Coca-cola

Pour votre gouverne

Palais de Tokyo
4 rue de la manutention
75116 Paris

Ligne 9 : Station Iéna

https://hinthunt.fr

Le mois de juin est déjà bien entamé lorsque nous nous rendons à quelques minutes de marche des jardins du Trocadéro et des Champs-Elysées, endroits ô combien familiers de notre équipe qui s’avère être plus blindée que Bernard Arnault et Picsou réunis. Ou pas.
Ceci dit, histoire que vous sachiez tout, les grands cultivés que nous sommes doivent avouer se rendre régulièrement en ces lieux pour des questions d’ordre muséal.

Est-ce que, vous aussi, vous vous dites que nous sommes particulièrement doués en matière de transitions ?

Maintenant que les musées parisiens ont été mis sur le tapis en toute subtilité, nous pouvons évoquer le Palais de Tokyo. Ce qui s’avère être le plus grand centre d’art contemporain d’Europe héberge présentement, et jusqu’à la fin du mois de septembre, un escape game éphémère consacré à l’histoire de Coca-Cola et ce, à l’occasion des cent ans de la marque en France.
Ce dernier, proposé par HintHunt, a été fabriqué et conçu par Eludice et Coqs en pâte. Ça en fait du monde… Et ce, que vous les connaissiez ou non !

Si vous voulez savourer l’instant et prendre la vie côté Coca-Cola, composez une équipe de trois à cinq copains de breuvage et prévoyez 22€ à 32€ chacun pour payer l’addition. Avant de râler, rappelez-vous que ces prix sont ceux du XVIème arrondissement…

Le scénario ?

Un coffre vient d’être retrouvé dans les sous-sols du Palais de Tokyo… Un coffre qui intrigue le commun des mortels pour la simple et bonne raison qu’il s’avère être fermé. Suite à cela, des recherches ont été effectuées afin d’en apprendre un peu plus et, truc de dingue, ont permis d’en découvrir l’aspect exceptionnel. En effet, ce dernier, datant de 1919, n’est autre que le coffre de Georges Delcroix, homme à l’origine de la première importation de Coca-Cola en France.
Voilà donc cent ans qu’une grosse boîte noire, ayant appartenu à un ancien Poilu et regorgeant probablement de surprises, croupit dans les bas-fonds de l’un des plus importants musées parisiens sans que personne ne se bouge les miches ?
À défaut d’avoir trouvé un professionnel digne de ce nom, c’est-à-dire une personne capable de forcer le dit coffre-fort, notre équipe a été appelée à la rescousse. Voilà qui ne risque pas de faire dégonfler notre melon…

Afin de mener à bien cette opération capitale, nous devons voyager dans le temps, mettre la main sur trois capsules de la marque ayant été égarées à différentes époques et ouvrir le précieux sésame. Si avec ça Coca-Cola n’appose pas notre logo sur sa future bouteille…

Coca-Cola

Et tout le toutim…

Cher lecteur… Prenez cinq minutes pour imaginer les trois membres de notre équipe, tout guillerets et pleins d’entrain, persuadés d’être à la bonne adresse, attendant dix bonnes minutes devant une porte d’immeuble… Vous avez maintenant une idée du début de notre aventure. En effet, il s’avère que, depuis un bon bout de temps, nous nous trouvons à cinquante mètres de l’entrée de l’escape game, qu’aucun de nous n’a vu l’énorme panneau indiquant le lieu et que, sans l’aide téléphonique d’HintHunt, cet article n’aurait probablement jamais vu le jour.
Il est peut-être pertinent de se demander comment une équipe incapable de trouver une entrée d’escape game peut espérer en trouver la sortie…

Après cette péripétie, nous parvenons finalement à pénétrer dans les sous-sols du Palais de Tokyo où une gentille game master nous accueille. Afin de nous rendre devant la porte de la salle, notre hôte nous invite à emprunter un monte-charge digne des usines les plus authentiques ! Voilà une expérience qui restera dans nos mémoires…
Une fois descendus de l’engin et remis de nos émotions, nous avons droit à un briefing dans les règles de l’art. Notre game master nous explique le scénario et nous équipe d’un nombre incalculable de gadgets. Nos six mains suffisent à peine à porter lampes torches, tablette, caméra et téléphone, accessoire muy importante puisqu’il est l’unique moyen de rester en contact avec 2019. Rien que ça ! Nous devons d’ailleurs reconnaître, qu’à cet instant, nous sommes quelque peu dubitatifs devant tant de technologie.

