Le tremblement de terre

Pour votre gouverne

The game
6 rue de la Harpe
75005 Paris

Ligne 4 : Station Saint-Michel
Ligne 10 : Station Cluny – La Sorbonne
RER B et C : Station Saint-Michel – Notre-Dame

https://www.thegame-france.com

Notre équipe de baroudeurs des escape games continue tranquillement son périple en s’aventurant au sein d’une enseigne qu’il est désormais inutile de nommer… Cependant, notre article lui étant consacré, il nous semble indispensable de préciser qu’il s’agit de The game. Une petite originalité vient toutefois chambouler nos habitudes puisque, cette fois-ci, la découverte d’un local flambant neuf situé dans le très beau et très prisé quartier de Saint-Michel s’offre à nous. Dans le cas où vous n’auriez pas tout suivi, sachez que ce dernier a pointé le bout de son nez pour permettre à la nouvelle salle de l’enseigne, Le tremblement de terre, de voir le jour.

Pour sauver les parisiens des suites d’une secousse sismique, il vous faudra réunir une équipe composée de trois à cinq sismologues. Néanmoins, si vous êtes dix, vous aurez également la possibilité de scinder votre groupe en deux pour couvrir plus de terrain. Comme toute bonne chose se mérite, il sera également nécessaire de dépenser entre 25€ et 32€ par personne. Le monde vaut bien cela… Non ?

Le scénario ?

Un matin tout à fait ordinaire, alors que les parisiens boivent leur café sur les terrasses ensoleillées, un événement catastrophique secoue la ville… En effet, un tremblement de terre extrêmement puissant surprend la Ville Lumière et les dégâts sont considérables. Le centre de Paris est sens dessus dessous et la rue de la Harpe a particulièrement pris cher…

Comment va votre hamster ? Vous n’avez pas le temps de vous poser la question… Ni une, ni deux, vous êtes réquisitionné afin de sécuriser le périmètre car de nouvelles secousses ne sauraient tarder… Une catastrophe encore plus grave serait alors inévitable !

Votre mission ? Retrouver le local électrique et couper le courant du quartier avant que les choses ne dégénèrent… Prêts ? Feu ! Partez !

Tremblement

Et tout le toutim…

À défaut d’avoir eu le temps de découvrir la dernière-née de chez The game dans le monde d’avant, nous avons profité de la désertification estivale de la capitale pour ajouter cette pierre à notre édifice… Nous n’étions donc que hâte !

C’est après avoir reçu, comme à l’accoutumé, un petit message de rappel, que nous arrivons, par une après-midi ensoleillée, aux abords du nouveau local dans lequel nous ne tardons pas à entrer. Et là… Surprise ! C’est la maison ! La décoration, l’accueil, les zones de brief… Tout est identique au premier bâtiment de l’enseigne. Chapeau l’équipe ! Cerise sur le gâteau, nous nous trouvons à l’endroit même où un petit hôtel a accueilli Paul Verlaine il y a quelques années… Si seulement les murs pouvaient parler !

Nous rencontrons notre game master qui nous laisse le temps de passer aux cabinets avant de nous expliquer la situation… Équipé de son humour et de sa tablette, il nous présente des images du journal télévisé qui, en toute honnêteté, montrent Paris d’une manière saisissante et apocalyptique.
L’heure est grave ! Notre hôte a réellement besoin de notre équipe technique pour une intervention urgente. Mais soudain… Que se passe-t-il ? Qu’est-ce que… Oh punaise ! Ne vous en disons pas plus… Contentez-vous de savoir que l’immersion démarre avant même d’entrer dans la salle.

Juste avant de partir à la rechercher du compteur électrique pour y couper le courant, un téléphone et une bouteille de gel hydro-alcoolique nous sont remis. L’aventure peut maintenant démarrer !

C’est donc complètement survoltés que nous nous engageons dans la mission… Survoltés ! L’électricité ! Vous l’avez ou il faut vous faire un dessin ? La porte s’ouvre pour se refermer aussitôt ; nous découvrons un hall d’immeuble plus vrai que nature, le pipi du chien de la voisine en moins. Interphone, porte cochère, boîtes aux lettres… Tout y est ! Manque de bol, les choses se corsent un peu trop vite à notre goût. Il n’y a pas grand-chose et pourtant, nous ne savons pas bien comment passer la porte jusqu’au moment où un déclic se fait dans nos cerveaux… Alohomora ! Nous voilà de l’autre côté.

Compte tenu du fait que nous nous trouvions face à des interphones, nous pensions accéder à un immeuble… Allez donc savoir pourquoi et comment, nous sommes catapultés, comme par magie, en plein cœur d’une jolie rue. Autour de nous se trouvent tout un tas de commerces, un distributeur de billets et une boîte aux lettres récupérée chez les postes, télégraphes et téléphones… Croisons les doigts pour que les plus jeunes d’entre vous aient compris ce que nous venons d’écrire… Quoi qu’il en soit, de la poussière et des débris apportent une touche finale digne de ce nom car oui, la terre a bel et bien tremblé.

Après ce rapide état des lieux des décors, nous revenons vite à nos moutons. Nous démarrons par l’étape de fouille qui, vous le savez si vous nous lisez régulièrement, n’est pas notre fort. Au cours de cette dernière, nous retrouvons un portefeuille, quelques pièces de monnaie ainsi que des objets tombés ou abandonnés par les riverains ayant dû prendre la fuite… Tous ces éléments viennent accentuer le réalisme de l’expérience. C’est validé !

Nous ne l’avions pas réalisé au début de l’aventure mais, assez rapidement, nous nous rendons compte que les décors ne sont pas bien larges. Nous progressons donc, tantôt debout, tantôt à quatre pattes, à coup de pardon, oups et autres pousse-toi… Même si une partie de l’équipe ne parvient pas à voir ce qui se passe, nous avançons et effectuons des manipulations encore jamais vues. C’est chouette ! Nous tentons de nous séparer pour gagner un peu de temps mais le manque de communication nous en fait plutôt perdre. Il est grand temps de nous reprendre et de crier, masques oblige, pour que les informations circulent.

Nous parvenons enfin à trouver notre rythme de croisière. Les énigmes s’enchainent et, même si ces dernières ne sont pas toujours réalistes compte tenu du contexte, nous permettent de découvrir de nouveaux espaces de jeu. Seulement, aucun de nous ne met la main sur le compteur électrique… Nous sommes à deux doigts de péter les plombs ! Ah ah ah !

Sans que nous comprenions pourquoi, la bande originale de Requiem for a dream vient occuper nos oreilles. Même s’il est toujours agréable d’entendre du Clint Mansell dans la rue, nous doutons un chouya du fait que cela puisse réellement arriver après un tremblement de terre mais bon… Ce titre a au moins le mérite de faire monter la pression juste avant que nous entrions dans le fameux local électrique.

Nous y sommes ! Il est donc temps de couper le courant mais… Comment faire ? S’il est de notoriété publique qu’il faille appuyer sur le bouton rouge, nous devons avouer être dans le caca parce que, justement, il y a beaucoup trop de boutons rouges. Cette pièce est un casse-tête à elle seule. Nous tâtonnons, essayons et testons des combinaisons jusqu’à ce que ça fasse tilt dans nos cerveaux. Fort heureusement, notre travail d’équipe et notre synchronisation à toute épreuve portent leurs fruits. Le courant est maintenant coupé ! Top ! Bravo tout le monde !

