Atlantide

Pour votre gouverne

Majestic Escape Game
2 rue Française
75001 Paris

Lignes 1 & 4 & 7 & 11 & 14 : Station Châtelet – Les Halles
RER A & B & D : Station Châtelet – Les Halles

https://majestic-escapegame.paris

Bien le bonjour ami lecteur ! Nous voilà fin prêts à vivre une nouvelle aventure chez Majestic Escape Game, enseigne qui, rappelons-le, a choisi le septième art comme fil conducteur. Rien que pour ça, nous sommes heureux car oui, il nous en faut peu… Pour être heureux… Vous l’avez ?
Bien que Le livre de la jungle eût pu être un excellent choix de thème, c’est bel et bien la cité de l’Atlantide qui s’apprête à nous ouvrir les bras.

Selon que vous débarquez* à trois, quatre ou cinq aventuriers, le prix de votre escapade sera compris entre 26€ et 32€ chacun ; voilà qui n’est pas cher payé pour devenir le nouvel Indiana Jones.

*L’utilisation de l’indicatif n’est toujours pas une erreur… Si vous avez douté, nous espérons que vous aviez demandé un Bescherelle au Père Noël.

Le scénario ?

Les exceptionnels explorateurs qui composent votre équipe viennent de découvrir l’impensable : un accès direct vers la mythique cité de l’Atlantide… Il était temps !

Comme vous croyez dur comme fer à cette légende, vous et vos copains êtes tout guillerets à l’idée d’y mettre les pieds. En effet, cette île engloutie depuis des siècles habriterait un métal incroyable que vous aimeriez bien ramener à la maison… Juste au cas où vous auriez besoin que nous imagions la chose, l’Orichalque est à Atlantide ce que le Verredragon est à Peyredragon. Bien entendu, si notre explication n’a fait que vous embrouiller davantage, c’est tant pis pour vous.

Votre programme est bien alléchant mais, parce que oui, il y a un mais, vous n’avez que soixante minutes pour explorer les lieux et mettre la main sur un fragment d’Orichalque avant que le volcan sur lequel est constuit la cité n’entre en éruption… Et oui… Il y a un volcan ! Vous ne l’aviez pas vue venir celle-là hein ? C’est cadeau ! La bise poto !

Majestic 2

Et tout le toutim…

Un soir d’octobre 2018, au clair de lune, voilà notre équipe prête à affronter les secrets d’une terre inconnue : l’Atlantide. Fin de ce moment de poésie… Nous sommes le 24 octobre, il est 22H00 et nous nous apprêtons enfin à découvrir Atlantide, la première salle de Majestic Escape Game, un an après son ouverture. Oui… Tout à fait ! Chacun son rythme.

À notre arrivée, nous sommes chaleureusement accueillis par Benjamin, l’un des créateurs de l’enseigne, et un illustre inconnu qui se révèle être notre game master. Enchantés ! Après un petit verre pris dans de confortables canapés, nous suivons notre hôte jusqu’à la porte de la salle où nous est fait un rapide briefing plein d’humour. Un fou rire pointe d’ailleurs le bout de son nez… Il semblerait que nos nerfs aient quelques difficultés à s’adapter à l’heure tardive.

Cependant, il est temps de reprendre notre sérieux car une sacrée mission nous attend. Afin de nous aider dans celle-ci, une montre nous est remise. Grosso merdo, il s’agit d’un accessoire digne de ceux utilisés par James Bond ou Inspecteur Gadget, au choix. Cet objet, très laid malgré ses compétences, sera néanmoins fort utile. En effet, nous pourrons y lire les indications envoyées la partie de notre équipage restée sur le plancher des vaches. Bande de peureux !

Nous pénétrons dans les lieux, yeux fermés et à la queue leu-leu tels des Français moyens en fin de soirée dansant la chenille ! Rassurez-vous, lorsque nous ouvrons les yeux, nous ne découvrons ni gobelets en plastique, ni cotillons usagés mais bien un décor époustouflant de réalisme. Nous avons vraiment l’impression d’être dans une grotte… En plus des parois tout ce qu’il y a de plus rocheuses, les lumières et les sons nous font parfaitement ressentir la présence du volcan. Nous ne sommes officiellement pas là pour rigoler !