Faisant fi de nos inquiétudes, nous entamons notre voyage dans le temps et, avouons-le, sommes tout de suite bluffés par la qualité des décors qui nous entourent.
En une fraction de seconde, nous sommes projetés au sein d’un café parisien des années 30 où se trouvent quelques vieilles bouteilles de Coca-Cola. Aucun détail n’est laissé au hasard : un joli piano, un gramophone, une caisse enregistreuse et, cerise sur le gâteau, une vue sur une ruelle pavée. Nous ne pouvons que saluer les efforts faits en terme décors, d’autant plus que, rappelons-le, cet escape game est éphémère.

Nous commençons à fouiller les lieux, étape du jeu qui s’avère assez simple et rapide. Les premières énigmes, classiques et toujours en rapport avec le scénario, pointent le bout de leur nez. Nous avons un peu de mal à faire le lien entre les éléments et sommes assez lents à la comprenette.
Heureusement, un éclair de génie vient frapper l’une d’entre nous ; nous réussissons alors à nous magner la rondelle et venons à bout des énigmes. Au passage, nous rencontrons quelques mécanismes fort sympathiques que nous enclenchons grâce à des manipulations assez originales. Dès la première partie du jeu, les gadgets trouvent leur place et ne gênent en rien notre progression. Il n’y avait finalement pas lieu de douter !
Nous trouvons la première capsule puis accédons à une deuxième salle et à une nouvelle époque par la même occasion.
Là encore, nous découvrons des décors aboutis, travaillés et sans aucun anachronisme.

Si nous avions eu du mal à nous lancer dans la première salle, nous sommes cette fois à fond les ballons et comprenons très rapidement ce que nous avons à faire. Sans laisser de côté quelques manipulations, notre sens de l’observation est mis à rude épreuve. L’un comme l’autre s’avèrent nécessaires à notre avancée. De plus, une intervention très chouette de notre game master vient ajouter une bonne touche d’humour à l’aventure.
Nous nous prenons réellement au jeu et sommes totalement entrés dans le scénario lorsque nous mettons la main sur la deuxième capsule.

Nous pensons alors accéder à la troisième et dernière époque… Que nenni ! Arrêtons tout de suite de faire des plans sur la comète ! Un léger contretemps interrompt notre voyage mais nous tenons à ne pas vous en dire plus hormis le fait que nous prenons beaucoup de plaisir et que cette étape marque un réel revirement de situation. Plongés au cœur même de l’histoire de Coca-Cola, nous souhaitons tout observer et prendre le temps mais le chrono tourne… Fichtre !

À force de technologie, de réflexion et d’observation, nous parvenons à revenir dans le droit chemin et reprenons le cours initial de notre mission.

Nous accédons alors à la troisième époque qui n’est autre que la dernière étape de notre voyage dans le temps. Bien plus actuelle que les deux précédentes, celle-ci nous permet de découvrir, une nouvelle fois, des décors criants de réalisme. Nous plongeons immédiatement dans l’ambiance de cette salle qui nous donne le sourire !
Les énigmes trouvent un équilibre parfait entre logique, déduction et observation. Elles sont relativement simples et classiques, ce qui, contrairement à ce que vous pourriez croire, ne gâche en rien le plaisir du jeu… Au contraire, cela nous permet de prendre le temps de nous amuser !
Alors que la troisième capsule est enfin en notre possession, nous découvrons un étonnant mécanisme, franchement cool, qui nous permet d’accéder au fameux coffre… Encore un petit effort et ce sera au poil !

Fini de rire ! C’est le moment de nous concentrer pour espérer ouvrir l’objet de notre convoitise. Une seule grosse énigme faisant appel à toute la logique et l’attention dont nous sommes capables nous fait face. Nous perdons d’ailleurs complètement l’une d’entre nous, pas franchement à l’aise avec ce genre d’énigme. Heureusement, deux cerveaux et quatre yeux suffisent à venir à bout de cette dernière étape… Nous parvenons enfin à mettre la main sur le contenu du coffre au bout de 49 minutes et découvrons, en prime, une petite surprise délicieuse et rafraichissante.

Coca Hinthunt

Après délibération du conseil

Que dire de cet escape game si ce n’est que nous avons été particulièrement surpris ? Pour être tout à fait honnêtes avec vous, nous ne nous attendions pas à une telle qualité de jeu venant d’une salle éphémère.