Le périmètre est sécurisé mais nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge. C’est fâcheux ! En effet, l’aventure n’est pas tout à fait terminée puisque nous devons trouver le moyen de sortir de la rue ! Oui oui… Sortir de la rue ! C’est logique… Ou pas ! Un dernier petit effort pour maintenir nos cerveaux en marche et nous voilà sauvés des conséquences du séisme après 51 minutes et 29 secondes d’investissement.

Le tremblement

Après délibération du conseil

Retourner chez The game, c’est un peu comme retourner dans la maison de vacances de son enfance… Vous savez d’avance que l’accueil sera aux petits oignons et que tout se passera bien. C’est donc sans surprise et avec beaucoup de bonheur que nous avons retrouvé tous les petits détails faisant la réputation de l’enseigne. En effet, qu’il s’agisse du texto matinal ou du sympathique game master à fond dans son personnage, tout est pensé pour que chaque joueur passe un bon moment. Même si le traditionnel coup à boire a disparu pour raisons sanitaire, les célébrités que nous sommes ont été reçus avec la plus grande attention possible et ce, malgré le fait que nous soyons venus comme de simples mortels.

Si l’enseigne est toujours à la hauteur de sa réputation, Le tremblement de terre a, pour la première fois, fait débat au sein de notre équipe. Certes, les décors sont magnifiques et indiscutablement parmi les plus beaux de l’enseigne. Néanmoins, les énigmes ont laissé certains d’entre nous sur leur faim… La première moitié a trouvé l’aventure vraiment agréable grâce à des petits moments de rigolade et des retours aux sources tandis que l’autre moitié l’a trouvée bien… Juste bien.

Pour être tout à fait honnêtes avec vous, nous avons passé un bon moment chez The game qui a, une nouvelle fois, créé un univers original, incroyablement décoré, bien organisé et carré. Le tremblement de terre s’inscrit dans la lignée des belles salles de l’enseigne, parfaites sous tous rapports, mais manque néanmoins d’un petit quelque chose permettant au scénario d’être mis en avant. Certaines énigmes, aussi agréables soient-elles, n’ont que très peu de lien avec l’histoire au point qu’il a été difficile, à certains moments, de comprendre pourquoi nous étions là. Puis… Soyons honnêtes, avec un tel titre de mission, nous en attendions beaucoup plus en termes de pression et de surprises.

Ces petits couacs mis à part, Le tremblement de terre reste un escape game au thème jamais vu et à l’immersion travaillée. De plus, cette salle nous semble parfaitement adaptée à tous les joueurs, débutants comme confirmés, adultes comme enfants.

Au final, nous pouvons conclure en disant que The game a conçu une nouvelle énigme, digne de son enseigne, à laquelle il manque malheureusement ce je ne sais quoi que d’autres n’ont pas

Bulletin scolaire

Décors :5
Fouille :3
Réflexion :2
Difficulté générale :2

La mission spatiale

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Encore chez The game ? Quoi qu’en pensent nos détracteurs et comme s’en doutent nos plus fidèles lecteurs, la réponse est oui ! En effet, The game a récemment ouvert une nouvelle salle ce qui, vous vous en doutez, nous a fait autant plaisir qu’une plâtrée de pâtes un lendemain de cuite. C’est beaucoup dire !

L’équipe de The game étant quelque peu magicienne sur les bords, elle a réussi l’exploit de pousser les murs afin de ne pas avoir à changer de local. De ce fait, c’est avec le sourire aux lèvres que nous retrouvons cette enseigne historique de la place parisienne, lieu de nos premières amours. C’est donc toujours au cœur du Vème arrondissement de la capitale que nous avons décollé en direction de La mission spatiale.

Si vous aussi, vous voulez jouer les Thomas Pesquet et faire un tour dans l’espace avec The Game Airspace, vous devrez réunir une équipe de trois à cinq astronautes et vous délester de 25€ à 32€ chacun. Ne vous plaignez pas, vous serez plus léger pour être en apesanteur pourvu qu’on soit les seuls dans cet ascenseur !

Le scénario ?

Contrairement à ce que vous pouvez croire, ce que vous voyez dans le ciel n’est pas Superman mais bien un astéroïde fonçant droit sur notre planète. Fâcheuse nouvelle, vous pouvez en convenir. Ajoutons à cela que les meilleurs astronautes des alentours sont indisponibles. Tous… Sauf vous !

Pour éviter la collision et, devant l’urgence de la situation qui, rappelons-le, implique un astéroïde, la seule solution est de rejoindre l’une des stations de la The Game Airspace. Afin de sauver l’humanité d’une mort certaine, le mot d’ordre consiste à sacrifier la dite station en la plaçant sur la trajectoire du gros caillou.
Au cas où vous auriez besoin d’un petit résumé, disons que vous devez organiser un Titanic dans l’espace et vous carapater avant l’impact.

Vous l’avez compris, l’enjeu est de taille et, comme dans toute bonne mission qui se respecte, le temps est compté ! L’impact est prévu dans… 60 minutes ! Comme de par hasard ! Il ne vous reste donc plus qu’à réunir une équipe d’astronautes pleine de courage et de sang-froid, enfiler vos combinaisons et vous installer. Quatre… Trois… Deux… Un…

Article

Et tout le toutim…

C’est pile à l’heure que nous entrons dans les locaux de l’enseigne où nous nous sentons un peu comme à la maison. Nous sommes de suite conduits vers l’un des nombreux salons d’accueil où un verre bien frais nous est proposé. Depuis notre dernière venue et hormis le fait que la The Game Airspace ait pris ses quartiers dans les locaux, rien n’a vraiment changé. Nous avons comme l’impression de retrouver de vieux amis…

Après une brève discussion avec Hugo, notre maître du jeu, nous sommes fins prêts à entrer dans la salle où un brief, certes rapides mais néanmoins alarmant, nous est conté. Ce lieu d’un blanc immaculé n’est, ni plus ni moins, que la navette spatiale devant nous faire voyager. De par son aspect futuriste et épuré, cette dernière nous plonge instantanément dans l’immersion attendue. Pour tout vous dire, nous nous y croyons !

Nous voilà parés au décollage… Ah non en fait ! Une petite surprise nous attend avant… Tout le monde est à sa place, nous pouvons dès à présent nous envoler vers l’infini et au-delà, en direction de la station spatiale.

Il est maintenant temps de nous mettre à l’œuvre… Nous commençons à fouiller la navette dans ses moindres recoins et ne découvrons que peu de choses. À travers le hublot, nous apercevons l’entrée de la station spatiale. C’est bien beau mais… Comment y accéder ? Nous comprenons rapidement que cette première étape donne la part belle à la coopération et à la communication. C’est donc après quelques incompréhensions et un petit fou rire que nous parvenons à rejoindre la station spatiale ! Une bonne chose de faite !

La température monte… En effet, à peine arrivés, nous découvrons la salle de dépressurisation. Bien que le temps presse, nous prenons quelques secondes afin de jeter un coup d’œil pas trop loin à la décoration. Nous avons vraiment l’impression d’avoir fait un bond dans l’espace… Pour couronner le tout, des combinaisons de cosmonautes, des casques et des drapeaux trônent fièrement de chaque côté de la pièce.

