Momie

Pour votre gouverne

L’antichambre
55 boulevard Saint Martin
75003 Paris

Lignes 4 & 8 & 9 : Station Strasbourg – Saint-Denis

www.lantichambre.paris

Une fois n’est pas coutume, nous continuons notre avancée chez L’antichambre ! Après avoir découvert Vaudou, KGB et Contagion, nous décidons d’affronter Momie.

Si vous souhaitez rencontrer le professeur Atoum et empêcher une terrible prophétie de voir le jour, sachez que cela ne peut se faire qu’au sein d’une seule et unique salle. Par conséquent, vous ne pourrez compter que sur vous et votre équipe pouvant aller de 2, pour les plus téméraires, à 6 joueurs.

Pour réaliser cette énigme et découvrir la légende de la momie, de 10€ à 40€ par personne doivent être investis. Comme pour chaque salle, le tarif varie en fonction du nombre de participants et de l’horaire réservé.

Le scénario ?

Paris. Musée du Louvre. Les statuettes sacrées de la Reine Hatchepsout ont été volées la nuit dernière… Diantre !
La légende de la momie prédit que, dans le cas où les artefacts se trouveraient séparés, les Dieux se mettraient dans une colère noire. Cette ire serait telle qu’il en serait fini du règne des Hommes sur la Terre !

Certainement parce que c’est son travail et afin d’éviter cette fin tragique, le professeur Atoum vous a donné rendez-vous dans son bureau ! Mais surprise… Personne n’est présent à votre arrivée !

Pourvu que cette étrange disparition n’annonce pas le début de la terrible prophétie…

12544743_733907430077767_1128313399_o

Et tout le toutim…

En ce 11 novembre, nous profitons de l’Armistice pour aller nous recueillir sur le tombeau de la Reine Hatchepsout. Arrivés un peu en retard, nous pénétrons dans les locaux de L’antichambre et enfermons, comme à l’accoutumée, nos effets personnels dans des casiers.

Le game master nous rappelle rapidement les règles à suivre pour mener à bien cet escape game puis nous explique le scénario qui, avouons-le, n’est pas pour nous déplaire.

Nous entrons enfin dans le bureau du professeur Atoum. Après avoir mis de côté le fait que ce dernier porte quasiment le nom d’un des sept nains, nous découvrons une pièce joliment décorée et plutôt bien pensée : malle, bureau, bibliothèque, planisphère…
Nous sommes vraiment dans le bureau d’un archéologue.

Une vidéo d’introduction nous pose le contexte et nous réexplique le but de notre aventure…

Comme le professeur a bien travaillé avant de disparaître, il nous a laissé quelques indices. Nous comprenons rapidement qu’il nous faudra collecter les statuettes et les rassembler avant la fin de l’heure si nous voulons empêcher la prophétie de se réaliser.

Nous fouillons donc de fond en comble ce bureau où la température monte très rapidement. S’en suit une recherche d’indices pouvant expliquer la disparition du professeur, l’emplacement des artefacts et leur fonctionnement.

Au fur et à mesure de notre avancée, tout le décor devient utile. Les murs, le sol, les cadres puis les murs, le sol, les cadres et encore les murs, le sol, les cadres… Comme vous l’avez compris, les énigmes, bien que très sympathiques, sont parfois un petit peu redondantes.

Nos cerveaux s’activent pour recomposer ce puzzle mental en vue de rassembler les statuettes.

Malheureusement, nous bloquons au bout d’un certain temps. Nous perdons quelques minutes en attendant les explications orales de notre maître du jeu qui finit néanmoins par nous indiquer une cachette sur laquelle un marqueur rouge est placé.
Cela n’aurait pas été grave si, chez L’antichambre, cette gommette n’était pas synonyme de « DON’T TOUCH ». Dommage pour nous…

Nous continuons tout de même l’aventure, remontés à bloc, avec l’envie plus forte de sortir et de sauver le monde !

C’est finalement au bout de 58 minutes que nous trouvons et utilisons la dernière statuette, comme de vrais archéologues débutants !

Momie blog

Après délibération du conseil

Vous l’aurez compris, nous avons été emballés par le scénario et le décor de cette salle. De plus, la thématique égyptienne n’a fait que renforcer notre plaisir.

Les étapes de Momie s’enchaînent plutôt bien. Nous avons trouvé une vraie cohérence dans le scénario et le décor mais avons été quelque peu frustrés de perdre du temps à cause de la signalétique de l’enseigne.
Ce couac mis à part, nous pouvons affirmer que Momie est un bon escape game. Les mécanismes originaux contribuent également à la qualité de cette salle.