Avec Coca-Cola, HintHunt propose un escape game aux décors soignés, aux mécanismes originaux et aux énigmes intéressantes, bien que classiques. De plus, ces dernières restent fidèles et cohérentes au scénario.
Parlons-en du scénario d’ailleurs et profitons-en pour évoquer les voyages dans le temps… Nous devons avouer qu’il aurait été bien agréable qu’un peu de fumée ou de musique accompagne nos changements d’époques.

L’espace de jeu, quant à lui, s’avère être vraiment petit. Nous avons d’ailleurs manqué une ou deux fois de nous casser la margoulette. Ne comptez donc pas vous sentir à l’aise si votre équipe est composée de plus de quatre soiffards…

Pour conclure, nous ne pouvons que vous orienter vers cet escape game estival qui est aussi frais qu’un Coca-Cola en terrasse… Mais sans les guêpes !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :4
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Le secret du pirate

Pour votre gouverne

HintHunt
58 rue Beaubourg
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

Afin de commencer cet article du mieux possible, nous sommes partis à la recherche des meilleures répliques prononcés par le capitaine Crochet dans Hook. Malheureusement, notre cher moteur de recherche n’a rien trouvé de mieux à nous proposer que des citations de Cœur de pirate… Autant vous dire que nous sommes bien loin de l’excellent film inspiré du roman de James Matthew Barrie. Tant pis ! Nous ferons donc l’impasse sur la culture cinématographique…

Entrons dans le vif du sujet… L’enseigne pionnière de l’escape game français, HintHunt pour les intimes, a récemment ouvert Le secret du pirate qui, soyons honnêtes, nous a fait de l’œil avant même de voir le jour.

Pour le moment, un seul et unique bateau, que nous nommerons Santa María afin de préserver son identité, est actuellement prêt à vous recevoir… Deux autres embarcations, appelées Pinta et Niña, toujours pour une histoire d’anonymat, sont d’ores et déjà en travaux. De ce fait, il sera bientôt possible d’être quinze à découvrir simultanément Le secret du pirate.

Comme d’habitude chez HintHunt, le prix de votre voyage oscillera entre 22€ et 32€ selon votre quantité d’amis et votre horaire de départ… Une broutille pour qui espère suivre la trace d’un maudit pirate !

Le scénario ?

Un bateau vient d’être retrouvé… Figurez-vous qu’il tient bon la vague et tient bon le vent ! Ça vous fait une belle jambe hein ?
Tâchez tout de même d’y prêter un peu d’attention puisqu’il ne s’agit pas d’un rafiot ordinaire. Cette embarcation, loin d’être anodine, fut celle du capitaine Henry Every, pirate anglais ô combien redoutable !
Si l’on en croit la légende, ce célèbre flibustier aurait possédé un somptueux saphir il y a trois-cents ans de cela… Nous vous avions bien dit de vous y intéresser !

Histoire de pimenter un peu le tout, le dit capitaine est victime d’une malédiction : son âme est coincée sur le bateau. Charmant ! Figurez-vous que l’unique moyen de lever la scoumoune est justement de retrouver la pierre précieuse.

Étant donné que vous aimeriez bien récupérer le caillou bleu et que monsieur Every aspire à reposer en paix, ce dernier s’engage à vous aider pendant une heure. Si vous retrouvez le saphir, tout le monde y trouvera son compte. Dans le cas contraire, votre âme restera sur le bateau afin de tenir compagnie au pirate…

DSC_0598

Et tout le toutim…

Back to basics ! Nous sommes de retour pour vous jouer un mauvais tour chez HintHunt, enseigne témoin de nos premiers pas dans le monde de l’escape game. Leur nouvelle salle est installée dans un bel immeuble parisien, là où se trouve déjà la Zen room. Cette journée a donc un air de pélerinage pour notre équipe…

Lorsque nous franchissons le seuil de la porte, nous sommes de suite accueillis par notre game master, somme toute peu causant. Le jeune homme est très gentil mais semble trop timide pour engager la conversation. Il nous informe néanmoins que nous pouvons nous rendre dans les lieux d’aisance puis nous annonce que de l’eau et du sirop sont à notre disposition. Nous acceptons ce rafraîchissement avec plaisir, d’autant plus que la température extérieure avoisine les mille degrés. Oui… Au moins ! En ce qui concerne les cabinets, nous considérons qu’il n’est pas nécessaire de développer ici.

Après un silence un peu gênant, notre game master se déride et commence à nous briefer sur l’aventure qui nous attend. Il explique le scénario de la salle puis nous informe que l’enseigne a tout misé sur l’immersion et les décors. Voilà qui nous met l’eau de mer à la bouche !