Allez… Au boulot maintenant ! Nous cherchons tout ce qui pourrait nous aider à avancer. Sans blague ! Prenons les choses dans l’ordre… Avant de pouvoir espérer accéder à la salle de pilotage afin de placer notre station sur la route de l’astéroïde, nous devons d’abord dépressuriser l’habitacle. Quel programme !
Après quelques manipulations, des mécanismes apportant du sens au scénario et un grand coup de pression, nous arrivons à régler… La pression voyons !
De plus et pour notre plus grand plaisir, une surprise totalement inédite vient pointer le bout de son nez… Du jamais vu !

À force d’observation, nous réussissons à connecter nos neurones et accédons à la salle de pilotage. Les étapes du jeu n’étant pas linéaires, nous nous partageons naturellement les tâches et progressons deux par deux.
Cette pièce, digne des plus grands films traitant du sujet, autrement dit l’espace, nous déconcerte quelque peu. De ce fait, c’est légèrement la panique à bord. Sur quel bouton devons-nous appuyer ? Pour être honnêtes, l’endroit nous donne du fil à retordre. Nous avançons néanmoins lentement mais sûrement et ce, bien que nous nous aimions beaucoup, toujours en binôme. Il faut croire que nous n’avons pas envie de travailler à quatre aujourd’hui… Une partie d’entre nous finit par prendre les commandes, accélérant ainsi le rythme. C’est désormais le moment de dévier la trajectoire !

Bien que nous ayons tous les éléments entre nos mains, nous n’avançons pas. Huston… Nous avons un problème ! Nous décidons alors de nous poser deux minutes afin de reprendre nos esprits.
Nous faisons marcher nos cerveaux à plein régime, parvenons à y voir plus clair et franchissons ainsi les étapes une par une. L’heure est venue de faire preuve de sang-froid ; la dernière énigme nous ouvre les bras.

Malgré notre bonne volonté, nous avons beaucoup de difficultés à communiquer. Le fait que la salle soit grande ne nous aide d’ailleurs pas franchement. Nous sommes obligés de crier pour nous entendre mais, hormis déranger les voisins, cela ne nous avance pas des masses. L’une d’entre nous prend alors les choses en main et débloque la situation. Nous en suons mais atteignons notre but !

La trajectoire est validée, la station est au bon endroit… C’est le moment de décamper ! Vamos ! Andiamo ! Let’s go !
Nos précieux séants sont assis dans la navette qui nous ramène sur Terre. Nous avons sauvé le monde ainsi que nos humbles personnes en 55 minutes et 34 secondes !

Mission spatiale 2 V2

Après délibération du conseil

Avec ses précédentes salles, The game avait déjà mis la barre bien haut et, soyons honnêtes, garder le cap n’est pas toujours facile au vu de la concurrence actuelle. L’enseigne frappe donc fort avec La mission spatiale en prouvant, une nouvelle fois, qu’elle est capable de proposer un escape game d’excellente qualité.
Qu’il s’agisse de l’immersion ou des décors, cette salle n’a rien à envier aux meilleures de la capitale. Elle propose d’ailleurs un petit quelque chose exceptionnel qui nous a cloué le bec.

Ajoutons à cela quelques compliments chers à nos cœurs qui font de La mission spatiale un lieu où se rendre les yeux fermés :
– Big up à l’agencement des salles qui nous a permis de déambuler sans nous marcher dessus.
– Big up à l’absence de cadenas qui apporte une vraie plus-value aux mécanismes.
– Big up aux combinaisons d’astronautes qui sont, d’après nos sources, d’authentiques équipements russes et américains.
– Big up à notre game master qui, en plus d’avoir été accueillant et sympathique, a parfaitement joué le jeu en nous accompagnant tout en restant dans son rôle. Il nous a également fait profiter d’un parfait débrief.
– Big up à nos mères… TMTC !

Tout ça pour dire que La mission spatiale est une salle moderne qui, de par ses mécanismes et son appel à la coopération, ravira tous les joueurs souhaitant mettre un pied dans l’espace.
Un conseil ? Enfilez vos combinaisons et dirigez-vous vers la The Game Airspace !

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :3
˜Réflexion :4
Difficulté générale :3

Braquage du casino

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Mesdames et messieurs, séquence émotion à l’approche… Attention ! Roulement de tambour… Sortez les mouchoirs ! Figurez-vous que vous vous apprêtez à lire un article relatant notre dernière mission chez The game : Braquage du casino.

En effet, plus de deux ans après son ouverture, nous nous décidons enfin à tenter l’ultime salle manquante à notre palmarès au sein de cette enseigne si chère à notre cœur. Amis de la poésie bonsoir…

Si votre côte de popularité est à son maximum, comprenez que vous avez plein d’amis, sachez que The game propose deux salles à braquer. Dix personnes peuvent donc prendre part à l’aventure au même moment. Grande innovation, l’enseigne a même décidé de proposer un mode battle permettant à une seule équipe de sortir victorieuse du casino. Cependant, ce mode n’est pas obligatoire et les deux équipes peuvent vivre l’aventure chacune de leur côté.
Sachez que si vous préférez la qualité à la quantité, donc si vous n’avez pas masse de potes, vous pouvez tout à fait réunir une équipe de trois à cinq personnes et réserver une seule salle. Peu vous importera alors le sort des inconnus jouant à la même heure que vous.

Quoi qu’il en soit, l’entrée au The Game Casino Royal vous coûtera entre 25€, dans le cas où vous avez plein de copains, et 32€, dans le cas où vous n’avez pas plein de copains, par personne. Rassurez-vous, en cas de victoire, cette somme sera largement compensée par votre gain.

Le scénario ?

Max le braqueur est de retour ! Comme il ne s’est jamais remis d’avoir été coffré suite au Braquage à la française, le voilà bien décidé à se venger et à récupérer son magot. Malheureusement, ce dernier a été mis en sécurité dans les locaux du The Game Casino Royal, un club de jeux privé qui ne lésine pas sur les moyens de sécurité.

De ce fait, Max décide de réunir la meilleure équipe de malfrats possible afin de l’aider dans cette tâche. Bien évidemment, vous faites partie de la bande et avez 60 minutes pour dérober le butin puis quitter le casino à toute berzingue !

thegame-casino---6

Et tout le toutim…

24 juin 2018… Le soleil se lève, les oiseaux chantent et les membres de notre équipe se réveillent prêts à recevoir le fameux message nous convoquant chez The game. Grosse déception : rien, nothing, nada, nichts, niente !
Nous tenons cependant à rassurer nos lecteurs ! Le message de Max est arrivé quelques heures après notre petit-déjeuner… Ouf ! The game n’a officiellement rien perdu de sa superbe !

Le célèbre malfrat nous convoque au The Game Casino Royal, lieu de notre mission, et nous demande d’être ponctuels.

Nous voici donc, à l’heure pile, devant les locaux de The game, bien décidés à venir à bout de ce braquage. Comme nous pouvions nous y attendre, nous sommes accueillis par Max, entendez par là notre game master déjà dans son rôle, qui nous explique la tâche que nous aurons à accomplir. Afin de nous détendre avant l’opération, ce dernier nous offre un petit coup à boire. Il est chouette ce Max !

Notre hôte nous remet également la mallette du parfait braqueur dont l’un des éléments est plus qu’intrigant ! Il nous rappelle que nous devons récupérer des diamants dans le casino clandestin puis nous permet de visionner la vidéosurveillance. Nous avons donc la possibilité de savoir ce qui se passe, en direct, juste avant notre entrée. La grande classe !

