Ultime madrigal

Pour votre gouverne

Artimus Escape Game
161 rue des Pyrénées
75020 Paris

Ligne 2 : Station Alexandre Dumas
Lignes 3 et 3bis : Station Gambetta

https://www.artimus-escapegame.com

Let’s do the time wrap again ! Alors que nous sortons tout juste du Freak show, nous voilà de nouveau face à la porte de la machine à remonter le temps. L’Ultime madrigal de Carlo Gesualdo nous met la puce à l’oreille…
Et oui ma caille, un voyage dans le temps, c’est bien mais deux voyages dans le temps, c’est mieux.

Si l’envie vous prend de devenir le Marty McFly du XXIèmesiècle, sachez que le périple vous coûtera entre 22€ et 43€ par personne. Pas de chichi pardi ! Découvrir une époque révolue n’a pas de prix…

Le scénario ?

Bienvenue en 1590 à Naples, dans la demeure de Carlo Gesualdo ! À moins que vous ne soyez aussi cultivé que les gagnants de Questions pour un champion, nous sommes convaincues que vous n’avez jamais entendu parler de cet individu ô combien charmant. Être chez lui doit donc vous faire une belle jambe…
Contentez-vous donc de savoir que Carlo Gesualdo, grand compositeur de la Renaissance, ainsi que Donna Maria, sa zouz, ont disparu suite à l’incendie du domicile sus-cité.

Grâce au professeur Artimus et à sa porte du temps, vous avez la possibilité d’entrer dans les lieux une heure avant le drame afin de comprendre le pourquoi du comment…

Porte

Et tout le toutim…

Les lunettes, le talkie-walkie, la porte, la lumière, le bruit… Pas le temps de niaiser ! Soit vous comprenez et c’est tant mieux, soit vous n’y êtes pas du tout et nous vous conseillons grandement d’aller lire notre article précédent.

Lorsque nous franchissons le seuil de la porte, nous sommes de suite plongées au cœur de la Renaissance italienne. Les décors sont sublimes, à la pointe du raffinement. Autour de nous se trouvent du marbre, des dorures et des tableaux. De grands tableaux. Beaucoup de grands tableaux.
Ce dont nous sommes sûres, c’est que Carlo Gesualdo fait partie de la haute !

L’espace très épuré de la pièce nous permet d’expédier rapidement la fouille. Dès la première énigme, nous comprenons que nous allons devoir cogiter… Tous nos sens sont en éveil, à commencer par l’observation qui nous permet de découvrir de chouettes mécanismes fondus dans le décor. La demeure de Carlo Gesualdo regorge de surprises !

Au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu, nous faisons face à des décors criants de réalisme. Ces derniers manquent un peu de modernité pour que nous envisagions d’acheter la maison mais nous sommes certaines que Francois Ieraurait été ravi d’y inviter Léonard de Vinci*. Sur ce, nous laissons libre court à votre imagination…
*Nous avons déjà parlé de ce couple emblématique mais nous aimons le comique de répétition ! Et pour tout vous dire, il n’y a pas trente-six histoires sulfureuses ayant eu lieu à la Renaissance…

Pour notre plus grand bonheur, les énigmes ne cessent d’être en lien avec le scénario. L’une d’elle, en rapport avec l’activité professionnelle de notre hôte, nous fait perdre de nombreuses minutes. Au cas où vous vous poseriez la question, le problème n’est pas l’énigme en elle-même mais bien notre patience. Nous ne sommes pas Vivaldi que diable !

Suite à celà, nous découvrons l’une des plus sympathiques manipulations rencontrées jusqu’alors. Cette dernière nécessite l’investissement de tous les membres de l’équipe. Voilà le moment tant attendu pour notre incroyable coopération de profiter de son heure de gloire !

Chaque énigme nous permet d’avancer vers la manipulation finale. Logique nous direz-vous… Cessez de chichiter voyons ; vous comprendrez quand vous y serez ! Tout ça pour dire qu’aucune de nos actions n’est là pour faire jolie. C’est du sérieux chez Artimus !
De plus, la maison regorge de petits recoins dont le caractère secret rend le jeu vraiment chouette.

Nous résolvons rapidement les derniers puzzles qui nous aident à trouver les réponses à nos questions. Il ne nous aura fallu que 43 minutes pour éclaircir les mystères de Carlo Gesualdo qui, rappelons-le, est un homme « ô combien charmant »…

NB : Rien de tel qu’une auto-citation pour terminer un article en grande pompe !

Ultime madrigal

Après délibération du conseil

Avec Ultime madrigal,  l’équipe d’Artimus Escape Game propose une salle classique dans le bon sens du terme.

Les décors, extrêmement soignés, ont parfaitement su nous transporter à l’époque de la Renaissance. L’enseigne n’a visiblement rien voulu laisser au hasard et ce, jusqu’au moindre petit détail.

Hormis leur authenticité, la demeure de Carlo Gesualdo n’a rien à envier aux châteaux de la Loire. Plus nous avons avancé dans le jeu, plus nous nous sommes rendu compte de la grandeur des lieux. Comprenez donc que notre petite équipe n’a eu aucun mal à déambuler par monts et par vaux.
Malgré cela et compte tenu de la linéarité des énigmes, nous préférons vous conseiller de venir en petit comité afin que chacun d’entre vous soit indispensable à son équipe.

Pour terminer, nous souhaitons souligner le réel aboutissement du scénario. En effet, l’enseigne a tout mis en œuvre pour que cette histoire, inspirée de faits authentiques, tienne parfaitement la route. Quel bonheur de quitter les lieux en étant capable de tout expliquer !

Soyez-en sûr, l’escape game parisien doit maintenant compter avec cette superbe enseigne !

Bulletin scolaire

Décors : 5
Fouilles : 2
Réflexion : 3
Difficulté générale : 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s