Notre hôte ajoute que les indices n’apparaîtront pas sur un écran de télévision et qu’aucun signal sonore ne viendra troubler notre réflexion. En effet, Henry Every nous apportera de l’aide à travers un grimoire magique et ce, en continu. À nous de jauger si nous souhaitons le consulter… Voilà qui semble être un gros point positif pour l’immersion !

Passons aux choses sérieuses… C’est-à-dire à notre entrée dans la salle. Notre game master ne s’est clairement pas fichu de nous lorsqu’il a vanté les décors. La salle est ma-gni-fique* ! Nous sommes sur un bateau. Un vrai bateau !
*Merci de prononcer ce mot correctement parce que nous ne sommes pas franchement fans de Cristina Cordula…

Il fait sombre mais la visibilité, tout à fait convenable, nous permet de découvrir l’environnement. De haut en bas, de droite à gauche, tout est en bois et complètement réaliste. Un bureau, une bibliothèque et du matériel de navigation sont présents dans la pièce. Nous trouvons également quelques pistolets et des bouteilles de rhum… N’oublions pas que nous nous trouvons sur un bateau pirate, que diable !
À travers les hublots, nous pouvons apercevoir Paris… Il est d’ailleurs temps de lever l’ancre afin que notre aventure commence ! Bougeons-nous !

Comme à notre habitude, nous commençons par explorer les lieux. La fouille est minutieuse, très présente et bien pensée. Tous les éléments sont parfaitement bien cachés mais rien n’est capillotracté.

Nous résolvons les premières énigmes assez rapidement sans avoir besoin de nous référer au grimoire magique. Sur notre chemin, nous rencontrons quelques codes et clefs, totalement intégrés aux décors et au scénario.
De plus, HintHunt a trouvé de nombreux subterfuges innovants afin de limiter le nombre de serrures. En effet, cette salle est un savant mélange de puzzles classiques, de manipulations inédites et de mécanismes assez incroyables.

Au fur et à mesure du jeu, nous en apprenons plus sur le capitaine Henry Every. Chaque énigme se retrouve liée à l’histoire afin que nous comprenions le pourquoi du comment de ses aventures en mer.

Plus nous avançons dans la partie, plus notre épopée prend des airs de chasse au trésor. Nous trouvons des cartes, des choses à lire et des parchemins parsemés de routes en pointillés… Rien à dire, nous sommes dans une salle où chacune des étapes est liée à l’univers de la piraterie.

Nous parvenons à lever l’ancre assez rapidement… Arrive alors le moment où nous débarquons dans un endroit que nous préférons tenir secret. Contentez-vous de savoir que nous suivons les traces du capitaine Henry Every…

Une manipulation, assez classique mais très drôle, nous permet d’accèder à un deuxième espace de jeu. Nous tombons alors sur l’un des décors les plus incroyables que nous ayons vu en escape game. La folie internationale ! Là encore, la manipulation et l’observation ont la part belle dans les tâches à accomplir.
En parlant de manipulation, nous vivons un moment assez incroyable, immersif au possible, qui, pour couronner le tout, nous vaut un bon fou rire. Le secret du pirate n’est vraiment pas là pour rigoler… Enfin si ! Justement !

La fin de la partie nous permet de découvir un nouvel espace de jeu toujours aussi incroyable en terme de décor. Dans cette nouvelle salle, chaque énigme est accompagnée d’une manipulation à effectuer. Ce sont réellement nos actions qui nous permettent d’avancer.
La coopération est indispensable et les mécanismes qui nous entourent sont dignes des plus belles heures de Fort Boyard.
LaBoulepaixàtonâme you know ?

Nous avançons très rapidement car tout est fluide et nous savons exactement ce que nous devons faire. En revanche, ce que nous ne savons toujours pas, c’est l’endroit où est caché le saphir. Il semblerait qu’Henry Every soit encore plus vicieux que Rackham le Rouge…

Finalement, une dernière manipulation nous permet de mettre la main sur le butin tant recherché et de lever la malédiction au passage. Nous pouvons maintenant mettre le cap sur Paris… Notre expédition aura duré 53 minutes et 24 secondes.

Le secret du pirate

Après délibération du conseil

Allons droit au but… Le secret du pirate nous a mis une sacrée claque ! Fin de l’histoire. Tout est dit.
Bon… Trêve de plaisanterie ! Étant donné que nous sommes les blogueurs les plus sympathiques de la toile, nous allons tout de même développer un chouïa…

Les décors sont magnifiques, sublimes, remarquables et splendides. Comme dirait l’autre, c’est de toute beauté ! L’immersion, quant à elle, est plus qu’aboutie. HintHunt nous a permis de monter à bord d’un bateau de pirates, cela ne fait aucun doute !