Afin que nous puissions accéder sereinement à la salle, les clients doivent évacuer les lieux. Rien que ça… De ce fait, Max déclenche l’alarme incendie en précisant que nous disposons de cinq minutes pour la désactiver. Passé ce laps de temps, les forces de l’ordre arriveraient… Voilà de quoi stresser un chouilla !

Nous pénétrons enfin dans les lieux et découvrons des éléments dignes d’un vrai casino : roulette, bandits manchots, tables de kraps et de poker… Tout y est ! Le sol est recouvert d’une épaisse moquette rouge qui, avouons le, est plutôt élégante ! Un deuxième espace de jeu au sein duquel se trouve un gros coffre-fort est visible mais pas accessible pour le moment. Rien à dire, nous sommes bel et bien dans un casino !
Ne nous emballons pas, The Game Casino Royal ne rivalise tout de même pas avec le Bellagio… Il en est de même concernant notre équipe dont la classe est encore loin de George Clooney et ses acolytes. Pas sûr qu’Ocean’s three aurait aussi bien marché…

Nous devons cependant avouer que The Game a fait un réel effort au niveau des décors. En effet, les machines à sous ne sont pas de vulgaires répliques en carton-pâte mais d’authentiques bandits manchots américains !

Après une brève observation des lieux, nous réfléchissons à la manière de couper l’alarme. Sans vouloir nous vanter, nous sommes absolument parfaits. Nous effectuons cette première tâche en une vingtaine de secondes. Voilà qui est fait !

La première salle fait aussi bien appel à nos capacités d’observation qu’à notre réflexion. Les énigmes que nous y rencontrons ne nous posent aucun souci et nous avançons à la vitesse de l’éclair jusqu’à ce qu’une manipulation malencontreuse nous ralentisse. Fort heureusement, notre game master vient à notre rescousse en toute discrétion. En voilà un qui veille au grain !

Qu’à cela ne tienne… Nous continuons à avancer relativement rapidement vers notre objectif lorsqu’une énigme nous contraint à freiner des quatre fers. Histoire que vous compreniez la situation, sachez qu’il nous manque un élément indispensable à la suite du braquage ! C’est ballot !
Heureusement pour nous, Max intervient afin de nous guider vers l’objet manquant. Bloquer sur une énigme à cause d’une erreur de fouille est vraiment frustrant mais nous ne sommes pas du genre à nous laisser abattre !

Une manipulation assez sympathique nous permet de résoudre une nouvelle énigme. Bien qu’elle ne soit pas vraiment en lien avec le scenario, elle a au moins le mérite de nous faire rigoler.

Toujours très motivés à atteindre notre but, nous accédons à la deuxième salle où, là aussi, la fouille nous pose quelques soucis. Décidemment, il va falloir que nous nous entrainions entre deux sessions !
Notre progression est malgré tout assez rapide et nous avons bon espoir de sortir du casino avec le magot en poche !

Nous ne voudrions pas vous spoiler mais sachez qu’un mécanisme vraiment chouette nous permet d’accéder à la dernière salle. Aucun des membres de l’équipe n’avait soupçonné sa présence jusque là.

C’est dans cette dernière partie du jeu que nous perdons beaucoup de temps. Notre sens de l’observation nous fait défaut au point de ralentir notre progression… Nous nous éparpillons légèrement et n’arrivons pas à comprendre l’une des dernières énigmes. Bravo le veau !

Nous parvenons néanmoins à rassembler nos esprits et à mettre la main sur le butin. C’est bien beau tout ça mais nous devons encore nous échapper ! Une ultime énigme à résoudre et nous quittons enfin le casino après un braquage de 54 minutes et 51 secondes. Max peut être fier de nous !

36129265_2218291871790628_7441397102246100992_n

Après délibération du conseil

Comme toujours, The game a misé sur l’immersion et les décors pour faire du Braquage du casino une salle de qualité. Tout est pensé dans les moindres détails : le texto, l’accueil, l’investissement du game master et les décors…

Nous devons tout de même avouer que le Braquage du casino ne nous a pas autant transportés que les autres missions de l’enseigne. Comprenons-nous bien, il s’agit d’une très bonne salle si nous omettons le fait que nous sommes chez The game. Cependant, si nous prenons en compte ce petit détail, nous devons tâcher de reconnaître que nous nous attendions à quelque chose d’un peu plus spectaculaire. Vous suivez ?

Les décors, s’ils sont beaux et réalistes, sont peut-être un peu trop sobres pour un casino. Le game master a trouvé une parade pour justifier cela : nous entrons en réalité dans un club de jeux clandestin. Voilà qui est bien trouvé !

Les énigmes et les manipulations sont, pour la plupart, bien intégrées au scénario et certaines sont assez bluffantes. Le travail du game master, quant à lui, est toujours aussi appréciable. En effet, il nous suit et nous aide aux moments opportuns sans que nous soyons frustrés.

Nous attendons avec impatience l’ouverture d’une nouvelle salle dans cette enseigne et nous sommes certains que cette dernière sera aussi exceptionnelle que ses grandes sœurs ! Pour le moment, la boucle est bouclée !

Bulletin scolaire

Décors :4
˜Fouille :4
˜Réflexion :4
Difficulté générale :4

L’avion

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Mesdames et messieurs, bienvenue à bord ! Afin de lire cet article (tant attendu) dans des conditions optimales, nous espérons de tout cœur que vous êtes confortablement installés. Avis aux lecteurs qui se trouvent présentement debouts, collés à des inconnus, dans les transports en commun, sachez que nous pensons bien à vous.

En parlant de transports, nous avons rendez-vous à l’aéroport le plus discret de Paris afin de monter à bord de L’avion… Il est grand temps de partir en week-end !

Si la perspective de changer d’air vous fait de l’œil, n’hésitez-pas une seule seconde : rares sont les compagnies à proposer des billets oscillants entre 25€ et 32€ par personne. Comme vous vous en doutez, le prix varie selon le taux de remplissage de l’appareil.

Le scénario ?

En bon amateur de Desireless que vous êtes, voyager fait partie de votre vie… C’est donc tout naturellement que vous avez réservé un aller simple pour Londres.

Vous n’en saurez pas plus… Le décollage est imminent ! Rendez-vous de l’autre côté de la Manche dans soixante minutes !

THE GAME ESCAPE GAME PARIS - avion-6

Et tout le toutim…

Tout commence au petit matin lorsque nous recevons un message de confirmation. Notre vol étant annoncé à l’heure, c’est le cœur léger et le sourire aux lèvres que nous pénétrons chez The game.

Nous sommes alors accueillis par un steward qui, pour ne rien vous cacher, ne porte même pas d’uniforme. Il est beau le professionnalisme !
Ce dernier en profite pour nous annoncer qu’il ne voyagera pas en notre compagnie. Ni lui, ni aucun autre personnel de bord d’ailleurs… The game airlines aka le low cost du low cost !

Une fois notre carte d’embarquement en main, nous accédons à nos places respectives. Un avion pour quatre… Plutôt la classe non ?

Alors que les consignes de sécurité nous sont rappelées, nous n’avons d’yeux que pour les décors. The game a vu les choses en (très) grand en mettant la main sur un Airbus A320 dont les activités professionnelles viennent tout juste de cesser.

Arrive alors le moment tant redouté où notre steward décide de nous quitter. Rassurez-vous, ce dernier n’a pas mis fin à ses jours ; il a seulement choisi de garder les pieds sur terre, nous laissant seuls, livrés à nous-mêmes, dans le ciel. Toutestnormal

Paré au décollage !