Cependant, nous continuons de regretter le manque d’immersion lié à la communication avec le game master. Il semblerait malheureusement que ce soit la politique de la maison…

Bulletin scolaire

Décor :3
Fouille :3
Réflexion :2
Difficulté générale :2

Contagion

Pour votre gouverne

L’antichambre
55 boulevard Saint Martin
75003 Paris

Lignes 4 & 8 & 9 : Station Strasbourg – Saint-Denis

www.lantichambre.paris

Après être sortis indemnes de Vaudou et KGB, nous décidons de retourner, pour la troisième fois, chez L’antichambre pour découvrir Contagion.

Si vous envisagez de sauver Paris d’une effroyable épidémie, sachez qu’il n’y a qu’une seule salle proposant cette énigme. Vous ne pourrez donc compter que sur votre équipe pour en venir à bout.

Pour ce faire, entre 10€ et 40€ par personne doivent être investis et ce, même s’il s’agit de sauver la capitale. Comme à chaque fois, le tarif découle du nombre de participants et de l’horaire choisi lors de votre réservation.

Le scénario ?

Suite aux ravages provoqués par une terrible épidémie, des émeutes se multiplient… Paris est malade ! Paris va mal !
Pour mettre fin aux troubles qui sévicent dans la ville lumière, actuellement mise en quarantaine, l’armée est sur le point d’intervenir. Cette dernière n’a d’ailleurs pas prévu de faire dans la dentelle…

Afin de sauver d’innocents parisiens, votre devoir est donc de trouver l’antidote. Pour cela, vous devez pénétrer dans le laboratoire du professeur Sabatier qui fut la première victime de cette horrible tragédie.

L’armée intervient dans 60 minutes… Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

Sans titre-3

Et tout le toutim…

Après avoir pénétré dans les locaux de L’antichambre, nous rangeons nos effets personnels dans des casiers individuels fermés à clef. Le game master nous propose alors de revêtir une blouse de scientifique. C’est donc dans une tenue digne des époux Curie que nous nous apprêtons à entrer dans le laboratoire.

Avant cela, le game master nous rappelle, de façon plus que succinte, le pitch de cette énigme. Qu’à cela ne tienne, Internet est là pour nous aider à comprendre et à écrire cet article…

La découverte du laboratoire est aussi rapide que l’explication du scénario. Quelques cadres et un grand tableau rempli de symboles chimiques habillent les murs. Un bureau orné de fioles et d’une machine à écrire, une table, un microscope, un meuble fermé… Ce sera tout pour le mobilier. Ajoutons qu’aucun support n’est mis à disposition pour prendre des notes… Dommage !

Après une brève vidéo d‘introduction, le compte à rebours commence et nous nous mettons à fouiller. Soyons honnêtes, vu la pauvreté du décor, cette fouille se termine très rapidement. S’en suit un jeu de logique que nous résolvons en seulement quelques secondes. Nous accédons ensuite à la deuxième pièce en moins de temps qu’il ne faut au virus pour se propager.

Cette deuxième salle est un peu plus fournie en élèments de décors. Voilà qui nous aide un peu plus à nous sentir comme de vrais petits rats de laboratoire… Tout comme dans la première salle, nous enchaînons les épreuves assez rapidement.

Pour progresser dans le jeu, nous faisons appel au game master à deux reprises. En effet, la dernière étape nous interroge quelque peu… Soulignons, cette fois-ci, que notre maître du jeu a été assez efficace.

Nous parvenons finalement à trouver l’antidote en seulement 44 minutes. Paris est sauvé ! C’est super ! Tout le monde est content !
Voilà, voilà…

Sans titre-4

Après délibération du conseil

Comme vous l’avez compris, cette salle est loin d’être notre favorite. En effet, la pauvreté des décors et le manque d’étapes à résoudre font que nous sommes sortis assez déçus de cet escape game. Pour la première fois depuis nos débuts dans le milieu, nous ne nous sommes pas amusés.

Même si nous avons résolu les énigmes assez rapidement, nous devons noter qu’elles manquent parfois de fluidité et surtout de lien avec le scénario. L’immersion est, elle aussi, remise en cause lorsque nous découvrons que le contenant de l’antidote est en fait… Un tube à essai en plastique Sodebo !

Pour conclure, cette salle n’a pas de quoi fouetter un chat… Ou un rat !

Bulletin scolaire

Décor :2
˜Fouille :1
˜Réflexion :2
Difficulté générale :2

Kgb

Pour votre gouverne

L’antichambre
55 boulevard Saint-Martin
75003 Paris

Lignes 4 & 8 & 9 : Station Strasbourg – Saint-Denis

www.lantichambre.paris

Le mois de septembre, le retour à l’école et la reprise du travail pointent le bout de leur nez. En ce qui nous concerne, c’est chez L’antichambre que se fait notre rentrée. Nous décidons d’augmenter progressivement la difficulté du jeu en affrontant leur salle sur le thème du KGB.

