtes avec vous, nous n’avons aucune idée de la tâche à réaliser.
Pour la première fois dans le jeu, nous décidons de demander de l’aide à notre game master… En vain ! Ce dernier a probablement estimé, pendant dix minutes, que nous n’étions pas digne d’obtenir un indice.

Le temps de faire cuire un œuf dur, notre hôte décide finalement de refaire surface. Ce dernier nous informe que nous devons utiliser un élément qui, nous vous le donnons en mille, porte une étiquette rouge. La fameuse étiquette rouge qui nous ordonne de ne pas toucher… Tout ça pour ça !

L’interdiction transgressée, nous résolvons les dernières énigmes et quittons le musée, peinture en main. Il nous aura fallu 53 minutes pour prouver la faillibilité du nouveau système de sécurité.

*Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous conseillons grandement de vous rendre au musée d’Orsay pour admirer cette œuvre…

IMG_1668

Après délibération du conseil

Par où commencer… Si nous ne nous attardons pas sur les détails qui font aujourd’hui la qualité des grands escape games, nous pouvons dire que cette salle est correcte, notamment en ce qui concerne les jolis décors.
Malheureusement, nous sommes pointilleuses et ces fameux détails sont très importants pour nous.

Vous trouverez dans cette salle beaucoup d’énigmes et manipulations très classiques mettant en jeu des clefs et des codes. Il est regrettable qu’elles n’aient parfois aucun rapport avec le scénario.

En parlant de scénario, de grosses erreurs ont hérissé les cheveux des passionnées d’art que nous sommes. En effet, nous devons dérober le tableau appelé L’homme au chapeau de paille. Figurez-vous que ce tableau n’existe pas sous ce nom et qu’il se trouve encore moins à Amsterdam. Par contre, si vous voyagez du côté de Detroit, n’hésitez pas à vous rendre au Detroit Institut of Arts afin d’admirer le Self-portrait with Straw Hat.
De plus, si vous vous rendez au Van Gogh museum d’Amsterdam et que vous y voyez des tableaux de Cézanne, n’hésitez pas à nous faire signe. D’ici là, nous continuerons de nous plaindre… Plutôt que de commettre un tel impair, il aurait peut-être été plus judicieux d’inventer un musée auquel il est impossible de se référencer. Le thème du musée était vraiment intéressant… Dommage !

Ajoutons à cela une très mauvaise isolation phonique venant quelque peu gâcher l’immersion. Entendre les petites caisses de la Cellule 23 hurler à côté vient perturber le calme attendu dans un musée.

Pour finir, nous avons été assez déçues par notre game master. Ce brave garçon, aussi gentil soit-il, nous a laissé galérer dix minutes sur une énigme, ce qui a légèrement fait retomber notre enthousiasme. De plus, nous avons du nous contenter d’une simple photo à la fin de la partie. Pour le debrief, nous attendons toujours…

Bulletin scolaire

Décor :3
Fouille :1
Réflexion :3
Difficulté générale :2