Comme à notre habitude, nous commençons par fouiller les lieux mais cet exercice s’avère être très succinct. Nous trouvons tout de même quelques éléments qui se révèleront être indispensables à la suite de notre aventure. Une première manipulation, très originale, se présente assez rapidement à nous. Tout s’enchaîne de manière très fluide et une deuxième énigme nous permet de découvrir une nouvelle salle.

Chacune des étapes du jeu, toujours en lien avec scénario, fait plus souvent appel à notre sens de l’observation qu’à notre réflexion. Les manipulations, quant à elles, sont également très présentes. C’est d’ailleurs grâce à l’une de ces dernières que nous accédons au dernier espace de jeu.

La coopération devient alors primordiale… Nous nous en sortons plutôt bien et sentons que nous nous rapprochons de la fin de notre exploration. Le volcan se fait de plus en plus présent au point qu’il commence à fumer ! Il faut l’avouer, nous sommes assez fiers de nous !
Compte tenu du fait que nous sommes en avance sur le timing, nous prenons la grosse tête. Nos chevilles enflent, nous fanfaronnons et nous pétons plus haut que notre séant… Tout ça pour dire que nous nous reposons sur nos lauriers. En d’autres termes, nous relâchons la pression… Grave erreur !

Nous faisons maintenant face à une manipulation qui ne nous parle absolument pas. Nous errons telles des âmes en peine en tentant diverses manœuvres plus ridicules les unes que les autres. Il semblerait que nos cerveaux soient déjà partis rejoindre les bras de Morphée. C’est fâcheux !

Fort heureusement, notre game master veille au grain et nous vient en aide avec un indice. C’est reparti mon kiki ! Nous résolvons enfin cette dernière énigme et mettons la main sur le précieux alliage permettant de fabriquer des armures invincibles. Très utile dans notre vie quotidienne !

Et maintenant ? Il faut trouver un moyen de sortir ? Ah bah non… C’est fini ! Découvrir l’Orichalque était le but ultime de notre aventure ; but que nous avons atteint en 53 minutes et 22 secondes.

Atlantide

Après délibération du conseil

Comme pour Titanic, Majestic Escape Game a mis le paquet sur les décors. Les murs ne sont pas en carton-pâte et les lumières semblent plus vraies que nature au point que nous avons vraiment eu l’impression de pénétrer dans une grotte.

Grâce à ces décors travaillés, au système d’indice bien pensé et aux énigmes totalement intégrées au scénario, l’immersion est absolument parfaite. Aucun cadenas ou anachronisme ne vient troubler la cohérence de cette salle.

Les énigmes, pour certaines totalement originales et jamais vues, ne cessent de s’enchaîner avec fluidité. De plus, la coopération est absolument indispensable et ça, au cas où vous ne seriez pas au courant, c’est vraiment chouette !

Le peu d’étapes à réaliser, bien que pouvant peut-être frustrer les joueurs aguerris ou en quête de défi, en fait une salle parfaitement adaptée aux débutants.

Le seul petit point négatif que nous pouvons trouver à Atlantide est le fait que la fin du jeu ne soit pas explicitée d’une façon sonore ou visuelle. Nous sommes restés comme trois ronds de flan, notre Orichalque à la main, ne sachant pas si nous avions réussi où s’il restait une étape à réaliser. Rassurez-vous, cela ne gâche en rien l’expérience vécue.

Pour conclure, si vous êtes à la recherche d’énigmes assez simples avec des décors épatants et une immersion parfaite, Atlantide est une salle faite pour vous !

Bulletin scolaire

Décor :4
Fouille :2
Réflexion :3
Difficulté générale :2

Titanic

Pour votre gouverne

Majestic Escape Game
2 rue Française
75001 Paris

Lignes 1 & 4 & 7 & 11 & 14 : Station Châtelet – Les Halles
RER A & B & D : Station Châtelet – Les Halles

https://majestic-escapegame.paris

Histoire de varier les plaisirs, notre équipe décide de se rendre, non pas à une session d’escape game, mais à une petite séance de cinéma. Nous voilà donc en route vers le Majestic, concurrent direct du Grand Rex, qui a ouvert ses portes en novembre dernier. Les films à l’affiche ne sont pas des plus récents mais après tout, qui résisterait à une énième projection de Titanic ?

Selon l’heure de la séance et le nombre de spectateurs, la place de cinéma vous coûtera entre 26€ et 32€ par personne. Il est vrai que celà n’est pas donné mais que voulez-vous, il paraît que ce cinéma est un peu particulier…

PS : La carte UGC illimitée n’est pas acceptée…

Le scénario ?