Et là, c’est le drame… Il se passe ce qu’il se passe. Histoire de garder l’effet de surprise, nous ne vous en dirons pas plus. Sachez toutefois que notre voyage ne se passe pas comme prévu.
Malheureusement, seuls les plus futes-futes d’entre nous comprennent le souci. Les autres semblent minimiser ce qu’il vient de se passer… Que voulez-vous, tout le monde ne peut pas être capable d’inventer la machine à courber les bananes…

Grâce à notre infaillible coopération, nous venons rapidement à bout de la première énigme. Il est maintenant temps de fouiller les moindres recoins de l’habitacle. Autant vous dire que chacun d’entre nous a vécu un moment d’anthologie : qui n’a jamais rêvé d’ouvrir les placards cachés dans les placards ou de décrocher le téléphone du personnel ? Il ne manquerait plus qu’il faille armer les toboggans. Un bonheur de tripotage* !

Nous faisons face à des énigmes, toujours en lien avec les lieux, qui s’enchainent de façon linéaire. Hormis la fouille, ces dernières font aussi appel à la manipulation, l’observation et la logique.

Au cours de notre avancée, nous sommes amenés à nous grimper dessus. Juste au cas où vous auriez envie d’imaginer la situation : avez-vous déjà essayé d’ouvrir une valise dans l’allée centrale d’un avion pendant qu’un autre passager s’amuse à baisser les tablettes de chaque siège ?

La dernière énigme pointe le bout de son nez au moment où nos neurones se déclarent officiellement mous du genou… Fort heureusement, monsieur le steward, bien que resté au sol, nous contacte afin de nous remettre dans le droit chemin.

Il est grand temps de se bouger les miches !

Nous arrivons finalement à quitter cet avion de malheur après 58 minutes et 20 secondes. Tu parles d’un voyage…

*Et plus si affinités… Bien entendu !

Escape blog

Après délibération du conseil

Qu’il s’agisse du message matinal de confirmation, du parfait accueil ou de notre game master inclus au scénario, The game ne laisse rien au hasard. Cette enseigne est sans conteste l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure, de notre capitale.

Compte tenu de l’authenticité des lieux, L’avion est une salle aux décors époustouflants. Il ne nous a fallu qu’une fraction de secondes pour que chacun d’entre nous ait réellement l’impression de partir en week-end. L’immersion est immédiate !
De plus, et pour notre plus grand plaisir, aucune pastille rouge ne vient limiter nos idées les plus incongrues. Il est officiellement possible de tout toucher !

Que les choses soient claires : L’avion de The game nous a permis de vivre la meilleure entrée en matière qui soit. Malheureusement, cet excellent point fort est aussi le point faible de cette salle. En effet, les premières minutes du jeu sont tellement intenses que l’adrénaline ne peut que redescendre.

Nous devons également avouer que nous aurions aimé davantage de brutalité au niveau des effets spéciaux afin que la totalité de l’équipe comprenne la gravité de la situation.
Un peu de violence que diable ! Christian Grey si tu nous lis…
Pour être totalement honnêtes, nous avons manqué d’un moment où « Onestdanslecaca » devient le sentiment ressenti unanimement.

De par les énigmes qu’elle propose, cette salle permet aux joueurs de ne pas s’ennuyer. En effet, ces dernières, bien que linéaires, s’enchaînent à un rythme soutenu au sein, rappelons-le, d’un espace plus que réduit.

Autrement dit, voilà de quoi passer un bon moment au sein d’une salle qui passe à un doigt, ou à un whisky d’abord, d’être la meilleure de Paris…

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :4
˜Réflexion :3
Difficulté générale :4

Le métro

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

C’est en ce premier soir de juillet que nous nous rendons tout près du Panthéon. Bien que nous soyons ravis de déambuler dans les rues du quartier latin, nous ne sommes pas là pour visiter mais bel et bien pour nous rendre chez The game afin de découvrir Le métro.

Cette toute nouvelle salle possédant un double, il est tout à fait possible de composer deux équipes afin de s’affronter en battle. C’est d’ailleurs ce que nous avons décidé de faire pour ajouter du piquant, des rires et peut-être des larmes à notre expérience.

Pour pénétrer dans ce métro, vous devez absolument vous munir d’un ticket dont la somme oscille entre 25€ et 32€. Dites-vous que, pour une fois, passer soixante minutes dans les transports en commun sera un véritable plaisir… Comme d’habitude, le prix dépend du nombre de voyageurs qui vous accompagnent.

Le scénario ?

Ligne 10 du métro parisien. Un incident vient d’avoir lieu. Un métro vient tout juste de s’arrêter en pleine voie. Immobilisée au niveau de la station Cardinal Lemoine, comme par hasard, la rame ne semble pas prête à repartir. Mais l’histoire ne s’arrête pas là… Une collision semble inévitable !

Onnestpasdanslamerde

Afin d’éviter une telle catastrophe, votre équipe est réquisitionnée en urgence. Vous devez tout mettre en œuvre pour redémarrer le métro au plus vite. Sans vouloir vous mettre la pression, sachez que tout le monde compte sur vous… Bon courage !

Métro3

Et tout le toutim…

Tout commence en début d’après-midi lorsque nous recevons un texto de The game nous informant d’un grave incident. En plus de réclamer notre intervention de toute urgence, ce message nous rappelle l’heure et le lieu de rendez-vous. Rien de mieux pour nous plonger dans l’ambiance !

22H00 : Il fait déjà nuit lorsque nous pénétrons dans les locaux de The game. Comme lors de nos précédentes venues, nous avons le droit à un accueil de compétition. Tout en nous expliquant le scénario, notre très sympathique game master nous offre de quoi nous hydrater.

Arrive alors le moment de découvrir notre espace de jeu… Une véritable rame de métro nous tend les bras ! Une vraie de vraie… Sauf que, contrairement à celle que nous prenons tous les jours, celle-là est propre !
Du blanc, du vert, des barres, des strapontins et des publicités… Même les messages préventifs du lapin rose sont là. Pas de doute, nous sommes au bon endroit !

Dès le premier regard, nous nous rendons compte que les passagers du métro sont sortis vite… Très vite ! Boule a même oublié la laisse de Bill ou Tintin celle de Milou. A vous de choisir.

Comme d’habitude, nous commençons rapidement notre fouille qui s’avère être très minutieuse. De plus, les effets personnels abandonnés ne nous facilitent pas la tache. Nous devons repasser les uns derrière les autres pour que rien ne nous échappe… Qui aurait cru qu’un métro possédait autant de petits recoins ?

Après avoir tout retourné sur notre passage, nous mettons en commun nos trouvailles pour commencer à réfléchir. Pas simple cette énigme… Le temps défile aussi vite que le métro qui s’apprête à nous rentrer dedans. Tout va bien… Ou pas !

Au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu, nous découvrons des énigmes fluides et variées qui, une fois résolues, nous permettent de redémarrer le train. Nous sommes sauvés !

Nous découvrons finalement que redémarrer le métro n’est que la première étape du jeu. Notre mission n’est donc pas terminée !

La suite de notre périple s’enchaîne très rapidement. Les énigmes se succèdent à un rythme soutenu et nos cerveaux ne cessent de cogiter. Nous finissons par mettre un terme à l’incident du métro après 55 minutes et 10 secondes de réparations.