Les énigmes, quant à elles, nous ont semblé toutes plus cohérentes les unes que les autres. En effet, ces dernières ont toujours été en lien avec le scénario qui, pour notre plus grand bonheur, est inspiré d’un personnage historique. De plus, nous avons grandement apprécié la fluidité avec laquelle les différentes étapes du jeu se sont enchainées.

En ce qui concerne les manipulations, nous devons avouer qu’elles nous ont vendu du rêve. Nous en retiendrons particulièrement deux : l’une nous a fait pisser de rire tandis que l’autre, très coopérative, nous a permis de vivre une expérience digne de Fort Boyard. Nous voilà comblés !
Ajoutez à cela des mécanismes dernier cri admirablement fondus dans le décor, vous obtiendrez l’un des meilleurs escape games de Paris. Autant vous dire que vous aurez probablement envie de jouer cette salle plusieurs fois…

Le secret du pirate étant une aventure assez linéaire, nous ne pouvons que vous conseiller de la jouer à trois ou quatre. Être plus nombreux risquerait peut-être de frustrer l’un des membres de l’équipage, ce qui serait un véritable gâchis.

Hormis le fait que l’accueil du game master puisse encore être amélioré, restons objectifs, nous n’avons que des critiques positives à écrire… Profitez-en cher lecteur, c’est assez rare pour être souligné !

Le secret du pirate fut un réel coup de cœur pour notre trio… Point final. Pour de vrai cette fois.

Bulletin scolaire

Décor :5
Fouille :5
Réflexion :4
Difficulté générale :4

Le sous-marin

Pour votre gouverne

HintHunt
68 rue des archives
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

Tel monsieur Preskovic dans Le père Noël est une ordure, nous vous présentons toutes nos confuses pour notre retard… Il est vrai que nous n’avons pas été des plus rapides à écrire cet article. Nous avons une vie que diable ! Sachez que ce délai n’entâchera en rien la qualité de notre production.
Trêve de justification ! Nous sommes là pour vous parler de notre visite chez HintHunt au cours de laquelle nous avons découvert leur sous-marin.

Nos toutes premières aventures avaient commencées chez HintHunt ; c’est donc avec plaisir que nous retrouvons cette enseigne. Un brin de nostalgie flotterait-il dans l’air ?

Bénéficiant de son statut de pionnier de l’escape game français, HintHunt possède deux sous-marins. Tout est normal ! Dire que Jack et Rose ont dû se contenter d’une planche pour deux ! Tout ça pour dire que dix moussaillons, répartis en deux groupes, peuvent participer à ce voyage dans les profondeurs de l’océan. Pour cela, entre 22€ et 32€ par personne devront être déboursés. Comme d’habitude, le prix dépend de l’heure et du nombre de personnes capables de résister à la pression… Les oreilles qui se bouchent toussa toussa !

Le scénario ?

Nous allons faire simple : il n’y a pas de scénario ! Notre game master nous a indiqué que nous allions pénétrer dans un sous-marin. C’est tout ! L’avantage de cette information, c’est que nous ne nous y attendions pas du tout…
Tout ça pour dire que le gros du pitch sera découvert au fur et à mesure de l’aventure !

Allez… Soyons chouettes avec vous ! Histoire de vous donner envie, nous allons tout de même vous révéler une chose : vous aurez une heure pour mener à bien votre mission. Une heure ? Soixante minutes ? Trois-mille-six-cents secondes ? Dans un escape game ? Sans blague !

SubMarine Coordonnées

Et tout le toutim…

Comme nous vous l’avons déjà dit plus haut, notre première expérience dans le monde des escape games avait eu lieu chez HintHunt. Nous n’avions alors pas du tout aimé… C’est d’ailleurs pour cela que nous en sommes aujourd’hui à notre 40ème article ! Au cas où certains auraient quelques difficultés de compréhension, ces dernières lignes relèvent de l’ironie. C’est donc tout sourire que nous arrivons dans les nouveaux locaux de l’enseigne.

Une fois accueillies au sein d’un bel appartement parisien au très joli parquet, notre game master nous explique que deux énigmes différentes sont proposées aux joueurs. Compte tenu de nos capacités mondialement reconnues et de nos facilités indéniables, nous choisissons Deep down, l’énigme la plus difficile. Pour ceux qui n’auraient toujours pas percuté, il s’agit ici aussi d’ironie.