Le Majestic n’est effectivement pas un cinéma ordinaire. Il est le seul à vous entraîner derrière l’écran, vous permettant ainsi d’être acteur de votre propre aventure.

14 avril 1912 : Voyage inaugural du RMS Titanic… Vous êtes mécanicien à bord et vous remarquez que le paquebot est à l’arrêt. Vous l’ignorez encore mais, il y a quelques heures, à 23H40 précises, le Titanic a heurté un iceberg.

15 avril 1912 : 01H20 du matin. Vous recevez un message vous informant que le bateau va sombrer dans les profondeurs abyssales d’ici soixante minutes. Malheureusement, vous êtes loin d’être prioritaire pour accèder à l’un des rares canots de sauvetage présents à bord. Pire encore, les grilles permettant d’atteindre les ponts supérieurs ont été fermées à clef. Vous avez une heure pour ouvrir cette f*cking grille et avoir une chance de prendre place dans une chaloupe.

C’est la loose. La mouise. La misère. La fin des fins c’est Planta fin. Autant vous dire que vous avez encore plus de risque de calancher qu’un personnage de Game of thrones.

SONY DSC

Et tout le toutim…

En ce jour férié fort ensoleillé, nous décidons, contre toute logique, d’aller nous enfermer dons une salle obscure. À notre arrivée chez Majestic, nous sommes gentiment accueillis par Benjamin, notre game master. La décoration du hall d’entrée est impressionnante… Nous apercevons quelques fauteuils rouges, symboles des salles de cinéma ainsi que de magnifiques canapés qui nous attendent. Pour couronner le tout, le nom de l’enseigne est écrit sur un panneau reprenant l’écriture des « american theatres ».

Après quelques minutes de discussion autour d’un verre et d’un seau de pop-corn, cinéma oblige, nous entrons dans le vif du sujet. Benjamin nous accompagne devant la porte de la salle, nous explique le scénario et nous précise que Peter, notre supérieur, a réussi à s’enfuir avant la fermeture des grilles. Voilà qui nous faisait une belle jambe jusqu’à ce que nous apprenions que ce dernier souhaitait nous aider à sortir. Quelle âme charitable ce Peter ! Notons que le fait que notre game master fasse partie intégrante du scénario est un détail fort sympathique.

Manque de bol, ce dernier nous annonce deux mauvaises nouvelles : notre équipe sera séparée et notre aventure commencera dans le noir. Joie !

Il est l’heure de fermer les yeux et de nous laisser guider… Notre game master nous mène, par groupe de deux, dans la salle des machines qui, rappelons-le, est plongée dans l’obscurité.

La lumière s’allume finalement et nous découvrons un décor criant de réalisme. Pas de carton pâte ou de plastique de mauvaise qualité. En effet, du métal, de l’acier et des tuyaux courent le long des murs… Nous nous croyons vraiment à bord d’un bateau, plus précisément au cœur de la salle des machines. Malheureusement pour nous, ce n’est pas dans cette partie du navire que nous trouverons le Cœur de l’océan… Voilà qui est plutôt fâcheux !

Une lourde porte blindée sépare nos deux groupes. Nous comprenons alors que notre première mission consiste à l’ouvrir afin d’être réunis. Nous commençons donc à fouiller afin de trouver des éléments susceptibles de nous aider dans cette tâche.

Plus que minutieuse, la fouille est quelque peu vicieuse mais juste ce qu’il faut pour apprécier la difficulté. Contrairement à notre habitude, nous n’avons ni tiroirs à renverser, ni tapis à soulever, ni même bureau à fouiller. Soyons honnêtes, nous sommes assez déstabilisés par le peu d’éléments qui nous entoure.

L’ambiance sonore, extrêmement immersive, nous oblige à hurler pour réussir à échanger à travers la porte blindée. Parlons-en de la communication d’ailleurs… Nous avons parfaitement compris comment activer le mécanisme nous permettant d’être réunis ; cependant, deux d’entre nous ont décidé de se noyer dans des explications loin d’être claires. Se noyer… Dans le Titanic… Questcequonestdrôles.