Les services de renseignement russes se faisant très discrets, cette énigme ne se joue qu’au sein d’une seule et unique salle. Vous ne pourrez donc pas vous mesurer à d’autres opposants au régime.

De 10€ à 40€ vous sont demandés pour remonter le temps et voyager au cœur de feu l’URSS. Sachez que cette somme exacte dépend du nombre de personnes que vous êtes et de l’heure à laquelle vous arrivez.

Le scénario ?

Ian Birehoff, l’un de vos amis, est considéré comme dangereux par le parti soviétique. Ce brave garçon est soupçonné d’être un agent double. De ce fait, il vient d’être arrêté par le KGB qui souhaite fouiller son bureau dans le but d’y trouver des preuves l’incriminant.
Attention ! Comme vous êtes très proche de lui, vous êtes également en danger.

Pour sauver votre camarade, vous êtes chargé de fouiller son bureau afin de récupérer des documents compromettants. Dépêchez-vous ! Le KGB arrive dans soixante minutes… Il vaudrait mieux que vous soyez parti avant ! Nous disons ça, nous ne disons rien…

Cette mission ne vous fait pas peur ? Ne soyez pas si sûr de vous car il ne suffit pas seulement de trouver la clé pour vous échapper ; si vous sortez sans les documents votre mission sera un échec.

Kgb tag

Et tout le toutim…

À notre arrivée chez L’antichambre, nous sommes gentillement accueillis par l’un des membres de l’enseigne. Après quelques minutes d’attente, un verre d’eau nous est offert. Nous voilà fin prêts pour écouter le brief concernant la salle que nous nous apprêtons à affronter.

Une fois les recommandations habituelles écoutées, nous pénétrons dans une salle aux décors seventies à souhait. Autour de nous, du papier peint rétro, un vieux bureau et un coffre en bois. Un immense drapeau portant le logo du KGB ainsi que des photos de Karl Marx et de Joseph Staline viennent compléter cette décoration d’époque.
De vieux casques militaires, des livres écrits en russe et un pistolet ornent les meubles. Tous ces éléments réunis nous plongent dans l’ambiance fort chaleureuse de la Guerre Froide. Comme vous vous en doutez, nous sommes hyper à l’aise… Ironie quand tu nous tiens.

Après une brève vidéo d’introduction, le décompte se met en route et nous commençons à fouiller. Nous apercevons une quantité raisonnable de cadenas et un jeu qui, nous le devinons, sollicitera très certainement notre adresse.

Pour résoudre les énigmes assez sympathiques de cette salle, nous devons faire appel à notre observation, à nos talents de mathématiciens, à notre adresse et, bien sûr, à notre réflexion. Vous l’avez compris, KGB est une salle polyvalente.

Au fur et à mesure que nous avançons dans l’histoire, la musique d’ambiance devient de plus en plus forte. Elle gagne aussi en rapidité, ce qui fait monter la pression. C’est officiel, nous voulons absolument échapper à la police !

Une fois la dernière énigme assez rapidement résolue, nous parvenons à récupérer les documents et la clef nous permettant d’échapper aux forces de l’ordre en 41 minutes et 02 secondes. Voilà qui nous permet de célébrer notre douzième sortie consécutive !

Nous

Après délibération du conseil

Même si cette salle nous a semblé assez facile, nous ne nous sommes jamais ennuyés. L’intrigue est intéressante et le rebondissement de fin de partie permet de rester mobilisés et motivés jusqu’au bout.

Malgré le fait que nous soyons sortis rapidement, cette salle ne s’adresse pas forcément à des joueurs novices. En effet, certaines énigmes demandent un petit peu d’expérience.

Bulletin scolaire

Décor :3
˜Fouille :3
˜Réflexion :2
Difficulté générale :2

 

Vaudou

Pour votre gouverne

L’antichambre
55 boulevard Saint-Martin
75003 Paris

Lignes 4 & 8 & 9 : Station Strasbourg – Saint-Denis

www.lantichambre.paris

Notre marathon d’escape games commencé le lundi 17 août chez Leavin room continue ! Nous décidons de changer un peu de rituel pour découvrir une toute nouvelle enseigne : L’antichambre.
Afin de ne pas attirer le mauvais œil, nous suivons leurs conseils et décidons d’affronter Vaudou, leur salle la plus simple.
Au même titre que trois autres énigmes de L’antichambre, Vaudou a été concoctée par les shamans de l’escape game, les hongrois de Claustrophilia.

Si vous souhaitez intégrer la communauté Vaudou, sachez que L’antichambre ne propose qu’une seule salle. Vous pouvez toujours prier Papa Legba d’en ouvrir de nouvelles mais aujourd’hui, il reste impossible d’affronter une autre équipe au cours de cet escape game.