Une fois n’est pas coutume, nous ne possédons aucune information quant à la tâche à effectuer. Nous comprendrons probablement au fil de l’eau… Ha ha ha !

Nous pénétrons dans la salle et découvrons un décor très épuré mais extrêmement réaliste. Nous sommes entourées de murs gris, de tuyaux, de missiles ou encore d’un périscope. Ce décor est parfaitement cohérent avec le thème de la salle… Ou du moins avec l’idée que nous nous faisons d’un sous-marin.

Nous commençons notre travail de fouille mais ce dernier se révèle plus que succint étant donné le peu d’éléments présents dans la salle. Après trois minutes, nous nous mettons à tourner en rond comme des poissons dans un bocal. Voilà qui commence bien ! Notre haute estime de nous même nous contraint d’écrire que ce flottement n’est pas lié à notre état de fatigue mais bel et bien aux faux indices glissés sur notre chemin. Quoi qu’il en soit, l’une de nous passe cinq bonnes minutes à se prendre la tête sur un élément totalement inutile tandis que les autres membres de l’équipe, imperturbables, continuent à réfléchir.

Au bout d’une dizaine de minutes, l’élément perturbateur tant attendu arrive enfin. Nous devons empêcher le sous-marin de couler. Nous découvrons rapidement une deuxième salle qui s’avère être bien plus riche que la première. Il y a des boutons, des boutons et encore des boutons… Dans tous les coins ! Autant vous dire que l’envie d’appuyer partout est colossale. Et si nous touchions à tout en même temps… Qui sait ? Il se passera peut-être quelque chose. Nous résistons (presque) à l’envie de faire mumuse et réussissons à nous reconcentrer sur l’essentiel : sauver notre vie. C’est important quand même !

Plus nous avançons dans le jeu, plus nous réalisons à quel point la cohésion de groupe est indispensable. Nous voilà en train de courir dans tous les sens en nous hurlant des informations à tout va ! Une autre manipulation nous oblige même à coordonner nos mouvements… N’ayons pas peur des rapprochements physiques ! Trève de blabla, les manipulations sont vraiment sympas et nombreuses !
Juste un petit conseil de vous à nous : n’essayez pas de faire le cow-boy, il est impossible de s’en sortir seul dans cette salle.

Nous avançons assez rapidement car la progression est très fluide. Nous sommes à deux doigts de réussir la salle sans indice mais malheureusement, alors que nous approchons de la fin de l’aventure, c’est la panne sèche. Nous galérons comme des cacas. Ou comme des selles mais ça sonne moins bien à l’oreille… En parlant d’audition, la musique qui retentit fait sacrément monter la pression.

Notre game master veille au grain et nous remet sur les rails ou plutôt sur les flots. Nous découvrons que nous sommes passées à côté d’un élément essentiel lors de la fouille. Malgré ce petit oubli, nous réussissons notre mission en 57 minutes et 10 secondes. Ouf ! Le jour où nous rejoindrons le Capitaine Némo* n’est pas encore arrivé…

*Dans le cas où vous auriez encore un doute, nous parlons ici du héros de Jules Verne… Pas du poisson à la nageoir atrophiée ! Pardi !

DBkcPEkXsAMvDQY.jpg-large

Après délibération du conseil

Voici venu le temps des rires et des chants d’écrire le début de la fin de cet article. Sur un ton pompeux, nous dirions que nous avons beaucoup apprécié cette salle. Sur un ton moins pompeux, c’était d’la balle baby !

Cependant, il faut bien trouver quelques petits défauts… Nous ne voudrions pas être accusées de lècheboulage.

Notre game master, très efficace soit dit en passant, parlait vite, vraiment trop vite. Quant à l’accueil, il était simple, vraiment trop simple. Disons que le minimum vital a été fait pour nous mettre à l’aise. Chez HintHunt, il faut venir pour la salle, pas pour le breuvage. Cependant, il nous est déjà arrivé d’avoir à boire mais une salle qui ne tenait pas la route. Nous vous laissons deviner notre préférence ! Arrêtons donc ici de nous plaindre…

Le fait que la salle puisse accueillir deux énigmes implique la présence d’éléments inutiles et de faux indices. Cela pourra peut-être déconcerter les débutants mais cela leur forgera aussi le caractère. Entendez-vous notre rire machiavélique ?

L’immersion est bien travaillée. Les décors correspondent parfaitement aux sous-marins de notre imagination. De plus, nous avons beaucoup apprécié la musique et l’écran de contrôle qui indique que nous sombrons à toute vitesse vers les abysses. Plus le sous-marin descend, plus l’adrénaline monte !