Terminus ! Tous les voyageurs sont invités à descendre…

Métro

Après délibération du conseil

The game c’est de la boulette qui envoie du pâté ! Jamais nous n’avons été déçus et Le métro ne fait que confirmer la règle.

L’accueil est au top ! Le game master, en plus d’être agréable et souriant, prend vraiment le temps de discuter. De plus, il sait jauger à la perfection le moment idéal pour nous aider… En gros, il sait faire son boulot !

Le métro est une salle dont les énigmes sont extrêmement variées. En effet, les temps de réflexion et de manipulation sont parfaitement équilibrés. The game a réussi à créer une salle rythmée grâce à de nombreuses surprises. Malgré le fait que les énigmes soient réalisables par tous, la difficulté est bel et bien présente. Nous ne nous sommes pas ennuyés une seconde… Il faut se dépêcher pour sortir dans le temps imparti !

Le décor de cette salle est vraiment la cerise sur le gâteau. Le fait qu’une véritable rame de métro soit utilisée comme espace de jeu permet une immersion digne de ce nom. C’est d’la bombe bébé !

Bon… Vous l’avez compris, nous nous sommes amusés et nous avons kiffé ! Nous vous conseillons donc de prendre un abonnement chez The game. La fin du nôtre approche malheureusement à grand pas !

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :4
˜Réflexion :3
Difficulté générale :4

Le trésor des templiers

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Un an jour pour jour après notre première venue chez The game, un heureux hasard nous amène de nouveau à franchir les portes de ce haut lieu de l’escape game parisien. Pour notre plus grand bonheur, une nouvelle salle, et pas n’importe laquelle, vient de voir le jour… Assassin’s creed ça vous parle ?

Le trésor des templiers étant unique en son genre, The game et leurs copains de chez Ubisoft ne proposent qu’une seule et unique salle pour le moment. Si la confrérie des assassins vous inspire, sachez que votre équipe devra être composée de trois, quatre ou cinq membres maximum.

Pour faire vos preuves en vue de rejoindre cette confrérie, vous devrez sortir 25€ à 32€ de votre bourse. Comme d’habitude, tout dépend du nombre de personnes prêtes à réaliser ce voyage initiatique…

Le scénario ?

Missionné par la confrerie des assassins, votre but est de retrouver un trésor légendaire et inestimable. Manque de bol, ce dernier est actuellement en possession de l’ordre des templiers, vos ennemis de toujours. Comme si The game allait vous faciliter la tâche…

La dernière fois que ce trésor a été aperçu, il était aux mains du Cardinal Lemoine. Quoi ? Comme la station de métro proche de The game ? Diiiiingue !

Votre aventure commence donc dans le bureau de son descendant, un professeur d’histoire enseignant à la Sorbonne.

Alors… Prêt à remonter dans le passé ?

© Assassin's Creed 4

Et tout le toutim…

C’est tout sourires que nous pénétrons dans les locaux de notre enseigne favorite, The game pour ne pas la nommer. Nous sommes accueillis chaleureusement par notre game master qui nous offre un verre et nous explique notre mission à venir.
Impatients et excités, nous pénétrons plus déterminés que jamais dans le bureau de Lemoine junior afin de commencer notre quête.

Les décors sont ceux que l’on peut s’attendre à trouver dans le bureau d’un professeur légèrement ennuyeux : une carte géographique, un bureau, un téléphone ainsi qu’une bibliothèque pleine de livres que nous n’avons pas vraiment envie de lire… Heureusement nous direz vous, nous ne sommes pas vraiment là pour bouquiner.

Comme d’habitude, nous retournons tout sur notre passage et effectuons une fouille effrénée et minutieuse. Lorsqu’arrive le moment de la réflexion, tout se met en place de manière limpide et nous progressons très rapidement. Sans vouloir nous lancer des fleurs, nous sommes assez efficaces lors de la première partie de notre aventure. Tout le monde sait bien que nous sommes odieux et imbus de nous-mêmes, ne soyez pas offusqué.

Vient alors le moment de découvrir la deuxième salle et ainsi la deuxième partie du jeu. Nous sommes de suite plongés dans un univers totalement différent. C’est le moment d’en prendre plein les yeux !

Loin du bureau du professeur, nous remontons le temps… Nous voilà en plein Moyen Âge. Les décors, hauts de plafond, vastes et réalistes, font de cette salle la plus époustouflante et la plus aboutie des escape games parisiens ! Les lumières sont tamisées au point de nous faire oublier l’invention de l’électricité.

Comme d’habitude chez The game, aucun anachronisme ne vient gâcher cette surperbe remontée dans le temps. Le moyen utilisé pour faire parvenir les indices est d’ailleurs très original.

Il s’agit sans aucun doute des plus beaux décors que l’on ait pu rencontrer lors de nos parties d’escape game.

Là encore, notre progression est fluide et rapide. Les codes ne nous résistent pas longtemps et les énigmes ne nous posent aucun problème.
Sauf que… Un escape game digne de ce nom étant toujours plein d’imprévus, nous finissons par nous retrouver complètement coincés. Qu’arrive-t-il à nos méninges ? N’avons-nous plus les yeux en face des trous ?

Les templiers ne vont pas avoir notre peau si facilement… Grâce à l’efficacité de notre game master et au cerveau exceptionnel de l’un de nos membres, nous finissons par venir à bout de cette énigme récalcitrante. Quel kiff !

La suite de notre aventure s’enchaîne assez rapidement puisque nous parvenons à mettre la main sur le trésor tant recherché. Il est maintenant temps de nous enfuir avant d’être découverts en flagrant délit de cambriolage. Nous finissons par sortir après 57 minutes et 47 secondes d’immersion dans la peau d’un assassin.

Assassin's creed OK

Après délibération du conseil

Nous considérions The game comme étant la meilleure enseigne parisienne avant. Nous la considérons d’autant plus comme telle maintenant.

Avec Le trésor des templiers, l’enseigne a réussi à nous proposer un parfait équilibre entre la fouille et la réflexion. De plus, nous avons particulièrement apprécié la qualité et l’originalité des énigmes. A aucun moment nous n’avons eu un sentiment de déjà vu…

Une nouvelle fois, nous tenons à mettre en valeur la beauté du lieu ainsi que le réalisme des décors qui sont vraiment magnifiques. L’immersion est absolument totale. Quel plaisir de jouer dans de telles conditions !

Vous l’avez compris, Le trésor des templiers est une salle qui mérite de devenir incontournable. Tout comme l’enseigne qui en est à l’origine, elle est au top !
Pour ceux que cela inquièterait, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’être un aficionado, ni même de connaître Assassin’s creed, pour apprécier pleinement cette dernière.

Pour couronner le tout, nous tenons à décerner la palme de l’équipe la plus chouette de toute la terre aux game masters qui nous ont accueillis.

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :5
˜Réflexion :4
Difficulté générale :4

Les Catacombes

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Juin se termine et l’été pointe le bout de son nez… Il fait beau mais nous, nous décidons de nous enfermer dans Les Catacombes de The game.

Une nouvelle fois, comme pour Braquage à la française et La danseuse parisienne, l’enseigne ne propose qu’une seule salle pour cette énigme. Il est donc impossible que plusieurs équipes s’affrontent en même temps dans la pénombre des Catacombes.