Notre game master ne sait même pas comment nous aider puisque nous avons tous les éléments entre nos mains. Seule notre bêtise personnelle nous fait perdre du temps… Précisons d’ailleurs que le moyen de communication avec Benjamin Peter est très original et parfaitement intégré au décor. Nous finissons tout de même par ouvrir cette fichue porte. Voilà enfin notre équipe au complet !

Au fur et à mesure du jeu, nous en apprenons plus sur les jours précédents le drame. De petits détails glissés dans le décor nous permettent de sentir que nous nous trouvons bien sur l’insubmersible Titanic et non sur un vulgaire bateau de croisière. Insubmersible our ass oui…

Nous perdons à nouveau du temps sur la résolution de la deuxième grosse énigme. Nous tentons, tâtonnons et essayons jusqu’à ce que l’éclair de l’un des membres de l’équipage jaillisse. Et oui les amis, l’éclair a jailli ! Une fois de plus, les vrais savent…

Il s’avère que la pression ne nous réussit pas. La pression… Dans un bateau qui va finir sous l’eau… Nos cerveaux semblent être franchement ramollis par l’humidité ambiante. Qu’à cela ne tienne ! Nous parvenons à ouvrir l’un des rares cadenas de la salle permettant de découvrir un mécanisme ô combien impressionnant ! Probablement l’un des plus impressionnants que nous ayons vus en escape game.

Nous n’avons malheureusement que peu de temps pour nous extasier, d’autant plus que, par souci d’authenticité, Majestic n’a pas inclus d’écran indiquant notre durée de jeu. L’immersion est parfaite ! Il ne manque plus que l’orchestre jouant jusqu’à la dernière minute…

En avançant dans le jeu, nous découvrons une partie du décor, invisible jusqu’à présent, qui se trouve être vraiment très belle. Au risque de vous gâcher la surprise, nous préférons de suite annoncer la couleur : pas de Leo, menottes aux poignets, attendant d’être délivré. En revanche, nous apercevons la sortie… Inaccessible pour le moment.

Afin d’avoir une chance d’atteindre le pont supérieur, nous devons résoudre une dernière énigme qui, soyons honnêtes, nous laisse perplexe. Encore une fois, nous comprenons ce que nous devons faire mais sommes incapables de trouver la solution.

L’immersion est telle que la panique nous empêche de garder notre sang froid. Nous tentons des manipulations hasardeuses… Sans succès !

Notre game master, prêt à tout pour que nous ne sombrions pas au fond de l’Atlantique, nous envoie des indices à la pelle. Ce serait vraiment dommage de finir dans une eau glaciale avec une porte pour quatre en guise de radeau. Déjà que Jack n’a jamais réussi à grimper dessus…

Grâce aux bons conseils de notre game master, nous parvenons à mettre la main sur la clef nous permettant d’ouvrir la grille menant aux étages supérieurs. Nous réussissons cet exploit au bout de 52 minutes et 04 secondes. Once more, we open the door !

NB : L’histoire ne dit pas si nous avons réussi à trouver une place sur un canot. Nous avons peut-être fait tout ça pour rien…

Titanic

Après délibération du conseil

Ne nous mentons pas, les décors et l’immersion sont les gros points forts de cette salle. Nous avons été immédiatement plongés, c’est le cas de le dire, dans l’univers du naufrage du Titanic. Les surprises que nous avons découvertes au fur et à mesure de la partie nous ont sincèrement ébahis.

Pour résumer, le réalisme des décors, l’ambiance sonore et les soucis du détail font de cette salle l’une des plus immersives que nous ayons testées jusqu’à présent.

Les énigmes sont parfaitement bien ficelées et toujours intégrées au scénario. Nous pouvons néanmoins regretter que ces dernières soient assez peu nombreuses. Soyons clairs, nous avons été franchement lents mais des cerveaux plus éveillés pourraient peut-être rester sur leur faim en sortant trop vite de la salle.

Nous avons également beaucoup apprécié la relation avec notre game master. Ce dernier nous a suivis tout au long de la partie afin de nous donner de précieux conseils et ce, sans nous abandonner une seconde. De plus, nous avons été accueillis chaleureusement dans des locaux magnifiques.

Étant donné que nous sommes très chiants pointilleux, nous tenons à faire passer un message à l’équipe de Majestic : nous sommes extrêmement déçus que notre victoire n’ait pas été célébrée par la venue de Céline Dion en personne. Rien que ça…

Bulletin scolaire

Décor :5
Fouille :3
Réflexion :4
Difficulté générale :4