Le décor ne faisant pas tout, les énigmes se doivent d’être au rendez-vous… Ce qui est le cas dans Le sous-marin ! En effet, ces dernières contribuent fortement à la qualité de la salle. Pour notre plus grand plaisir, HintHunt nous contraint à coopérer dans un univers où les cadenas sont loin d’être rois.

Le sous-marin est une salle sans aucun temps mort dans laquelle nous nous sommes amusées. C’est donc sans hésitation que nous la recommandons !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :2
Réflexion :4
Difficulté générale :4

La zen room

Pour votre gouverne

HintHunt
58 rue Beaubourg
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

HintHunt… Ce nom vous dit quelque chose ? Sachez qu’il s’agit du premier live espace game qui a ouvert en 2013 au pays de la baguette et du béret. Le principe est simple : entrer dans une pièce et en sortir en 60 minutes.

Suite au succès de leur première énigme, Le bureau de James Murdock, HintHunt a décidé, en août 2014, d’ouvrir une nouvelle salle au design plus travaillé et aux casse-têtes bien pensés : la zen room.
Zen… Quand on y réfléchit, ce mot nous laisse pantois.

Accueillant des équipes de trois à cinq joueurs, HintHunt propose trois pièces identiques pour accueillir cette nouvelle énigme. Autrement dit, si vous voulez jouer à plusieurs, vous prouvez réserver pour quinze participants. Il est cependant tout à fait possible, si vous êtes en petit comité, de réserver pour trois.

En heures creuses, le prix par personne participante est compris entre 22€ et 30€. Il est de 26€ à 32€ par personne si vous décidez de venir en heures pleines.
Vous l’aurez compris, tout dépend du nombre de camarades qui composent votre équipe.

Le scénario ?

Une riche famille japonaise s’est fait piller son héritage. Vous êtes alors mandaté par cette dernière et devez les aider à retrouver ce qui leur appartient.

Comme vous êtes très curieux, sachez que votre objectif est de trouver et déchiffrer cinq symboles japonais avant que les 60 minutes se soient écoulées. C’est indispensable ! C’est nécessaire ! C’est la seule chose qui pourra vous éviter des années d’enfermement et de torture.

Zen 9

Et tout le toutim…

Lorsque nous arrivons dans les locaux de HintHunt, nous sommes une nouvelle fois accueillis par un gentil maître du jeu qui nous briefe rapidement sur l’histoire et les trois règles d’or.

Le moment tant attendu arrive enfin. Nous mettons les pieds dans un magnifique salon japonais aux décors soignés qui nous donnent envie de retirer nos chaussures pour ne pas salir. Nous ne le faisons pas, rassurez-vous !

Dès les premiers coups d’œil, nous découvrons un grand nombre de cadenas et de codes. Le travail de fouille s’avère assez rapide puisque nous déverrouillons la majorité des cadenas dans le premier quart d’heure. Apparaissent alors des énigmes plus intellectuelles qui nous obligent à réfléchir. Le monde reconnaît enfin nos capacités cognitives. Merci.
Trêve de plaisanterie… Certains jeux de logique nous font ramer et perdre pas mal de temps.

Nous finissons tout de même par réunir les cinq symboles puis sortons de la pièce après 59 minutes et 34 secondes de dur labeur.

Sans titre-1 copie

Après délibération du conseil

Nous avons beau être sortis plus « large » que dans le bureau de James Murdock, nous avons trouvé l’énigme de la zen room plus difficile.

Être en équipe et se faire confiance est indispensable pour pouvoir gagner du temps en se répartissant les tâches.

Nous déconseillons cette salle à des groupes composés majoritairement d’enfants. Nous la déconseillons aussi à des personnes souhaitant participer à leur premier escape game.

En ce qui concerne les décors, ils sont extrêmement travaillés et aboutis : Dragon Ball n’a qu’à bien se tenir !

Malgré le fait que nous ayons été en manque de fouille, nous avons été agréablement surpris et convaincus par l’aspect cérébral du jeu.

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :2
Réflexion :4
Difficulté générale :3

Le bureau de James Murdock

Pour votre gouverne

HintHunt
62 rue Beaubourg
75003 Paris

Ligne 11 : Station Rambuteau
Lignes 3 et 11 : Station Arts et métiers

https://hinthunt.fr

HintHunt c’est la base, le premier live escape game français à avoir vu le jour, en décembre 2013. La classe non ?!