Si tenter l’expérience ne vous fait pas peur, cela vous coûtera la modique somme de 23€ à 30€ par personne. Comme d’habitude, le prix dépend du nombre d’aventuriers qui composent votre équipe.

Le scénario ?

La rue du Cardinal Lemoine recèle bien des secrets… C’est ce que comprend l’enseigne lorsqu’elle s’y installe en découvrant un accès caché aux Catacombes de Paris. Mais ce n’est pas tout !
Figurez-vous qu’un homme y a été enterré avec son trésor. Rien que ça ! Vous l’aurez compris, si vous osez pénétrer dans cet obscur lieu parisien, sachez que votre devoir sera de retrouver celui-ci.

Cela vous semble simple ? Ne partez pas trop confiant car, comme d’habitude, le temps joue contre vous. Vous n’avez que soixante minutes pour accéder aux Catacombes, trouver le trésor et vous échapper.

Alors, prêt à jouer les braves ?

Les catacombes - photo 2

Et tout le toutim…

The game ne déroge pas à la règle puisque nous recevons un texto, dès le réveil, nous invitant à défier Les Catacombes. Un poil stressés, un peu excités, mais encore une fois très motivés, il nous tarde que l’aventure commence !

Notre arrivée chez The game s’accompagne d’un petit pincement au cœur. En effet, il s’agit de notre troisième et dernière aventure chez eux. Nous regrettons déjà l’accueil chaleureux qui nous est offert à chaque visite. D’autant plus que Maxime, l’un des créateurs de l’enseigne, nous reconnaît avant même que nous franchissions le seuil de la porte. Nous réalisons alors que notre blog commence à porter ses fruits. Voilà qui nous donne la banane !

Une fois entrés, nous sommes accueillis par notre game master qui nous propose un verre. La capitale étant écrasée par la canicule, ce jus d’orange bien frais tombe à pique ou à trèfle si vous préférez.
Le scénario expliqué, nous comprenons que l’un d’entre nous va être fait prisonnier. Pas de surprise puisque nous en avions entendu parler et avions déjà décidé de notre captif.
Deux d’entre nous devrons donc trouver l’entrée des Catacombes pour délivrer le troisième avant de commencer réellement l’aventure.

Le jeu démarre. Nous trouvons rapidement l’entrée des Catacombes puis réussissons à délivrer notre acolyte. Premier constat : il fait très sombre ! Pas étonnant pour un lieu de sépulture… Pour nous aider à y voir clair dans ce cimetière, nous ne sommes munis que de lampes frontales. La grande classe ! Ou pas.

Nous commençons tous les trois le travail de fouille que nous finissons très rapidement. Une fois les indices réunis, nous comprenons qu’il faudra réaliser une série de petites épreuves afin de trouver le trésor. L’ordre importe peu. Ce fonctionnement est différent des autres escape games auxquels nous avons participé. Il y a bien quelques cadenas à ouvrir mais très peu d’énigmes à résoudre.

Nous réalisons facilement les épreuves à l’exception d’une qui nous pose de sérieux problèmes. Nous perdons beaucoup de temps dessus et finissons par nous en sortir grâce à notre game master qui nous demande de réaliser un petit défi en échange d’un précieux indice.
Rassurez-vous, aucun joueur n’a été maltraité au cours de cet escape game.

Une fois les épreuves réalisées, nous découvrons le trésor. La fin approche et nous devons maintenant sortir des Catacombes. Pour cela, une dernière énigme est à résoudre ; celle-ci se rapproche plus de ce qui nous a été proposé lors de nos précédentes expériences.

L’adrénaline monte en fin de jeu. Nous parvenons à retrouver la lumière du jour en 57 minutes et 41 secondes.
Heureux mais sales et poussiéreux, nous réalisons notre sixième sortie consécutive. Carton plein !

Ok catacombes

Après délibération du conseil

Si vous avez toujours rêvé de participer à Fort Boyard mais que vous n’avez pas la notoriété nécessaire pour intégrer l’émission, sachez que cet escape game est fait pour vous !
Quoi ? Vous n’avez même pas dit « Allô » devant les caméras de NRJ 12 ? Dommage…

En ce qui nous concerne, nous devons avouer que cette énigme nous a surpris puisqu’elle correspondait moins à nos attentes. Les défis, toujours bien pensés, sont sympathiques et la fin du jeu très chouette mais le manque de cadenas à ouvrir et d’énigmes cognitives à résoudre s’est fait sentir.

Même si nous n’avons aucun regret, vous l’avez bien compris, cette salle n’est pas celle que nous avons préférée. Cependant, nous devons quand même reconnaître que l’ambiance créée correspond parfaitement au thème annoncé.

Après avoir participé à toutes les énigmes de The game, nous devons avouer que l’enseigne a réalisé un bel exploit. Les trois salles de très bonne qualité, les univers différents et l’accueil incomparable à ce que nous avons pu vivre auparavant nous laissent penser que nous avons trouvé nos chouchous.

Bulletin scolaire

Décors :4
˜Fouille :1
˜Réflexion :3
Difficulté générale :3

L’enlèvement

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Mai, le printemps, le pollen et ses senteurs de fleurs. Un moment parfait, en tant qu’allergiques, pour s’enfermer et réaliser notre cinquième escape game. Pour celui-ci, nous décidons de remettre le nez chez The game afin de découvrir ce que cache L’enlèvement.

The game ne propose qu’une seule salle pour cette énigme. Nous ne pouvons y participer qu’à trois, quatre ou cinq personnes maximum. Si vous vous sentiez l’âme d’un compétiteur souhaitant défier d’autres équipes, dommage.

Pour avoir le plaisir de fouiner dans les affaires de la danseuse parisienne, il faudra alléger votre portefeuille de 23€ à 30€ mais pas de panique, l’argent n’a pas d’odeur. Au final, c’est comme d’habitude, le prix dépend du nombre de personnes qui composent votre équipe.

Le scénario ?

Paris. 1959. Lise, une danseuse qui fait tourner toutes les têtes de la capitale, a été enlevée.
Ça sent mauvais pour elle.

Bien entendu, qui dit enlèvement dit aussi rançon. En parlant de rançon, celle que réclament les ravisseurs a comme une odeur de rancune. Et pas de chance pour vous, l’objet qu’exige les malfaiteurs reste introuvable. Enfin… C’est ce que disent les proches de Lise.

Perdus, désemparés et apeurés, ces derniers ont besoin de votre aide. Le temps presse… Ils espèrent que vous avez un certain flair et le goût de l’aventure car vous n’avez qu’une heure pour retrouver cet objet mystérieux. C’est ainsi que Lise sera tirée de son pétrin.

Alors, cette mission, vous la sentez comment ?

L'enlävement de la danseuse - photo 3

Et tout le toutim…

Avec The game, une nouvelle fois, la mission démarre au petit matin. Nous recevons un texto du frère de Lise : il nous demande de l’aide pour retrouver sa sœur et nous donne l’heure du rendez-vous. Immédiatement plongés dans le jeu, le stress commence à se faire sentir.

14H00 : nous arrivons dans les locaux de The game. Accueillis très agréablement par notre maître du jeu qui nous met directement au parfum, celui-ci nous explique les instructions du jeu en les mêlant au scenario. Nous savons maintenant qu’aucun objet ne se trouve à plus d’un mètre soixante-dix car Lise est de très petite taille…

Par ailleurs et comme lors de notre braquage dans la même enseigne, le game master fait lui aussi partie de l’histoire puisqu’il s’agit du frère de Lise. Il nous presse car nous avons du pain sur la planche… Il compte sur nous pour délivrer sa soeur en retrouvant l’objet mystérieux dont nous découvrons la photo. En plus de cette photo, notre game master nous montre le mot qu’il a reçu de la part des infectes ravisseurs. Nous prenons note et entrons enfin dans l’appartement de Lise.