Pour entrer dans ce monde de magie noire, vous devez un peu vous saigner et verser entre 10€ et 40€ par personne. Comme pour les autres enseignes, le prix dépend du nombre de joueurs mais également du moment de la journée pendant lequel vous jouez.

Le scénario ?

Un bruit court selon lequel des personnes disparaissent aux alentours de la Porte Saint-Martin… Ah ah ah ! Vous entendez ce rire démoniaque ?

Victimes d’enlèvement, très peu d’entre eux sont retrouvés… Les rescapés racontent qu’ils se sont réveillés dans un lieu de culte étrange où de drôles de rituels obscurs se déroulent. A leur réveil, ils n’ont eu qu’une heure pour s’enfuir avant qu’une nouvelle cérémonie Vaudou ne commence. Gare à vous !

Capture d’écran 2015-09-05 à 00.21.37

Et tout le toutim…

Après être sortis d’une salle plus difficile la veille, nous sommes plutôt confiants à l’idée de devoir nous échapper. C’est donc assez paisibles que nous pénétrons chez L’antichambre.

Nous sommes accueillis par un game master aimable qui nous invite à enfermer nos affaires personnelles sous clés. A nous de veiller à ne pas la confondre avec une clef du jeu. Une fois prêts, ce dernier nous dirige vers la salle et nous explique l’inquiétante histoire. Nous venons de nous faire kidnapper par une tribu aux us et coutumes mystérieux. Première angoisse…

Avant même que le décompte ne commence, notre game master nous couvre les yeux et nous menotte les uns aux autres. Deuxième angoisse…

Le jeu démarre ! Bien que nous soyons attachés ensemble, nous réussissons rapidement à nous libérer et à retrouver l’usage de la vue. Manque de bol, nous sommes dans le noir.

Une vidéo de présentation se déclenche : elle renforce l’ambiance sombre des lieux. Nos ravisseurs, des indigènes masqués pas très contents de notre présence, annoncent que leur prochain rituel de magie noire va commencer dans une heure et qu’ils s’attaqueront d’abord à la plus jeune d’entre nous. Troisième angoisse…

Le film terminé, nous trouvons le moyen de nous éclairer et découvrons un décor tout droit tiré d’un village Vaudou. Des masques africains sont exposés, des instruments de musique de toutes origines sont placés un peu partout et des ingrédients dignes des meilleurs sortilèges sont rangés dans des bocaux… De plus, un grand nombre d’inscriptions ornent les murs. Dommage qu’elles ne soient pas utiles…
Quoi qu’il en soit, l’univers Vaudou est plus que présent.

Dès les premières secondes du jeu, nous remarquons que nous avons accès à une deuxième salle. Comme vous vous en doutez, il est impossible de comprendre son fonctionnement avant d’avoir résolu toutes les énigmes de la précédente.

Après une fouille bien maîtrisée et très rapide, tous les éléments commencent à prendre sens. Nous enchaînons très vite les énigmes, évitons les pièges et ne perdons pas une seconde.

Nous bloquons sur une étape. Notre maître du jeu nous envoie alors un indice, indice correspondant à l’étape précédente… Dommage.

Nous attaquons la dernière étape. Il s’agit là d’une énigme très maligne qui pourrait être vraiment intéressante si elle était un peu plus poussée.

Nous nous échappons en seulement 40 minutes en battant notre record personnel ! Le peuple Vaudou va devoir trouver d’autres victimes pour ses incantations…

4

Après délibération du conseil

40 minutes… Vous allez dire que c’était facile. Effectivement, notre premier constat est sans appel : cette pièce est faite pour les débutants. Elle ressemble plus à une suite de jeux d’adresse et de logique qu’à un jeu d’esprit et de réflexion. Pour autant, cela ne lui retire pas son charme ; elle reste envoûtante !

Nous retenons cependant un anachronisme et un anatopisme : la présence d’une clé USB dans un univers de magie noire.

Enfin, notre aventure s’est heurtée à une première : celle d’un maître du jeu qui n’a pas suivi toute notre avancée. Malheureusement, le seul indice qu’il nous ait envoyé correspondait à une étape que nous avions déjà réalisée quelques minutes plus tôt.

A l’inverse, nous avons apprécié le fait de devoir sortir de ce lieu de culte en déverrouillant une porte. Comme le nom du jeu le sous-entend, nous nous sommes réellement échappés.

Précisons aussi que l’équipe de L’antichambre est vraiment très sympathique.

Certes, l’énigme Vaudou s’adresse à des novices en matière d’escape game mais elle nous a permis de signer notre dixième victoire consécutive.

Bulletin scolaire

Décor :3
˜Fouille :2
˜Réflexion :1
Difficulté générale :2