Accueillant des équipes allant de trois à cinq joueurs, trois salles identiques sont disponibles pour cette énigme. Autrement dit, si vous avez beaucoup de copains, vous avez la possibilité de réserver pour quinze participants. A l’inverse, si vous n’avez pas beaucoup de copains ou si vous préférez assurer un climat serein dans votre équipe, vous pouvez réserver pour trois et ainsi vous amuser sans vous soucier des autres salles disponibles.

En heures creuses, le prix par personne participante est compris entre 22€ et 30€. Il est de 26€ à 32€ par personne si vous décidez de venir en heures pleines.
Vous l’aurez compris, tout dépend du nombre de camarades qui composent votre équipe.

Le scénario ?

L’assistante de James Murdock, un célèbre enquêteur, a été assassinée et son corps a été retrouvé dans le bureau de ce dernier. L’innocent James Murdock a été accusé à tort. C’est bête.

Votre mission, si vous l’acceptez, est de trouver le vrai coupable et ainsi prouver l’innocence de notre cher James Murdock. Et c’est là que l’affaire se corse puisque vous n’avez que 60 minutes pour réaliser cette tâche et, de ce fait, déverrouiller la porte pour sortir de la pièce.
Si la porte clignote et s’ouvre, c’est gagné. Si la porte clignote mais ne s’ouvre pas, vous faites face à un bug technique…

Murdock 3

Et tout le toutim…

Lorsque nous entrons dans les locaux de HintHunt, nous sommes de suite pris en charge par notre maitre du jeu, aussi appelé game master dans le jargon. Le temps de ranger nos affaires dans un casier et de passer aux toilettes, nous sommes fin prêts pour notre premier escape game.

Une fois le scénario et les règles d’or assimilés, nous entrons enfin dans le bureau de James Murdock. Nous découvrons une décoration épurée qui met en avant la présence d’une machine à écrire, de vieilles photographies ainsi que d’un téléphone à cadran. Nous voilà officiellement plongés dans le vieux Paris.
Comme dans une vraie scène de crime, une silhouette humaine est dessinée sur le sol.

Complètement excités, nous attendons avec impatience que le compte à rebours s’enclenche. Nous regardons rapidement autour de nous : des cadenas, des codes, des symboles… Il nous tarde de commencer ce qui ressemble à un Cluedo géant.

Le compte à rebours sur l’écran se met en route et les premières secondes commencent à défiler. Nous nous mettons à fouiller, trouver des clefs, des codes… Nous communiquons énormément en hurlant le moindre objet que nous trouvons et le lieu où nous le posons. Nous nous rendons compte que nous avons oublié certaines choses et qu’il faut absolument repasser derrière ses coéquipiers.

Nous allons de surprise en surprise, le rythme s’accélère et les minutes s’écoulent extrêmement vite. Nous sentons arriver la fin de l’énigme lorsque la fouille laisse place à la réfléxion. Aidés par une game master très efficace qui nous envoie des indices cruciaux via un écran accroché dans la pièce, nous réussissons à organiser notre pensée.

Lorsque nous nous rendons compte que cinquante-cinq minutes se sont déjà envolées, nos palpitants s’agitent ; nous mettons tout en œuvre pour regrouper les indices et réfléchir afin de trouver le coupable. Même si cette découverte n’est pas indispensable pour sortir de la pièce, nous arrivons à nos fins et réussissons à nous échapper à la dernière seconde.

Sans titre-1

Après délibération du conseil

Comme nous l’avons écrit plus tôt, HintHunt est à l’escape game ce que Ned Stark est à Game of Thrones. Vous comprenez le côté historique ? Tout ça pour dire que c’est rodé.

En ce qui concerne l’accueil, nous l’avons vraiment trouvé agréable. Les gens sont souriants et prêts à répondre à la moindre de nos questions. Que demander de mieux pour un premier escape game ?

L’énigme est bien ficelée et plaira à tous les amateurs de fouilles. La réflexion, assez peu présente, permet à tous les âges de participer activement et de résoudre l’enquête.

Seul petit bémol concernant le décor : certes nous sommes dans le vieux Paris mais un iPhone se trouve dans la pièce. Voilà ce que les personnes cultivées appelleraient un anachronisme.

Sachez que nous sommes sortis vidés en ayant l’impression d’avoir fait deux heures de sport, la transpiration incluse. Un premier escape game c’est fatiguant, ne soyez pas étonnés.

Bref, nous aurions bien écrit que c’était kiffant mais le langage familier étant prohibé sur cet article, nous préférons vous dire que c’était fort plaisant.

Bulletin scolaire

Décor :3
Fouille :5
Réflexion :2
Difficulté générale :2