Notre première réaction est unanime : nous venons de remonter le temps. Nous nous trouvons dans une atmosphère de cabaret parisien des années 50.
La pièce est parfaitement habillée. Une grande bibliothèque, un bureau, un canapé, des instruments de musique et des vieilles photos de Paris viennent parfaire ce décor très soigné.
Le plus beau reste le fait qu’aucun anachronisme ne vient infecter ce tableau : pas d’écran mais un moyen bien plus original pour indiquer le temps et recevoir des indices.

Le jeu est sur le point de démarrer, tous nos sens sont en alerte et bientôt mis à l’épreuve. Sur des airs d’Edith Piaf et de Jacques Brel, nous ne manquons pas de flair et commençons à fouiller la chambre de Lise. Plus nous fouillons, plus nous trouvons d’indices. Notre phase de réflexion s’annonce ardue. Voilà qui ne sent pas très bon…

Beaucoup de surprises viennent nourrir notre évolution dans le jeu jusqu’à ce que nous découvrions enfin le secret de Lise. A ce moment précis, tout s’enchaîne. Nous passons les étapes une à une, restons bloqués sur certaines et en réussissons d’autres très rapidement…
Nous sentons la fin arriver. Le rythme et le volume de la musique augmentent, tout comme notre stress. Chaque obstacle nous impressionne, tout est très bien pensé, parfaitement exécuté mais rien ne nous résiste !
Nous sortons, sourires aux lèvres, au bout de 54 minutes d’efforts continus.

OK Danseuse

Après délibération du conseil

Nous l’avons dit et le répétons encore une fois, The game c’est la classe à Dallas. Dans l’énigme de L’enlèvement, anciennement nommée La danseuse parisienne, nous trouvons pour la première fois un parfait équilibre et une vraie harmonie entre la fouille et la réflexion. Il s’agit là d’un jeu différent des autres escape games auxquels nous avons participé auparavant.

Comme ils sont sympa chez The game, nous discutons un peu avec notre maître du jeu et apprenons que cette énigme, bien qu’étant -malheureusement- la moins bien vendue de l’enseigne, a été conçue avec l’aide d’un magicien. Et ça, ça se sent !

Dans l’ensemble, L’enlèvement est une pièce relativement difficile à résoudre mais, sans aucun doute, la meilleure que nous ayons eue à affronter ! Alors un conseil, suivez votre instinct : tentez-la !

Bulletin scolaire

Décors :5
˜Fouille :4
˜Réflexion :4
Difficulté générale :3

Braquage à la française

Pour votre gouverne

The game
51 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Ligne 10 : Station Cardinal Lemoine
Lignes 7 et 10 : Station Jussieu

https://www.thegame-france.com

Il est grand temps de nous attaquer à notre quatrième escape game… Nous optons pour un braquage de banque chez The game parce qu’il faut quand même avouer que leur teaser vidéo vend du rêve.

The game ne propose qu’une seule salle pour cette énigme. On ne peut donc la tenter qu’avec une équipe de trois à cinq personnes maximum. Ici, impossible de faire une battle avec d’autres groupes d’amis.

Pour braquer une banque, il vous faut débourser entre 23€ et 30€ toutes taxes comprises. Vous l’aurez compris, le prix dépend du nombre d’escros qui sont de la partie.

Le scénario ?

Fraîchement sorti de prison, le célèbre malfrat Max souhaite se venger de l’inspecteur de police responsable de sa chute. Un peu rancunier le Max. De plus, il s’avère que l’inspecteur possède des preuves accablantes susceptibles de le renvoyer derrière les barreaux. Le bougre !
Pour récupérer ces documents placés dans un coffre de banque surprotégé, Max souhaite constituer une brigade capable d’attaquer cette chambre-forte en moins de soixante minutes.

George Clooney et Brad Pitt n’ont qu’à bien se tenir…

Braquage lingot

Et tout le toutim…

Tout commence à notre réveil lorsque nous recevons un texto de Max. Celui-ci nous confirme le lieu et l’heure de notre rendez-vous. Déjà excités, nous voilà de suite plongés dans l’ambiance du jeu et dans la peau de malfrats. L’adrénaline commençant à monter, les heures qui nous séparent du braquage s’annoncent insoutenables.

14H00 : nous arrivons enfin dans les locaux de The game. Nous sommes chaleureusement accueillis par notre maître du jeu et sommes de suite invités à discuter autour d’un verre de jus d’orange. Nous avons bien fait de venir !

Pour la première fois depuis que nous participons à des escape games, notre game master fait totalement partie du scénario puisqu’il s’agit de Max en personne.
Nous ne sommes pas là pour chômer et nous le comprenons très vite. Max nous dévoile les plans de la banque… Nous voilà braqueurs en herbe !

Le moment arrive enfin… Nous entrons dans le bureau du directeur de la banque et apercevons la magnifique porte blindée. En ce qui concerne la décoration de la pièce, elle est tout ce qu’il y a de plus moderne. En somme, il s’agit du bureau de monsieur tout le monde.

Le compte à rebours s’enclenche et l’observation laisse place à la fouille. Nous comprenons rapidement que le premier objectif est d’entrer dans la salle des coffres en déverrouillant la porte blindée. Tout se déroule pour le mieux jusqu’à ce que nous perdions cinq bonnes minutes à chercher une clef déjà utilisée. Pour être clairs, nous avons réussi à ouvrir une serrure avec une clef qui n’y était pas destinée. Pour des apprentis voleurs, c’est une belle performance, pour le chronomètre, un peu moins.
Nous arrivons finalement à nous rendre compte de la supercherie et réussissons à trouver les deux clefs permettant d’ouvrir la porte blindée. A nous la salle des coffres !

Il y a des coffres, des dizaines de coffres et des chiffres partout… Quel bonheur pour les grands littéraires que nous sommes. Qu’à cela ne tienne, nous sommes plus motivés que jamais.

Les derniers obstacles s’enchainent très rapidement. La fin de l’énigme approchant, l’adrénaline monte. Nous entrons complètement dans la peau de nos personnages. Un seul but : sortir ! C’est chose faite puisque nous terminons en 53 minutes et 56 secondes.
Record personnel explosé !

OK Braquage

Après délibération du conseil

The game c’est la classe à Dallas, le meilleur accueil qui nous ait été proposé jusqu’à présent. C’est vraiment chouette de commencer par quelques minutes de discussion, autour d’un verre, avec notre game master.
Le fait que ce dernier fasse partie du scenario nous met rapidement dans l’ambiance.

La deuxième originalité concerne le choix du niveau de difficulté ; de celui-ci dépend le nombre d’indices qui vous sont donnés au début du jeu. Une fois votre braquage terminé, pensez à demander ce que vous auriez reçu si vous aviez choisi l’autre niveau.

Dans l’ensemble, Braquage à la française est une énigme assez difficile à résoudre compte tenu du grand nombre d’étapes à réaliser. Aucun temps mort.

Bulletin scolaire

Décors :4
Fouille :1
Réflexion :3
Difficulté générale :4